Découvertes inédites sur le léopard des mers

Craintif et solitaire, le léopard des mers passe son temps dans l’eau de l’Antarctique, fréquentant plus volontiers la banquise et les icebergs que la terre ferme. Une équipe britannique a installé des capteurs sur ces animaux pour mieux les comprendre.

De Julie Lacaze
Léopards des mers en Géorgie du Sud.

Entre 2 et 3 m de long pour un poids moyen de 300 kg : le léopard des mers est considéré comme le phoque le plus féroce de l’Antarctique. Il se nourrit de krill, de poisson, de manchots et même d’autres espèces de phoques. L’impact de son régime alimentaire pèse lourd sur les espèces du pôle Sud, déjà menacées par le réchauffement climatique. En 2009, des scientifiques britanniques ont notamment observé, en Géorgie du Sud, durant la saison estivale, que 104 individus avaient décimé entre 12 et 16 % de la population de manchots papous.

Mais le léopard des mers est difficile à étudier : il vit seul, la plupart du temps dans l’eau, ou se déplace, tel un reptile, sur la banquise et des icebergs isolés. Une équipe de la British Antarctic Survey est toutefois parvenue, pour la première fois, à suivre la migration annuelle de l'espèce. Un déplacement de l'Antarctique vers les îles situées plus au nord (la Géorgie du Sud, l’île Bird et les îles Orcades du Sud), qu’elle effectue pour se nourrir pendant l’hiver polaire. L’étude a été publiée dans la revue Plos one, en juin 2018.

Entre 2003 et 2012, les chercheurs ont équipé 31 léopards des mers de capteurs GPS. Ce système a été couplé à des détecteurs d’humidité et de luminosité, permettant de déterminer respectivement le temps passé dans et hors de l’eau, ainsi que le moment de la journée. Pourvu de batteries de longue durée, l’équipement a permis de suivre les animaux marins entre 142 et 446 jours. Le dispositif a ses limites : il n’a pas été conçu pour envoyer directement les données enregistrées. Il doit être récupéré sur l’animal quand celui-ci est endormi. À ce jour, les chercheurs n’ont pu analyser les données que de cinq capteurs.

Mais ils en savent désormais plus sur la composition du régime alimentaire du léopard des mers en fonction des saisons. En été, celui-ci se nourrit principalement de poisson et de krill, et se reproduit aux abords de la banquise. Puis, il migre vers le nord durant l’hiver, dans les zones côtières peu profondes des îles antarctiques. Là, il se nourrit de krill, de manchots ou de phoques. En plus du suivi de sa migration, l’étude a permis d’estimer que le prédateur passait environ un tiers de son temps hors de l’eau.

Toutes ces informations permettront notamment d’améliorer le comptage de la population de léopards des mers, mené par drone ou par avion. Elle est aujourd’hui estimée à environ 300 000 individus.

Lire la suite