Pourquoi certains animaux ont-ils la peau ridée ?

Se rafraîchir, se déplacer plus rapidement... la peau plissée ou ridée des animaux présente des avantages.

De Liz Langley
Publication 26 janv. 2024, 11:52 CET
waqwrinkles01

La peau ridée des éléphants d’Afrique permet aux pachydermes de réguler leur température.

PHOTOGRAPHIE DE Bobby Model, National Geographic Creative

Dernièrement, une personne m’a posé la question suivante : « Que se passe-t-il si l’on met de la crème anti-rides à un éléphant ? ».

Tout pachyderme qui se respecte refuserait une telle proposition. Pourquoi ? Parce que les plis de sa peau l’aident à se rafraîchir, m’a appris par e-mail Kathleen Garrigan, porte-parole de l’ONG African Wildlife Foundation.

Les éléphants possèdent peu de glandes sudoripares. Comme ils ne peuvent pas les utiliser pour réguler leur température corporelle, ils dispersent la chaleur autrement, notamment par leur peau ridée.

« Les plis de la peau ridée de l’éléphant permettent de garder l’humidité. Celle-ci met alors plus de temps à s’évaporer, ce qui permet au pachyderme de se protéger de la chaleur plus longtemps », poursuit Kathleen Garrigan.

« Cela explique pourquoi les éléphants de savane, qui sont exposés au soleil brûlant de la savane, ont tendance à être plus ridés que leurs cousins, les éléphants de forêt, qui peuvent eux se rafraîchir à l’ombre des arbres », explique-t-elle.

Les éléphants d’Afrique sont également plus ridés que les éléphants d’Asie, qui vivent aussi dans les forêts. Les deux espèces ont le corps parsemé de quelques poils, qui, selon une étude parue en 2012 dans la revue PLOS ONE, aident ces géants à dissiper la chaleur.

La peau flasque du rat-taupe nu l’aide à creuser des terriers (ici, un spécimen photographié en Afrique du Sud).

UNE AFFAIRE DE PEAU

Les éléphants ne sont pas les seules créatures à tirer un avantage de leur peau plissée.

La peau flasque des rats-taupes nus, par exemple, leur permet de se déplacer plus facilement.

« Tous les rongeurs évoluant dans des terriers ont la peau flasque, car ils vivent dans des galeries confinées et ont besoin de se retourner dans leur peau », rapporte par e-mail Bruce Patterson, conservateur au Field Museum de Chicago.

Cette peau relâchée est plus visible sur les rats-taupes nus, lesquels « ont une drôle d’allure, car ils n’ont pas de poils ».

Enfin, presque pas : ils ont quelques vibrisses qui leur permettent de se situer dans leur environnement. Ces rongeurs d’Afrique, aveugles et à sang froid, restent à l’abri dans des galeries, les moins profondes recevant la chaleur du soleil, précise Bruce Patterson.

Les rats-taupes nus sont également connus pour leur longévité et leur résistance au cancer (ce qui n’est pas le cas des souris et des rats).

En 2013, une étude parue dans la revue Nature a démontré que les propriétés chimiques qui rendent la peau du rat-taupe nu aussi élastique pourraient également jouer un rôle dans leur résistance au cancer.

Le sharpeï doit certainement sa peau plissée à la reproduction sélective.

UNE HISTOIRE DE GÉNÉTIQUE

Marques d’expression, les rides ne sont pas ce que l’on pourrait qualifier de « mignon »… Sauf chez un chien.

Et le plus célèbre des chiens ridés est le sharpeï.

En 2008, des chercheurs de l’université autonome de Barcelone ont découvert chez la race une mutation génétique responsable de cette apparence fripée : celle-ci provoque une production accrue d’un composé naturellement présent dans la peau, l’acide hyaluronique.

Le sharpeï doit certainement sa peau plissée à la reproduction sélective, précise par e-mail Joshua Akey, chercheur en génomique à l’université de Washington à Seattle, aux États-Unis.

Ce dernier est l’auteur d’une étude parue en 2010 dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, au cours de laquelle ont été analysés les génomes de dix races canines. Son équipe a découvert 155 régions génomiques susceptibles d’avoir été affectées par la reproduction sélective, notamment une variation du gène HAS2, qui a une influence sur le plissement de la peau.

« C’est comme si vous ouvriez le robinet. La production de HAS2, l’enzyme qui fabrique l’acide hyaluronique, augmente », explique le chercheur.

Selon l’American Kennel Club, la peau plissée du sharpeï « se limite à la tête, au cou et au garrot » chez les chiens adultes. Les chiots sont eux plus ridés.

Vous aussi, vous trouvez que ce n’est pas juste ?

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

loading

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2024 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.