Animaux

Découverte d'une nouvelle espèce de dauphin préhistorique

Ce minuscule dauphin aimait naviguer dans les eaux peu profondes et profiter des avantages que lui offrait son petit rostre.

De Heather Brady

Un fossile de crâne de dauphin découvert dans l'État de Caroline du Sud, aux États-Unis, a mis au jour une nouvelle espèce de dauphin préhistorique qui aspirait sa nourriture au lieu de la mâcher.

Selon un article publié dans la revue Proceedings of the Royal Society Bl'espèce fossilisée était dotée d'un rostre très court (le museau du dauphin, NDLR) et n'avait pas de dents. Les os de l'animal présentent des trous qui suggèrent l'existence de larges lèvres voire de moustaches. Plutôt que d'attraper ses proies en les arrachant et en les enserrant à l'aide de ses dents avant de les avaler entièrement, une façon de manger généralement préférée par les dauphins modernes, cette très vieille créature aspirait ses proies dans les fonds marins. Une méthode connue sous le nom d'alimentation par aspiration.

D'après les scientifiques, le dauphin (baptisé Inermorostrum xenops) pourrait être le premier membre sans dents de la famille des odontocètes, dont sont issus de nombreux comportements alimentaires actuels bien différents.

Ces évolutions se sont produites au cours de l'Oligocène, l'une des périodes les plus importantes de l'évolution des baleines, pendant le Paléogène. Le fossile est vieux d'environ 30 millions d'années, une époque où la forme des rostres et la présence de dents se sont diversifiées au sein du sous-ordre des cétacés à dents, les odontocètes.

Au fil de l'évolution de la forme du museau de cette famille, il a fini par prendre l'aspect du nez observé sur le dauphin à gros nez actuel.

D'après un article paru dans Atlanticle crâne a été découvert dans la rivière Wando, qui s'écoule aujourd'hui de Charleston à l'océan Atlantique. Des plongeurs à la recherche de dents de mégalodon, une espèce éteinte de requin, ont mis la main sur le fossile au fond de la rivière. On estime la taille de l'animal à celle du marsouin, lequel mesure 1,5 mètre de longueur et pèse jusqu'à 55 kilos.

D'après Robert Boessenecker, paléontologue à l'université de Charleston et auteur de l'article sur le fossile, de nombreux fossiles de ce type sont découverts à la Oligocene Ashley Formation, en Caroline du Sud.

« Ce type de trouvailles se fait dans des fossés, sur des chantiers, partout... », affirme-t-il. « Elles se fossilisent très facilement. »

Selon lui, il existe très peu d'autres bassins dans le monde qui déposaient des sédiments au cours de cette période. Seuls trois autres sites importants et riches en fossiles de dauphins et de baleines existent : l'île du Sud en Nouvelle-Zélande, le Japon et le nord-ouest du Pacifique.

Ce fossile est le premier exemple d'un spécialiste de l'alimentation par aspiration, soit une espèce qui n'a d'autre choix que de se nourrir par aspiration puisque dénuée de dents. Robert Boessenecker explique que certains mammifères, comme les dauphins à gros nez, peuvent s'alimenter par aspiration s'ils le souhaitent, même si leur museau plus grand rend la chose plus compliquée. Or, cette nouvelle espèce ne pouvait faire autrement, ses options étaient donc réduites.

« Ce museau était totalement adapté à ce mode d'alimentation », ajoute-t-il.

Si cette nouvelle espèce est la première illustration de cette différence d'évolution, des rostres plus courts ont évolué chez d'autres espèces à plusieurs reprises. Le museau de cette nouvelle espèce était deux fois plus petit que celui du dauphin à gros nez que l'on connait aujourd'hui, s'apparentant davantage à celui des cachalots pygmées et des marsouins communs.

Ce dauphin étant minuscule, il évoluait probablement dans les eaux peu profondes puisqu'il ne possédait pas les capacités de plongée en eaux profondes d'autres animaux plus conséquents.

« Nous soupçonnons cet animal d'avoir flâné à proximité des côtes, en raison de sa taille », avance-t-il.

Son museau était également renversé, ce qui, pour le paléontologue, indique qu'il passait une partie de son temps à chasser dans les fonds marins.