Environnement

Pourquoi l'ouragan Florence est-il si dangereux ?

L'ouragan classé en catégorie 4 devrait frapper la côte est des États-Unis avec des vents violents et provoquer des inondations torrentielles.Wednesday, September 12, 2018

De Sarah Gibbens
Sur cette image prise par la Station spatiale internationale le 10 septembre 2018, l'ouragan Florence prend de la vitesse dans l'océan Atlantique à mesure qu'il progresse vers l'ouest.

Dans le courant de la semaine, l'ouragan Florence devrait frapper les régions du sud de la côte est des États-Unis. Les dégâts qu'il risque de causer pourraient potentiellement faire des victimes. Des opérations d'évacuation obligatoires ont déjà eu lieu.

Tandis que Florence progresse vers la Caroline du Nord et la Caroline du Sud avec des vents de 210 km/h, l'océan Atlantique Nord est en proie à deux autres ouragans, Isaac et Helene. Dans l'océan Pacifique, la tempête tropicale Olivia est, quant à elle, sur le point de déverser ses pluies torrentielles sur l'archipel d'Hawaï.

Ce n'est pas un hasard si l'océan s'est soudainement mis à générer de violentes tempêtes au même moment. D'après l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), la saison des ouragans atteint son point le plus haut entre fin août et octobre, moment auquel toutes les conditions sont réunies pour faire naître une tempête parfaite, bien que les ouragans meurtriers peuvent avoir lieu à n'importe quel moment de la saison (de juin à novembre).

Selon Joel Cline, météorologue à la NOAA, les tempêtes qui touchent la côte est des États-Unis tendent à être plus violentes lorsqu'elles viennent des côtes africaines.

« Lorsqu'elles partent de l'Afrique, elles disposent de deux semaines d'eau chaude pour se constituer », explique le météorologue. La température à la surface favorise la progression de l'ouragan, mais il ne peut atteindre une catégorie quatre ou cinq si des vents se mettent en travers de son chemin.

 

COMMENT SE FORME UN OURAGAN ?

Si la surface des tempêtes de zones à basse pression s'oriente vers l'air froid, les ouragans se forment différemment, indique le météorologue.

« Il n'y a pas vraiment d'air froid à l'intérieur d'un ouragan. Leur composition s'apparente à celle d'une cheminée », explique-t-il.

L'air pénètre par le bas et sort par le haut. Si le cisaillement du vent est élevé, l'ouragan tend à s'incliner, rendant ainsi le passage de l'air chaud dans l'ouragan plus difficile et affaiblissant la tempête. En cas de faible cisaillement du vent, l'ouragan reste centré et l'air chaud circule alors plus efficacement.

D'après le météorologue, l'ouragan Florence a réussi à maintenir son centre malgré un cisaillement du vent élevé.

 

UNE « TEMPÊTE DANGEREUSE »

Les terres susceptibles de ralentir la progression de la tempête étant rares, l'ouragan Florence a pu conserver sa puissance tout au long de son parcours. Ce qui signifie qu'il risque de frapper les terres de plein fouet lorsqu'il les atteindra enfin ce jeudi.

« Si une légère baisse d'intensité peut avoir lieu, Florence n'en demeure pas moins une tempête dangereuse. Il est fondamental que vous respectiez les ordres d'évacuation. Prévoyez de ne pas retourner dans les zones touchées avant un certain temps car Florence risque de faire beaucoup de dégâts », a tweeté Brock Long, le responsable de l'Agence fédérale des situations d'urgence (FEMA).

 

DES PLUIES TORRENTIELLES

Une fois que l'ouragan se sera dispersé dans les terres, des pluies torrentielles sont à prévoir.

La tempête Florence est alimentée par l'air chaud et peut par conséquent transporter plus d'eau, l'air chaud contenant généralement plus d'eau que l'air froid. Selon le météorologue, les courants d'air originaires des Appalaches pourraient provoquer de plus grosses chutes de pluie à la rencontre de la tempête.

« Florence risque d'engendrer des précipitations bien au-delà de la côte », explique-t-il.

L'intérieur du pays pourrait, quant à lui, être touché par des coulées de boue.

 

PRÉVISIONS SAISONNIÈRES

Dans l'Atlantique, la saison des ouragans durera jusqu'à fin novembre. Selon la NOAA, l'année 2018 sera dans la moyenne ou légèrement supérieure à la moyenne. Bien que cette période de l'année soit généralement la plus mouvementée, un certain nombre de phénomènes océaniques, tels que El Niño et La Niña, peuvent influer sur les conséquences des tempêtes.

Entre un à quatre ouragans importants sont attendus, Florence étant le premier jusqu'à présent.

Lire la suite