La vipère du Gabon, plus grosse espèce de vipère au monde

La vipère du Gabon, plus grosse espèce de vipère au monde, a beau être une tueuse redoutable, son activité préférée reste... faire la sieste.

Publication 25 févr. 2021, 10:26 CET
Les vipères sont des serpents solénoglyphes : à l’ouverture de leur mâchoire, deux crochets pivotants alors ...

Les vipères sont des serpents solénoglyphes : à l’ouverture de leur mâchoire, deux crochets pivotants alors repliés se déploient vers l’avant.

Photographie de Frupus, Creative Commons.

La vipère du Gabon, Bitis gabonica, est la plus imposante représentante de la famille des vipéridés. Son corps peut atteindre 1,80 mètre de long, pour un diamètre équivalent à celui d’une cuisse humaine. Elle peut peser jusqu’à 12 kilos. Comme tous les gros serpents, elle se déplace en ligne droite, sans ondulations du corps. On la retrouve dans les forêts tropicales d'Afrique.

La vipère du Gabon est une véritable experte en camouflage, qui parvient à devenir totalement invisible aux yeux de ses proies. Son dos arbore divers motifs complexes, s’assimilant aux irrégularités du sol, qui effacent les contours de l’animal. Sa robe a également une grande variété de teintes, variant du jaune au violet, en passant par le bleu ou le beige, ce qui lui permet de se fondre dans son environnement de prédilection, les sols forestiers jonchés de feuilles mortes, avec une efficacité redoutable.

La vipère du Gabon, plus grosse espèce de vipère au monde

Bitis gabonica arbore une tête très élargie vers l’arrière, présentant deux petites excroissances sur le bout du museau qui font penser à des cornes. Pour cette raison, certains la confondent avec la vipère rhinocéros, Bitis nasicornis, qui présente également deux cornes, mais beaucoup plus développées.

Malgré son physique effrayant, la vipère du Gabon est un animal indolent et peu agressif, qui ne mord qu’en cas d’extrême nécessité et préfère, si elle est dérangée, effrayer les potentielles menaces en sifflant.

Les vipères sont des serpents solénoglyphes : à l’ouverture de leur mâchoire, deux crochets pivotants alors repliés se déploient vers l’avant. Au centre de ces crochets se trouve un canal au travers duquel s’écoule son venin.

Si elle mord peu, Bitis gabonica reste néanmoins très dangereuse. Son venin, inoculé profondément dans les chairs par les deux crochets de sa mâchoire, contient des hémotoxines, des substances qui infectent le sang, ainsi que des neurotoxines. Sa morsure entraîne des hémorragies, des problèmes respiratoires et cardiaques, une paralysie et une nécrose des tissus pouvant entraînant l’amputation du membre mordu.

La vipère du Gabon est une chasseuse sédentaire et nocturne. Elle chasse en embuscade, en attendant patiemment le passage d’une proie. Elle favorise la chasse aux petits mammifères et les oiseaux qui, une fois mordus, sont engloutis en entier.

Quand la période de reproduction arrive, les mâles se livrent à des affrontements dont le vainqueur est celui qui aura réussi à mettre l’adversaire au tapis. La vipère du Gabon est ovovivipare ; l’incubation de ses œufs a lieu dans le corps de la mère et éclosent une fois pondus. Les nouveau-nés, d’une trentaine de centimètres seulement à la naissance, sont déjà aptes à chasser et à empoisonner leurs proies.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.