Ces mantes licornes ont été découvertes dans la forêt brésilienne

Des chercheurs ont découvert en 2019 de nouvelles espèces de mantes religieuses, dont certaines arborent sur la tête d'incroyables appendices ressemblant à des cornes.

De Douglas Main
Publication 17 nov. 2023, 11:15 CET
unicorn-mantis

Une mante licorne découverte dans la Reserva Ecológica de Guapiaçu, au Brésil, du genre Zoolea, pourrait bien être une nouvelle espèce.

PHOTOGRAPHIE DE Leonardo Lanna

Dans la forêt atlantique brésilienne, une forêt côtière encore plus ancienne que l'Amazonie, se cachent des licornes.

Ces forêts, dont la superficie a diminué de 90 % au cours du siècle dernier et qui restent sous-explorées, abritent l'un des plus grands bassins de biodiversité au monde. Cette biodiversité comprend une grande variété de mantes religieuses, et parmi elles, les mantes licornes.

Ces créatures possèdent de mystérieuses structures en forme de cornes qui surmontent leur tête, d'où leur nom commun. Bien que plusieurs espèces aient été décrites, beaucoup restent inconnues.

Une mante licorne mâle du genre Zoolea, trouvée dans le parc national de la Serra da Bocaina. La « corne » sert à de camouflage perturbateur à cet insecte.

PHOTOGRAPHIE DE Leonardo Lanna

Lors d'une série de voyages d'exploration dans cette nature sauvage, un groupe de chercheurs du Projeto Mantis, une organisation à but non lucratif, a découvert entre cinq et sept nouvelles espèces de mantes religieuses.

L'équipe est tombée sur une étonnante mante licorne fin 2017 dans la Reserva Ecológica de Guapiaçu, un parc situé au nord-est de Rio de Janeiro. Alors qu'ils pratiquaient le piégeage lumineux, qui consiste à attirer les insectes la nuit à l'aide d'un éclairage intense, les chercheurs ont découvert une mante licorne grande comme une main, dotée d'une corne proéminente et de membres rouge métallique, explique Leonardo Lanna, chef de l'équipe, dont l'expédition a été financée par la National Geographic Society.

Il s'agit d'une « mante vraiment étonnante et majestueuse », explique Leonardo Lanna. Bien que l'individu appartienne au genre Zoolea, il y a de fortes chances qu'il s'agisse d'une nouvelle espèce, mais une étude plus approfondie nécessite du temps et une comparaison minutieuse avec les spécimens déjà documentés.

Les pattes antérieures comme celles de ce Pseudovates, sont le trait le plus distinctif de ces insectes. Elles leur permettent d'attraper leurs proies et de se nettoyer les yeux, comme le fait ce mâle.

PHOTOGRAPHIE DE Leonardo Lanna

À plusieurs endroits près de Rio, les chercheurs ont également collecté une nouvelle espèce qui a fait actuellement l'objet d'une description dans un article dirigé par Julio Rivera, expert en mantes religieuses à l'université San Ignacio de Loyola, au Pérou. Rivera collabore à l'étude et aux travaux connexes avec l'équipe du Projeto Mantis. 

Cette créature a de petits boutons sur la tête qui se rejoignent pour former une minuscule corne. Son genre, Vates, était auparavant connu pour être présent principalement dans la forêt amazonienne.

« Il est incroyable qu'un animal de cette taille puisse rester dans les parages sans même être remarqué », déclare Rivera.

Leonardo Lanna qualifie cette mante Pseudovates de « véritable princesse des rochers », remarquant les couleurs sombres de cette femelle, son thorax hérissé et ses étonnants membres raptoriaux roses.

PHOTOGRAPHIE DE Leonardo Lanna

L'une des mantes les plus étonnantes a été trouvée dans une prairie unique de haute altitude dans un parc à l'ouest de Rio, ses antennes « se balançant majestueusement dans le vent », explique Lanna.

Ce gros insecte rouge et orange ressemble à d'autres mantes du genre Coptopteryx, mais celles-ci se trouvent normalement dans les plaines sèches d'autres pays voisins, et il y a donc de fortes chances qu'il s'agisse d'une nouvelle espèce, ajoute-t-il.

Lanna souligne que, contrairement à d'autres chercheurs, son groupe ne tue pas les mantes pour les étudier, mais relâche les individus vivants, les élevant en captivité ou attendant qu'ils soient morts pour les collecter.

Une petite mante verte femelle du genre Chloromiopteryx, avec d'impressionnants membres hérissés de pointes.

PHOTOGRAPHIE DE Leonardo Lanna

On ne sait toujours pas vraiment pourquoi les mantes licornes ont de si magnifiques protubérances. La meilleure hypothèse est que c'est une évolution par mimétisme ou pour des besoins de camouflage. 

Ainsi, la tête des mantes n'apparaîtrait pas à un prédateur comme la tête d'une proie comestible, mais comme autre chose (non comestible) telle qu'un bourgeon de feuille. 

Les mantes religieuses de la forêt atlantique sont, comme leurs congénères d'ailleurs, expertes dans l'art de se fondre dans la masse. Pour les trouver, Lanna et ses collègues parcourent les forêts la nuit à l'aide de lampes de poche, qui produisent un cône lumineux permettant de les repérer.

Un mâle du genre Parastagmatoptera, parfois appelé mante arc-en-ciel.

PHOTOGRAPHIE DE Leonardo Lanna

Rivera ajoute que les mantes religieuses sont extrêmement importantes, comme d'autres insectes, pour le bon fonctionnement de l'écosystème, et qu'elles sont également très charismatiques. Qu'il s'agisse de leurs grands yeux, de leur prestance et de leur puissance apparentes, ou de leurs membres aussi gracieux que redoutables, elles attirent l'attention des gens.

« Elles nous ouvrent les yeux sur le monde des insectes », explique Rivera. « Et elles ont beaucoup de choses à nous apprendre. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise, en 2019.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2023 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.