CONTENU PARTENARIAL POUR FINISH

Logo RB Finish
 ...

QUEL AVENIR POUR L’EAU EN FRANCE?

Ces dernières années, de graves sécheresses estivales ont fait baisser le niveau des lacs et des rivières, entraînant des restrictions d’eau dans toute la France. Avec le changement climatique susceptible d’entraîner des températures encore plus élevées et un temps encore plus sec, nos rivières à plein débit et nos paysages verdoyants pourraient-ils disparaître?

POUR JON HEGGIE

PHOTOGRAPHIE DE MATTHIEU PALEY / SHUTTERSTOCK

FONTAINES À SEC EN RAISON DES RESTRICTIONS D’EAU À PARIS

Paris compte plus de 200 fontaines ornementales, conçues pour mettre en valeur la beauté et le caractère de la ville. Mais ici, sur la place de la Sorbonne, du fait des restrictions, ces élégantes fontaines connaissent un repos forcé. Ces restrictions pourraient devenir plus fréquentes en raison du changement climatique.

PHOTOGRAPHIE DE MATTHIEU PALEY

LA BAS NINEAUX D’EAU ENTRAÎNENT LA FORMATION D’UNE « PLAGE » EN BORD DE RIVIÈRE DANS LE SUD DE LA FRANCE

Le Gardon d’Anduze s’étend sur 127 kilomètres et puise son eau dans un bassin versant de près de 550 kilomètres carrés. Mais en l’absence de pluie, le niveau de la rivière baisse. Au cours des 50 prochaines années, le réchauffement climatique pourrait réduire le débit de nos rivières d’environ 30 %.

PHOTOGRAPHIE DE MATTHIEU PALEY

LES ARBRES CUISENT SOUS UN CIEL SANS NUAGES, BASSIN D’ARCACHON

La combinaison de faibles précipitations et d’un temps ensoleillé assèche le sol et la végétation, ce qui rend les forêts vulnérables aux incendies. Une sécheresse prolongée peut également retarder la croissance des arbres et les rendre plus vulnérables aux parasites et aux maladies à même de dévaster les forêts.

PHOTOGRAPHIE DE SHUTTERSTOCK

DES BAIGNEURS SE RAFRAÎCHISSENT DANS LA RIVIÈRE DU GARDON D’ANDUZE

Les températures élevées et les faibles niveaux d’eau rendent les rivières plus attrayantes pour les amateurs de soleil et les baigneurs. Toutefois, ce phénomène peut également porter sérieusement préjudice à la faune. Lorsque le niveau de l’eau est trop bas, les poissons peuvent mourir d’asphyxie. L’eau chaude, pour sa part, favorise la prolifération d’algues toxiques.

PHOTOGRAPHIE DE MATTHIEU PALEY

LA RELATION EAU-ÉLECTRICITÉ

Depuis le ciel, des étincelles de lumière électrique illuminent les grandes villes et les agglomérations, dont beaucoup dépendent de l’eau des rivières et des lacs pour se fournir en énergie. En France, jusqu’à 70 % de notre consommation d’eau sert au refroidissement dans le processus de production d'énergie. Et lorsque les rivières deviennent trop chaudes, la production d’électricité peut être interrompue.

PHOTOGRAPHIE DE SHUTTERSTOCK

LES TOURISTES PATAUGENT AU LOIN DANS LES EAUX DU LAC D’ANNECY

Alimentée par des sources de montagne, l’eau claire du lac d’Annecy est très appréciée des baigneurs. Cependant, récemment, les températures estivales chaudes et les faibles précipitations alpines ont fait chuter le niveau du lac à son plus bas niveau depuis 70 ans. On craint que les sécheresses deviennent plus fréquentes et affectent toujours plus de lacs de montagne.

PHOTOGRAPHIE DE MATTHIEU PALEY

UNE FEMME ÉCONOMISE DE L’EAU EN RINÇANT DES LÉGUMES DANS UN SALADIER

En moyenne, chaque personne utilise environ 143 litres d’eau par jour. Mais il serait sage d’apprendre à en utiliser moins. Avec des robinets qui déversent jusqu’à 12 litres d’eau par minute, il est beaucoup plus efficace de laver les légumes dans un saladier ou un seau, puis de réutiliser cette eau pour le jardin.

PHOTOGRAPHIE DE MATTHIEU PALEY

UN CUISINIER SOUCIEUX DE NE PAS GASPILLER D’EAU FAIT CUIRE DES BROCOLIS À LA VAPEUR

Comme 15 % environ de la consommation d’eau domestique passe par la cuisine, c’est un bon point de départ pour économiser l’eau. Pour faire bouillir les légumes, il faut environ quatre litres d’eau, tandis que la cuisson à la vapeur ne nécessite que quelques centimètres d’eau dans le fond d’une casserole.

PHOTOGRAPHIE DE MATTHIEU PALEY

PRÉSERVATION DE L’EAU AU QUOTIDIEN : UN ENFANT REMPLIT LE LAVE-VAISSELLE

L’un des moyens les plus simples d’économiser l’eau est d’utiliser un lave-vaisselle. À volume de vaisselle égal, les lave-vaisselle modernes utilisent environ 85 % d’eau en moins que lorsque la vaisselle est faite à la main dans l’évier. En abandonnant cette mauvaise habitude de prérincer la vaisselle avant de la mettre au lave-vaisselle, on peut économiser 60 litres supplémentaires.

PHOTOGRAPHIE DE MATTHIEU PALEY

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.