Animaux

Le chat marsupial tacheté est de retour en Australie continentale

Alors que ces petits marsupiaux de la taille d'un chat ont disparu il y a 50 ans de l'Australie continentale, des scientifiques tentent de les réintroduire sur le territoire.

De Liz Langley

Si la beauté est subjective, nous sommes tous d'accord pour dire quand un animal est « mignon ». C'est le cas des chats marsupiaux tachetés, ces adorables petits mammifères endémiques d'Australie.

Les chats marsupiaux tachetés ont disparu d'Australie continentale il y a 50 ans. Mais en mars 2018, 20 marsupiaux de Tasmanie ont été relâchés en Australie.

 

MIGNONS ET RUSÉS

Les chats marsupiaux tachetés, avec leurs oreilles de lémuriens, leur tête de souris, leur corps de chat et leur épaisse fourrure tachetée de blanc, sont uniques en leur genre.

Mais dans la nature, il est assez difficile d'observer ces caractéristiques. Les chats marsupiaux tachetés sont des animaux nocturnes, qui passent le plus souvent la journée à dormir dans leur tanière avant de se mettre en quête de nourriture la nuit.

Ces petits mammifères ne sont pas difficiles : insectes, charognes, rats, lapins, oiseaux, lézards et même des animaux plus imposants qu'eux constituent leur régime alimentaire.

Selon Wade Anthony, fondateur du sanctuaire animalier Devil’s Cradle, situé en Tasmanie où quelques-uns des marsupiaux relâchés ont été élevés, ces animaux sont même connus pour voler la nourriture des diables de Tasmanie.

« J'ai vu un chat marsupial tacheté mener une petite danse autour d'une carcasse, poursuivi par un diable de Tasmanie. Le petit animal revenait toujours à la carcasse en premier, ce qui lui permettait de voler de petits bouts de viande à chaque fois », se souvient-il.

Qui n'a jamais trouvé amusant d'embêter sa famille ? Le chat marsupial tacheté et le diable de Tasmanie, deux espèces de marsupiaux carnivores, sont cousins. Ils appartiennent tous deux à la famille des Dasyuridae.

Nicholas Dexter est chargé de projet principal au Parc national Booderee, situé en Nouvelle-Galles du Sud. C'est là-bas qu'ont récemment été relâchés les chats marsupiaux tachetés. Il confie que ces petits mammifères sont également des cousins plus éloignés du thylacine, dit tigre de Tasmanie, une espèce aujourd'hui éteinte.

Les chats marsupiaux du nord, victimes de leurs proies, sont également menacés d'extinction. La population de cet animal, qui se nourrit de crapauds, a chuté de 95 % après 1935, date à laquelle le crapaud buffle, une espèce toxique, a été introduite en Australie. Certains chats marsupiaux se montrent toutefois peu disposés à se nourrir de crapauds. Une étude récente révèle que ce comportement s'expliquerait par celui de leurs parents. Il semblerait que lorsque les deux parents font preuve d'un comportement intelligent face aux crapauds, leur progéniture est beaucoup moins susceptible de se nourrir de la patte d'un crapaud non toxique que les autres chats marsupiaux. Il en va de même pour les hybrides, c'est-à-dire lorsqu'un seul des deux parents présente un tel comportement.

Les chercheurs ont également relâché des chats marsupiaux du nord pure race, ainsi que des hybrides sur l'Indian Island, une île peuplée de nombreux crapauds. Un an après, les petits des marsupiaux vivant au milieu des crapauds se portaient bien, malgré le déclin de certaines populations. Le gène aurait peut-être été transmis.

 

UNE RÉINTRODUCTION SYNONYME D'ESPOIR

Pourquoi les chats marsupiaux tachetés ont-ils disparu du continent australien s'ils ne mangeaient pas de crapauds toxiques ? À cause d'un prédateur rusé.

Au début du 19e siècle, des renards provenant de Grande-Bretagne ont été introduits en Australie. Ces derniers « se sont répandus dans la moitié sud du pays, à l'exception de la Tasmanie », explique Nicholas Dexter. De nombreux mammifères ont alors disparu à l'état sauvage, notamment les bettongies, les wallabies bridés à queue cornée et les chats marsupiaux tachetés.

La Tasmanie « est en quelque sorte devenue une arche de Noé pour certaines de ces espèces, comme le chat marsupial tacheté », poursuit Nicholas Dexter.

Depuis leur réintroduction à Booderee en mars dernier, la vie n'a pas été facile pour les 20 chats marsupiaux tachetés. Seuls quatre d'entre eux ont survécu. Six marsupiaux ont été tués par des prédateurs, dont des renards, et quatre ont été percutés par des véhicules.

Les scientifiques s'attendaient à quelques morts, mais le programme existant subira des changements, a annoncé Wade Anthony. Devil’s Cradle a déjà étendu la superficie de l'espace naturel dédié aux chats marsupiaux tachetés avant leur réintroduction. 

Nicholas Dexter annonce qu'il y a de l'espoir si les futures générations de chats marsupiaux tachetés qui naîtront à Booderee se montrent plus craintives face au danger, notamment envers les humains, la circulation et les chiens domestiques.

La prochaine génération est déjà là. Trois des femelles réintroduites viennent chacune de donner naissance à cinq petits.

Les femelles peuvent avoir des portées de 20 petits à la fois, qui font à la naissance « la taille d'un grain de riz », explique Wade Anthony. Avant même de voir le jour, lors de la gestation qui dure huit semaines, la vie n'est pas facile pour les petits. À la naissance, les choses se compliquent un peu plus, puisque la mère ne possède que six mamelles.

Alors, est-ce que tout le monde fond immédiatement devant la frimousse des chats marsupiaux tachetés ?

« Oui, surtout lorsqu'ils se tiennent sur leurs pattes arrières et vous regardent. Ils ressemblent alors à des lémuriens vêtus d'un pyjama à pois », confie Nicholas Dexter.

Difficile de ne pas fondre en effet.

Lire la suite