Animaux

Les chevaux aussi ont des expressions faciales

Nos amis équidés utilisent pas moins de 17 mouvements différents pour communiquer.

De Jeremy Berlin

En matière d'expressions faciales, les chevaux ont plus d'un tour dans leur sac. Selon une étude récente, nos amis équidés n'emploient pas moins de 17 expressions faciales pour communiquer. Dix de moins que les hommes, certes, mais une de plus que les chiens et quatre de plus que les chimpanzés.

Les chercheurs de l'université du Sussex l'ont découvert en disséquant une tête de cheval et en identifiant chaque muscle situé sous ses traits faciaux. Ils ont ensuite étudié des images comportementales à travers 15 heures de vidéo montrant 86 chevaux, aussi bien mâles que femelles, de races et d'âges différents (de quatre semaines à 27 ans).

Dernière étape : l'utilisation d'un outil appelé EquiFACS (pour Equine Facial Action Coding System) afin de faire la liste des mouvements des yeux, des lèvres, des narines et du menton qu'ils avaient observés. Le résultat : une carte des mouvements qui établit des parallèles évolutifs entre différentes espèces.

Selon Jennifer Wathan, auteure principale de l'étude, les similitudes entre les mouvements des chevaux et ceux des hommes sont saisissantes. Celles-ci vont du soulèvement des sourcils (« regard de chiot ») pour manifester la peur, la surprise ou la tristesse à l'étirement du coin des lèvres (sorte de sourire) pour saluer ou en signe de soumission, en passant par une grande ouverture des yeux pour signaler leur inquiétude.

D'après elle, ces découvertes nous permettront de comprendre les relations entre les espèces. Des systèmes tels qu'EquiFACS « créent un langage commun nous permettant d'établir des comparaisons objectives entre les espèces, même chez celles aux visages complètement différents ».

Les recherches de son équipe, d'ores et déjà utilisées par les vétérinaires et les dresseurs, sont susceptibles de corréler les expressions faciales aux états émotionnels. « Nous ne savons pas grand-chose sur les émotions des animaux », reconnaît-elle. « À quoi ressemble une émotion positive ? Cet outil nous permettrait de le savoir. »