Découverte de la plus grande nurserie de pieuvres au monde

Des scientifiques ont découvert plus d'un millier de pieuvres femelles, la grande majorité couvant leurs œufs, blotties contre la roche d'une montagne sous-marine d'où jaillirait du gaz naturel ou de l'eau chaude.

De Jason Bittel

C'est au large de Monterey, en Californie, à plus de trois kilomètres de profondeur dans l'océan Pacifique, qu'une équipe de scientifiques à bord d'un véhicule sous-marin téléguidé a observé quelque chose qui n'avait jamais été vu jusqu'alors. Des pieuvres, par centaines, blotties sur un affleurement rocheux au pied d'une montagne sous-marine.

« Nous sommes descendus sur le flanc est de cette petite colline et c'est à ce moment que nous avons commencé à voir des dizaines de pieuvres par-ci, des dizaines d'autres par-là. Il y en avait partout », a expliqué Chad King, scientifique en chef du Nautilus, un navire de recherche scientifique.

Selon les estimations du scientifique, plus de 1 000 pieuvres Muusoctopus robustus étaient nichées sur les pierres. La plupart semblait être à l'envers ou retournées. Cette position est courante chez les femelles de l'espèce lorsqu'elles couvent ou protègent leurs petits. Les caméras du submersible sont même parvenues, dans certains cas, à repérer les minuscules embryons blottis dans les tentacules de leur mère.

« Sur le millier de pieuvres, seules deux ou trois nageaient aux alentours », a indiqué Chad King, qui est également biologiste marin au Sanctuaire maritime national de la baie de Monterey. « Je dirais donc qu'environ 99 % d'entre elles étaient en train de couver. »

Les scientifiques ont également remarqué que l'eau semblait miroiter à divers endroits où étaient regroupées les pieuvres, « un peu comme une oasis ou un mirage sur un trottoir », a expliqué Chad King.

Ceci suggère que de l'eau chaude pourrait sortir par endroit de ce mont sous-marin, d'où la présence des pieuvres nichées à ces emplacements. Le submersible utilisé lors de cette plongée n'était pas équipé de sondes de température. Par conséquent, si cette théorie est vérifiée, cela pourrait signifier que les pieuvres recherchent de la chaleur pour aider à l'incubation de leurs œufs.

« Nous avions vraiment l'impression que les pieuvres voulaient être à cet endroit », a souligné Chad King.

 

LA PLUS GRANDE NURSERIE DE PIEUVRES AU MONDE

Cette découverte survient quelques mois seulement après celle d'une autre nurserie de pieuvres d'eau profonde, la seule observée jusqu'alors. Comptant une centaine de céphalopodes, la nurserie se trouvait le long de l'affleurement Dorado, situé au large du Costa Rica. Si pour le moment rien n'est sûr, il pourrait s'agir de la même espèce de pieuvres que celles observées au large de la Californie.

lancer le diaporama

« J'étudie les pieuvres depuis 1982 et j'aurais juré que ce que nous avons observé sur l'affleurement Dorado ne se reproduirait pas », a indiqué dans un email Janet Voight, biologiste marin au Muséum Field de Chicago. « En voyant cette vidéo 10 mois après la publication de notre étude, je me dis qu'il doit exister bien plus d'endroits comme celui-ci sous l'eau que je n'osais l'imaginer. »

Toutefois, il subsiste d'importantes différences entre les deux observations.

Tout d'abord, les pieuvres étaient bien moins nombreuses au large du Costa Rica. De plus, Janet Voight et l'auteure principale de l'étude, Anne Hartwell, ont pu confirmer que du liquide chaud s'échappait bien du fond marin au large du Costa Rica. Mais cela n'était apparemment pas une bonne chose : aucun œuf couvé par les pieuvres ne semblait se développer. Il se peut que l'eau était en fait trop chaude.

À l'inverse, dans la vidéo filmée par les scientifiques du Nautilus, Janet Voight voit des signes de vie. En regardant avec attention l'une des poches d'œufs, il est possible de discerner l'œil d'un embryon en développement.

« Cela veut dire que ces œufs, ou du moins celui-ci, se développent bien », confie Janet Voight.

 

UNE EXISTENCE ENCORE BIEN MYSTÉRIEUSE

Cette nouvelle vidéo donne un aperçu passionnant de la vie de ces pieuvres, mais elle révèle aussi le peu de connaissances que nous avons sur elles et leur environnement

Par exemple, tout le monde ne pense pas que le miroitement de l'eau soit synonyme de chaleur.

Selon Bruce Robison, chercheur principal à l'Institut de recherche de l'Aquarium de la baie de Monterey, les géologues qui étudient cette région estiment qu'elle est inactive depuis des millions d'années. « Il est très peu probable qu'une source de chaleur soit impliquée », a-t-il indiqué dans un email.

Le scientifique pense plutôt que ce miroitement pourrait être la conséquence d'une fuite de méthane.

Toutefois, Chad King souligne que l'équipe n'a vu aucun tapis bactérien, ni aucune palourde ou autre espèce normalement présente sur les lieux où du méthane est libéré. Il se peut que les pieuvres ne soient en fait pas attirées par la chaleur. « Elles viennent peut-être à cet endroit car c'est là que se trouvent les meilleures roches », a indiqué Chad King

« Cette vidéo démontre une nouvelle fois que nous n'avons aucune idée de ce qu'il se passe dans les eaux profondes », a ajouté Janet Voight.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite