Animaux

La sixième extinction de masse des animaux a déjà commencé

L’extinction massive chez les animaux, les épidémies et d’autres facteurs de stress de la population sont des événements qui se produisent de plus en plus souvent.

De Jane J. Lee

DERNIÈRES NOUVELLES

Il ne s’agit pas de quelques poissons morts jonchant votre plage locale. Ces hécatombes sont des événements isolés qui tuent près d’un milliard d’animaux, réduisent la population de plus de 90 % ou éliminent près de 700 millions de tonnes d’animaux, soit le poids équivalent d'environ 1 900 Empire State Buildings.

Et selon une nouvelle étude, ces extinctions massives sont en augmentation.

L’étude, publiée dans la revue scientifique américaine Proceedings of the National Academy of Sciences (en français « Actes de l’Académie Nationale des Sciences ») est la première à examiner si les extinctions de masse ont augmenté au fil du temps.

Des chercheurs qui ont passé en revue les registres historiques de 727 morts massives entre 1940 et 2012 ont constaté que durant cette période, ces événements étaient devenus plus fréquents pour les oiseaux, les invertébrés marins et les poissons. Ces chiffres sont restés constants pour les mammifères et ont diminué pour les amphibiens et les reptiles.

Les maladies, les perturbations anthropiques et les biotoxines – comme les « marées rouges » causées par les algues omniprésentes le long des côtes américaines – sont les trois principaux coupables.

 

POURQUOI C'EST IMPORTANT ?

Ces extinctions de masse pourraient modifier durablement les chaines alimentaires. 99 % de la population d’oursins Diadema antillarum a disparu des Caraïbes en 1983 à cause d’un agent pathogène. Et la disparition de l’herbivore a ouvert la voie à une invasion algale des récifs, asphyxiant les coraux.

Ces hécatombes pourraient également avoir une incidence sur les activités humaines telles que l’agriculture en perturbant les insectes qui pollinisent les plantes, comme les abeilles.

« Des tels événements pourraient modifier les trajectoires écologiques et évolutionnaires de la vie sur Terre, » écrit l’auteur de l’étude.

 

VUE D'ENSEMBLE

On ignore encore ce qui rend les maladies plus courantes ou pourquoi les marées rouges se produisent plus souvent. Le changement climatique et la détérioration de l’environnement seraient des facteurs potentiels.

Les chercheurs n’expliquent pas non plus pourquoi ces taux de disparition diffèrent entre les groupes d’animaux. Les scientifiques pourraient avoir manqué quelques-uns de ces événements d'extinction massive, donnant ainsi l’impression de taux stables ou en déclin chez les mammifères, les amphibiens et les reptiles. Une autre éventualité serait que ces groupes ne sont pas aussi affectés que les poissons, les oiseaux et les invertébrés marins.

 

PROCHAINE ÉTAPE ?

D’après les auteurs de l’étude, une chose est sûre, le manque d’attention coordonnée de la part des scientifiques est problématique. En effet, « à l’heure actuelle, la grande majorité des extinctions massives sont reprises dans les journaux, » écrivent-ils.

Il faudrait un suivi plus efficace de ces événements, disent-ils, car il n’y a que de cette  manière que nous pourrons mesurer l’existence des problèmes de la vie terrestre.

 

Suivez Jane J. Lee sur Twitter

Lire la suite