Comment faire de l'humanitaire ?

Face aux crises sociales, politiques et environnementales qui frappent les populations les plus vulnérables, vous souhaitez vous engager et apporter de l'aide. Voici les points clés de l'engagement humanitaire pour vous permettre de le faire.

De Margot Hinry
Publication 19 août 2022, 08:30 CEST
Près de l'aéroport de Dzaoudzi à Mayotte, des hommes de la légion étrangère et de la ...

Près de l'aéroport de Dzaoudzi à Mayotte, des hommes de la légion étrangère et de la Croix-Rouge chargent deux camions de matériel humanitaire. Ces 13 tonnes seront envoyées le 1er mai à bord du Champlain, bâtiment de la marine nationale française, à Moroni. Dzaoudzi, Mayotte, le 30 avril 2019.

PHOTOGRAPHIE DE Louis Witter

Le 19 août est la journée mondiale de l’aide humanitaire. Les crises politiques et sociales sont désormais accentuées par l’urgence climatique. Les populations touchées en premier par ces crises sont parfois celles qui y ont le moins contribué. Chaque jour, de nombreuses personnes s’engagent à leur venir en aide en tant que bénévoles, salariés, donateurs.

L’aide humanitaire est essentielle, a fortiori en temps de crises et de conflits armés. Afin de s’engager auprès d’associations et d’ONG, il est important de partager des valeurs communes avec les organismes en question. « Ensuite, tout dépendra de votre profil et de vos envies, si vous visez un engagement bénévole en France, un poste expatrié à l’international, un poste de personnel national dans votre pays ou un poste sur une fonction support au siège » précise un représentant du département Ressources humaines de Médecins du monde. « Chaque ONG possède sa spécificité et son expertise qu’elle met au service des populations en situation de vulnérabilité pour répondre au mieux à leurs besoins. »

D’après le rapport 2022 de l’Aperçu sur l’aide humanitaire mondial, cette année, « 274 millions de personnes dans 63 pays auront besoin d’aide humanitaire et de protection ». Ce chiffre est plus élevé que celui de l’année précédente et ceux des dernières décennies. D’après les Nations unies, afin d’aider ces personnes vulnérables, plus de 39 milliards d'euros seraient nécessaires. À cela s’ajoute un besoin conséquent de main d’œuvre et donc d’engagement de nombreuses personnes volontaires.

Afin de contribuer à des missions d’aide humanitaire, « il est important de vous poser les bonnes questions et de vous renseigner sur l’association dans laquelle vous souhaitez vous engager : quelles sont les valeurs que vous souhaitez défendre ? […] Quelles compétences pouvez-vous mettre à disposition de l’association pour répondre au mieux à ses besoins ? Comment l’association est-elle structurée, quelle est son implantation sur le terrain, son degré de professionnalisme ? Il faut également bien réfléchir à votre capacité d’engagement, votre disponibilité, afin de pouvoir construire votre engagement » développent les représentants de Médecins du monde.

L’aide humanitaire est une mission qui nécessite des compétences et une vraie disponibilité, selon les formes d’engagements que l’on choisit. D’après les Nations Unies, « ces 20 dernières années, les fusillades, les enlèvements et autres attaques visant des organisations humanitaires ont été multipliés par 10 ». Venir en aide aux populations vulnérables est un risque pour sa propre santé et sa propre vie. « Pour le recrutement de nos personnels expatriés, nous sélectionnons des profils aguerris, connaissant le métier et le contexte humanitaire » précise les représentants de Médecins du monde. « Nous veillons toujours à garantir la sécurité de nos équipes, c’est notre priorité. Si, dans un contexte d’intervention volatile, la situation vient à présenter un danger pour nos équipes, nous procédons à des évacuations et nous pouvons également décider de ne pas faire partir nos équipes si le contexte s’avère trop dangereux. »

 

BÉNÉVOLE, SALARIÉ, STAGIAIRE OU VOLONTAIRE ?

Il existe plusieurs manières de s’engager. L’aide humanitaire peut être bénévole, volontaire ou salariée et peut également se faire dans le cadre d’un stage, par exemple.

Près de l'aéroport de Dzaoudzi à Mayotte, des hommes de la légion étrangère et de la Croix-Rouge chargent deux camions de matériel humanitaire. Ces 13 tonnes seront envoyées le 1er mai à bord du Champlain, bâtiment de la marine nationale française, à Moroni. Dzaoudzi, Mayotte, le 30 avril 2019.

