Animaux

Vidéo : En Russie, une meute d'orques traque une baleine

Ces rares images ont été saisies par un drone au large de la péninsule du Kamchatka, en Russie.

De Maria Antonova

Des scientifiques et touristes ont aperçu plusieurs orques attaquer une baleine de Minke au large de la péninsule du Kamchatka.

Au-delà de ce phénomène extrêmement rare auquel il est peu fréquent d'assister, ils ont pu enregistrer à l'aide d'un microphone sous-marin les cris singuliers que poussent ces mammifères carnivores suite à une chasse fructueuse. Les scientifiques ont également utilisé un drone afin d'obtenir une vue aérienne exceptionnelle de l'attaque.

« Les orques ont poursuivi la baleine pendant un long moment, le drone survolait les eaux lorsque cette dernière a commencé à rendre les armes ; bien que fatiguée, de l'eau jaillissait toujours de son évent », explique Inessa Yuryeva, coordinatrice pour Team Trip, une collaboration entre Far Eastern Russian Orca Project et l'agence de voyages Kosatka Cruises. Mikhail Korostelev, l'auteur de la vidéo, est le fondateur de Team Trip, une organisation de tourisme d'aventure qui contribue au financement de la recherche sur les orques, rarement couverte par les instituts scientifiques russes.

« Tout le monde à bord du bateau était enthousiaste. Bien sûr, assister à la souffrance de la baleine nous a fait de la peine, mais cela fait partie de la loi de la nature et le fait d'observer de si près le spectacle insolite de cette chasse d'orques a quelque chose de magnifique », a déclaré Inessa Yuryeva.

Parmi les cétacés, les orques sont les seuls prédateurs universels en capacité de subsister à la fois grâce aux poissons et à d'autres mammifères, dont des dauphins et des baleines. Généralement, les orques résidentes (en d'autres termes, celles qui vivent au même endroit toute l'année) se nourrissent de poissons et de calmars, alors que les orques nomades, plus rares, jettent leur dévolu sur de plus grosses proies.

Il y a environ 800 orques piscivores au Kamchatka, pour près de 200 seulement dans l'ensemble de l'Extrême-Orient russe. Ces deux types d'orques ne se reproduisent pas entre elles et ont des organisations sociales différentes. Les gigantesques mammifères en transit sont en outre dotés d'une plus grande intelligence, nécessaire à la chasse d'autres mammifères marins.

Les orques avides de mammifères sont également à l'origine du surnom redoutable attribué à l'espèce en anglais, killer whale (littéralement, « orque meurtrière »).

 

« LA PARTIE LA PLUS SAVOUREUSE »

Lorsqu'elles chassent un grand mammifère, les familles d'orques nomades, qui comprennent jusqu'à cinq individus, collaborent en le poursuivant et en pesant de tout leur poids sur ce dernier jusqu'à ce qu'il se noie.

Selon Tatiana Ivkovich, biologiste au sein du Far East Orca Project qui a assisté à la rencontre, le groupe d'orques présent sur la vidéo était composé de deux familles, parmi lesquelles des adultes et des petits.

« Tuer une baleine n'est pas une mince affaire et demande énormément d'énergie ; elles y parviennent en coopérant. La baleine est suffisamment grosse pour nourrir l'ensemble du groupe. »

Les orques se sont d'abord attaquées à la langue de la baleine de Minke, « la partie la plus savoureuse », selon Tatiana Ivkovich. 

« Toutefois, ces orques ont dévoré d'autres parties de la baleine. Ils l'ont déchiquetée pendant un certain temps et n'ont laissé qu'une nageoire dorsale comme seule trace de leur passage. »

Afin d'identifier les orques solitaires, les scientifiques tiennent compte de la nageoire dorsale de l'animal, sur laquelle ils attachent une pièce à l'arrière, dont la taille et la forme diffèrent d'un animal à l'autre.

D'après la biologiste, les scientifiques n'avait jamais aperçu ce banc d'orques auparavant. « Il s'agit très probablement de notre première rencontre. »

 

L'APPEL DES ORQUES

Les orques émettent des appels, des sifflements, des claquements ; ces derniers permettent l'écholocalisation, soit l'utilisation de sonars intégrés afin de détecter les éléments de leur environnement. Les groupes d'orques possèdent leur propre dialecte, transmis de génération en génération et qui permet aux animaux de garder la trace des membres de leur famille.

L'étude de ces sons donne aux chercheurs la possibilité d'analyser la structure de leur famille et de leur société, l'une des plus complexes chez les mammifères.

Cependant, en raison de techniques de chasse secrètes, les orques nomades ne se montrent pas très bavardes.

« Les orques friandes de mammifères sont la plupart du temps silencieuses et n'émettent des signaux qu'après avoir chassé. Leur comportement acoustique est par conséquent moins étudié que celui de leurs homologues piscivores », explique Tatiana Ivkovich.

Pour le plus grand bonheur des scientifiques, les orques qui ont dévoré la baleine de Minke ont émis des sons et pratiqué l'écholocalisation pendant au moins deux heures (Écoutez les cris des orques suite à leur chasse fructueuse).

L'équipe envisage une analyse approfondie de la bande-son mais les premiers résultats indiquent que ces orques nomades sont aussi bavardes qu'un banc d'orques résidentes.

 

Retrouvez Maria Antonova sur Twitter.

Lire la suite