Animaux

Un serpent venimeux réapparaît 10 ans après sa disparition

« Nous avons littéralement sauté dans les bras l'un de l'autre », affirme le scientifique au sujet de la découverte en Afrique du sud du rarissime serpent appartenant à l'espèce Bitis albanica.

De Jason Bittel

La plupart d'entre nous n'ont jamais entendu parler de ce serpent de l'espèce Bitis albanica, petit serpent venimeux originaire d'Afrique du sud doté d'un corps aux motifs éclatants et de sourcils aiguisés. Ce reptile d'une rareté exceptionnelle n'avait pas été aperçu depuis près d'une décennie et les scientifiques craignaient, jusqu'à aujourd'hui, sa disparition.

Une équipe d'herpétologistes a récemment annoncé la découverte du siècle : quatre serpents Bitis albanica, vivants et en pleine forme.

L'expédition à la recherche de ce serpent longtemps porté disparu a débuté en novembre dernier. Après une semaine passée à ratisser des buissons, soulever des rochers et jeter de prudents coups d’œil dans des trous, le membre de l'équipe Michael Adams a mis la main sur une femelle d'environ 15 centimètres de long, alors ondulant sur la route.

« Je n'ai pas le souvenir que nous nous soyons jamais autant serrés dans les bras », déclare Grant Smith, agent de terrain pour l'organisation Endangered Wildlife Trust qui s'est associé à Rainforest Trust pour ces recherches.

« Nous avons littéralement sauté dans les bras l'un de l'autre. »

 

Un serpent plein de mystère

Fait plus incroyable encore : l'équipe a déniché quatre animaux vivants, alors que seuls 12 individus ont été enregistrés depuis l'identification de l'espèce en 1937. (Les chercheurs ont également mis la main sur un cinquième serpent qui avait été tué par un véhicule.)

Le nombre d'individus de cette espèce est toutefois considéré comme extrêmement réduit.

« Je n'ai pas le moindre doute sur le fait qu'il s'agisse de l'une des espèces les plus menacées à l'échelle mondiale », affirme Bryan Maritz, coordinateur régional pour le groupe spécialisé dans les vipères à l'International Union for Conservation of Nature, qui n'a pas pris part à cette récente expédition.

La destruction de son habitat est probablement le problème le plus sérieux auquel est confronté le serpent qui n'a été découvert que dans quelques parcelles composées d'arbustes et de bosquets. De plus, l'habitat du serpent serait en train de décliner.

« Il existe des archives historiques pour les régions voisines, mais ces serpents sont considérés disparus puisque personne n'a trouvé de spécimen dans ces régions pendant plus de 40 ans », explique Bryan Maritz, également herpétologiste à l'Université du Cap-Occidental d'Afrique du sud.

Comme semble l'indiquer le serpent écrasé sur la route, l'extraction minière, l'urbanisation et la circulation sont susceptibles de nuire aux espèces.

 

Mesures de précaution contre le braconnage

En guise de mesures de précaution contre le braconnage, l'endroit exact où ont été découverts les serpents Bitis albanica est gardé secret. Si l'espèce n'a jamais été aperçue sur le marché noir, mieux vaut ne pas tenter le diable.

« Les collectionneurs pourraient être une réelle menace pour l'espèce s'ils savaient où et comment les localiser », affirme Bryan Maritz.

Le dur labeur commence maintenant : les experts ne savent presque rien de l'alimentation, du mode de reproduction ou du comportement du serpent (entre autres).

« Personne ne connaît vraiment la dangerosité du venin puisque personne n'a jamais été mordu par un Bitis albanica », ajoute Grant Smith, de l'organisation de défense de l'environnement Endangered Wildlife Trust.

Sachant désormais que le serpent n'a pas connu le même sort que le dodo, les groupes dédiés à sa protection s'efforcent d'assurer son avenir en achetant autant de parcelles de leur habitat que possible.

« Il s'agit de conserver leur habitat, car si vous pouvez les protéger, tout le reste suivra. »

 

Retrouvez Jason Bittel sur Twitter et Facebook.