PHOTOGRAPHIE DE Louis Witter

« Pour trouver des missions de bénévolat, il y a de nombreux sites disponibles et notamment benevolt.fr, une plateforme sur laquelle nous publions nos missions de bénévolat » explique le département des Ressources humaines de Médecins du monde.

Afin de construire un parcours humanitaire professionnel et salarié, il existe des formations « en action humanitaire, en solidarité internationale, des écoles spécialisées préparant aux métiers de l’humanitaire ». Médecins du monde conseille aux personnes intéressées par ces questions de consulter le site web « solidaire-info.org » afin de se renseigner sur les démarches envisageables.  

Un salarié solidaire, c’est un professionnel qui met à profit ses compétences pour aider localement ou à l’international des personnes dans le besoin. Après ou pendant une crise environnementale ou politique, « les populations ont les mêmes besoins vitaux : se soigner, boire, manger et se loger. C’est pour répondre à ces besoins vitaux que les premiers gestes de solidarité sont organisés tant en France qu’à l’étranger, mais avec des degrés d’urgence parfois différents ». L’éducation, le respect des droits fondamentaux, « l’insertion sociale, la protection de l’environnement » sont également des points phares sur lesquels les salariés peuvent apporter leur aide. Comme dans la plupart des secteurs professionnels, les critères de sélection comprennent l’expérience et des qualités spécifiques selon le poste. Par exemple, au sein de Médecins du monde, « nos postes expatriés sont principalement des postes d’encadrement et de coordination. Nous sélectionnons des profils aguerris et nous demandons pour ces postes un minimum de deux ans d’expérience sur un poste similaire sur le terrain. Aussi, Médecins du Monde étant une association militante avec des positionnements forts, nous demandons à ce que nos futur.e.s collaborateurs.rices partagent pleinement les valeurs que nous défendons et soient particulièrement motivé.e.s par nos combats et nos principes d’intervention. »

Pour ce qui est du bénévolat, les missions peuvent être ponctuelles ou très régulières. Il s’agit, la plupart du temps, d’aide locale ou de proximité. On parle d’actions de terrain ou de personnes bénévoles en « support » pour des tâches liées à l’administration.

Médecins du monde propose des missions de bénévolat uniquement sur le sol français, afin de privilégier les postes salariés à l’étranger. « Pour les missions de bénévolat sur nos programmes en France, nous recherchons principalement des profils médicaux et paramédicaux, des profils d’accueillant.e.s et d’interprètes ».

Les domaines d’activités liés à l’aide humanitaire sont très variés. La santé et la famine sont les plus récurrents mais il est également possible d’apporter de l’aide dans le secteur de la protection de l’environnement, celui du tourisme solidaire et responsable ou encore celui de la protection des populations vulnérables lors de conflits, par exemple.

Enfin, au-delà du bénévole, du salarié ou du stagiaire, le volontaire s’engage par contrat à participer à une mission d’intérêt général sur une durée bien définie. Il perçoit une indemnité et peut effectuer sa mission en France ou à l’international, selon les besoins. « Selon sa disponibilité, son niveau de formation, sa situation professionnelle et ses centres d’intérêt, le candidat au départ va s’orienter vers le dispositif ou la structure qui lui correspond. »

L’aide humanitaire joue un rôle essentiel afin de venir en aide aux populations démunies lors de situations d’urgence. « L’action humanitaire de l’ONU a débuté au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dans une Europe dévastée dont elle a aidé à la reconstruction. »

« À l’heure actuelle, la communauté internationale compte sur l’Organisation pour répondre aux catastrophes d’origine naturelle ou humaine, auxquelles un pays, réduit à ses propres moyens, ne pourrait faire face. » Les formes d’engagements sont diverses et très variées et peuvent convenir à tous types de profils souhaitant apporter de l’aide.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Photographie
Guerre en Syrie : témoignages de lutte et d'espoir
Environnement
Cyclone Kenneth : l'impossible reconstruction des Comores
Environnement
Ouragan Cimaron : Le Japon à nouveau frappé par un typhon
Environnement
Une mousson particulièrement meurtrière a déjà fait 400 morts en Inde
Environnement
Les intempéries au Japon font au moins 100 morts

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.