Animaux

Rencontre avec le photographe qui a passé sa vie à protéger les tigres

À l'occasion de la journée internationale du tigre, nous mettons à l'honneur Steve Winter, le photographe et défenseur de l'environnement qui tente de protéger ces gros félins pour les générations futures.

De Dominique Hildebrand
Photographie De Steve Winter

Les photographies les plus puissantes sont celles qui incitent au changement. Steve Winter, photographe et défenseur des gros félins, espère que ses photographies de tigres puissent encourager des mesures de conservation, afin de les protéger à l'état sauvage pour les générations à venir.

Avec seulement près de 3 890 tigres à l'état sauvage, l'espèce est au bord de l'extinction. La disparition de son habitat et les massacres de tigres en guise de représailles participent largement à la diminution du nombre d'individus encore en vie à travers l'Asie. Toutefois, la plus grande menace qui pèse sur l'espèce provient des braconniers qui prennent pour cible les tigres afin de vendre leurs membres, que ce soit pour le vin d'os de tigre ou pour les objets en peau de tigre. Ceux-ci permettraient de libérer les pouvoirs mystiques du grand félin.

« Il n'y a aucune raison valable d'utiliser les membres d'une espèce en voie d'extinction », explique le photographe. « L'unique moyen d'obtenir la force ou le "chi" d'un tigre est de le regarder dans les yeux. »

Steve Winter a consacré des années à la photographie de tigres à travers toute l'Asie. Il passe plus de temps aux côtés du gros matou qu'auprès de n'importe quel animal sur Terre. À l'occasion de la journée internationale du tigre, le photographe se confie au sujet de son amour pour celui-ci et de l'urgente nécessité de le protéger.

Pourquoi les tigres vous fascinent-ils autant ?

Ils ont quelque chose de majestueux. Lorsque vous les regardez dans les yeux, vous ne pouvez vous empêcher d'être en admiration et d'être ému. J'ai eu la chance d'être à leurs côtés dans des lieux où je pouvais les voir de mes propres yeux, puis dans d'autres endroits où ils ne se montrent pas, où l'appareil photo télécommandé était le seul moyen de les immortaliser.

Quels sont les défis auxquels vous vous confrontez lorsque vous photographiez des tigres ?

Les belles images sont inutiles. De jolies photos n'aideront pas à sauvegarder l'espèce. Nous avons déjà tellement de photos de tigres ; comment les montrer sous un jour différent ? C'est là mon objectif : proposer des photos que personne n'a vu auparavant. Si nous réussissons à saisir une image qui anime les gens, ma mission est accomplie. Il s'agit d'une étape positive pour que cette magnifique espèce ne tombe pas dans l'oubli.

Quels sentiments ressentez-vous à la vue d'un tigre dans son habitat naturel ?

Cela vous coupe le souffle. Tout d'abord, leur taille, leurs couleurs, leur robe rayée. Mais surtout leurs yeux. Le regard du tigre est profond, il vous transperce. Lorsque vous apercevez ou entendez un tigre au détour d'une forêt, cela vous laisse sans voix.

Quelle histoire souhaitez-vous que vos photos racontent ?

Je souhaite que les personnes qui voient ces photos aient un lien émotionnel et viscéral avec l'animal en regardant ces images. Ces félins sont en danger. Je souhaite que la présence des tigres pour les générations futures soient une préoccupation. Ces générations méritent de les connaître. Or, ce sont des raisons ridicules et la cupidité des hommes qui les menacent de disparaître. Leur massacre pour la fabrication du vin d'os de tigre, de meubles en peau de tigre, de médicaments à base d'os de tigre doit cesser. J'espère qu'ils verront quelque chose qui leur donnera envie d'en savoir davantage. Les tigres sont en danger, mais je sais que nous pouvons les sauver.

Cette interview a été éditée pour des raisons de longueur et de clarté.

Lire la suite