Environnement

Pourquoi une saison cyclonique calme n'est pas forcément une bonne chose

Selon les prévisions, pic de la saison cyclonique 2018 sera relativement calme dans le bassin Atlantique.Friday, August 3

De Willie Drye
Un satellite de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique a capturé cette image de l'ouragan Maria le 18 septembre 2017.

Selon les prévisionnistes de la Colorado State University, le pic de la saison cyclonique 2018 sera relativement calme dans le bassin Atlantique. Mais un rapport publié mercredi par l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique a mis en évidence une tendance inquiétante qui pourrait avoir des implications pour les futures prévisions d'ouragans. Le réchauffement dans l'Arctique pourrait en effet pousser les futurs ouragans Atlantique vers l'ouest.

Les prévisionnistes de la CSU, dirigés par le météorologue Phil Klotzbach, prévoient que les eaux plus froides et l'air plus sec du bassin Atlantique - incluant l'océan Atlantique, le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes - et les vents de haut niveau rendront plus difficile la formation de tempêtes.

Les ouragans tirent leur puissance des eaux océaniques chaudes, et l'air chaud et humide les aide à prospérer. Les tempêtes qui engendrent des ouragans sont moins susceptibles de s'intensifier lorsqu'elles sont privées de combustible et sont confrontées à des conditions atmosphériques hostiles, ce qui laisse supposer que la saison 2018 devrait être relativement calme.

Quatre tempêtes se sont formées depuis le début de la saison des ouragans, le 1er juin dernier. La saison se terminera le 30 novembre.

Les prévisionnistes de la CSU prévoient que neuf autres tempêtes tropicales avec des vents dépassant 62 kilomètres par heure se formeront dans le bassin atlantique. Trois de ces tempêtes sont susceptibles de s'intensifier en ouragans avec des vents d'au moins 120 kilomètres par heure. Et l'une de ces tempêtes évoluera probablement en un ouragan majeur avec des vents dépassant 177 kilomètres par heure.

Ces prévisions sont de bonnes nouvelles pour les populations côtières et insulaires, qui ont enduré trois ouragans (Harvey, Irma et Maria Puerto Rico) dévastateurs au plus fort de la saison cyclonique de l'été dernier.

La notation sur l'influence possible du courant-jet sur les ouragans a été incluse dans le rapport annuel de la NOAA sur l'état du climat. Le rapport note que le réchauffement dans l'Arctique affecte probablement le courant-jet, un courant d'air rapide et confiné de plusieurs milliers de kilomètres de longueur que l'on trouve dans l'atmosphère de certaines planètes, dont la Terre. La majeure partie des courants-jets se trouvant sur Terre sont des vents d'ouest (ils circulent d'ouest en est).

Le trajet du courant-jet peut fluctuer, d'une ligne droite à une ligne ondulée, selon le réchauffement observé en Arctique. La formation du cours d'eau peut être un facteur important dans l'intensification ou la diminution d'un ouragan. Il peut également jouer un rôle important dans la direction d'une tempête.

Lorsque le courant-jet se contorsionne, les événements météorologiques inhabituels deviennent plus probables. De nombreux scientifiques estiment par exemple que l'étrange route qu'a emprunté l'ouragan Sandy en octobre 2012 a été influencée par un courant-jet ondulé qui était en place à ce moment-là.

La configuration ondulée peut parfois pousser les ouragans formés dans l'Atlantique plus loin vers l'ouest, comme l'indique l'océanographe James Overland de la NOAA, et cela pourrait augmenter les risques que les tempêtes atteignent les côtes au lieu de se courber sans même les frôler.

Selon Jeff Rosenfeld, rédacteur en chef du Bulletin de l'American Meteorological Society, le rapport annuel de la NOAA établit des données de base - telles que les températures, les conditions atmosphériques, les précipitations et d'autres mesures - qui permettent aux scientifiques de détecter les changements climatiques.

Le rapport note que l'Arctique poursuit une tendance au réchauffement à un rythme beaucoup plus rapide que le reste de la planète, subissant notamment une perte de glace marine la plus importante des 1 450 dernières années, un gel de glace étrangement tardif en automne dans l'Arctique Pacifique. Il est pour l'instant trop tôt pour dire si les conditions arctiques auront une influence sur la saison cyclonique de cette année.

 

Écoutez Willie Drye, auteur primé de l'IPPY, parler de son dernier livre, For Sale-American Paradise : Comment notre nation a été vendue comme un rêve impossible en Floride. Visitez son blog, Drye Goods, maintenant dans sa 11e année. Suivez-le sur Facebook

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.