Le plus grand abattoir canin de Corée du Sud ferme définitivement ses portes

Le complexe Taepyeong-dong, situé au sud de Séoul, comprenait 6 abattoirs spécialisés et pouvait contenir plusieurs centaines de chiens. Les autorités locales ont procédé au démantèlement de ce site le mois dernier.

Les Coréens voient de plus en plus les chiens comme des animaux domestiques que comme du ...
Les Coréens voient de plus en plus les chiens comme des animaux domestiques que comme du bétail.
Photographie de bogdan kurylo, getty images via istock

Chaque année, environ deux millions de chiens sont tués pour leur viande en Corée du Sud. Un tribunal sud-coréen avait pourtant décidé d'interdire cette pratique. Pour les défenseurs des animaux, c’est une réelle avancée même si la consommation de viande canine est toujours autorisée : le plus gros complexe du pays, dont les pratiques ont été jugées insupportables, a fermé définitivement ses portes.

 

UNE VOIX QUI SE FAIT ENTENDRE

C’est dans un contexte sociétal où la voix des associations de défense animale prend de l’ampleur que le tribunal de Seongnam a pris sa décision. Depuis jeudi, les autorités locales ont commencé à démanteler le site Taepyeong-dong, qui fournissait les restaurants spécialisés dans toute la Corée du Sud, mettant fin à un combat judiciaire de plusieurs années ; le site n’aurait jamais eu les autorisations nécessaires pour exercer leur activité selon les autorités. En lieu et place, un parc public y sera construit. Pour l’association coréenne KARA, « cela va ouvrir la voie à de nouvelles fermetures d'abattoirs spécialisés dans les chiens à travers le pays, et accélérer le déclin de l'industrie de la viande canine dans son ensemble ».

Malgré l'interdiction, le festival de Yulin continue de vendre de la viande de chien

C’est l’organisation Humane Society International qui a alerté la justice, incitant à une action plus rapide. Elle a dénoncé les pratiques d’abattage cruelles du complexe. Les chiens étaient électrocutés sous les yeux de leurs congénères effrayés, avant d’être achevés. De multiples cadavres ont été retrouvés par les militants un peu partout sur le site.

 

UNE CULTURE TRADITIONNELLE QUI ÉVOLUE

Cette résolution « historique » selon l’association KARA fait écho à la récente décision d’un tribunal sud-coréen de vouloir interdire l’abattage de chiens pour leur viande. Même si sa consommation reste autorisée, la cuisine canine faisant partie des traditions culinaires ancestrales du pays où encore 1 million de chiens sont mangés chaque année, le pays est enclin à la réduire fortement.

Selon une étude menée en 2017, 70 % des Sud-Coréens ne mangent plus de viande de chien et 40 % estiment qu’il faut tout simplement abolir cette pratique. 65 % des personnes interrogées pensent également qu’il faut élever et abattre les chiens dans de meilleures conditions, le secteur devant être soumis aux même réglementations que pour le bétail. Chez les jeunes, qui voient davantage le chien comme un animal de compagnie, le sujet est aujourd’hui une question devenue taboue.

Si la situation évolue dans le pays, le combat des défenseurs d’animaux n’est pas terminé : ils exigent maintenant l’abolition pure et simple de la consommation de viande canine.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.