Environnement

Non, vagues de froid et changement climatique ne sont pas incompatibles

Le temps et le climat sont deux choses distinctes, ce qui signifie que des hivers plus durs peuvent se produire dans un monde en plein réchauffement. Jeudi, 24 janvier

De Sarah Gibbens

Une vague de froid record frappe plusieurs pays de l'hémisphère Nord. 

À une époque où le changement climatique est le sujet de nombreuses discussions, dans un contexte où les vagues de chaleur, les sécheresses et les incendies de forêt se multiplient, les vagues de froid peuvent paraître incongrues. Ceux pour qui le changement climatique n'est pas une réalité y voient l'occasion de saper le consensus scientifique.

Comment expliquez-vous un hiver froid dans un monde que les scientifiques disent en plein réchauffement ?

Premièrement, il est important de comprendre la différence entre le climat et la météo. Le climat est défini comme les conditions météorologiques moyennes dans une région sur une longue période. C'est la différence entre les zones tempérées et méditerranéennes de l'Europe et les conditions de froid rigoureux de la toundra arctique. Chacune de ces régions climatiques connaît des fluctuations quotidiennes de la température, des précipitations, de la pression atmosphérique, etc., des variations quotidiennes connues sous le nom de « temps ».

 

COMMENT LE RÉCHAUFFEMENT PEUT INDUIRE UN REFROIDISSEMENT

Lorsque le terme de réchauffement de la planète a été popularisé, il faisait référence au phénomène des gaz à effet de serre piégeant la chaleur dans l'atmosphère et réchauffant la température moyenne de la planète. Les températures record enregistrées dans de nombreux endroits ont été l’un des effets de ce changement qui a débuté il y a plusieurs décennies, mais les scientifiques comprennent maintenant qu’une atmosphère modifiée par l’augmentation des niveaux de gaz comme le carbone et le méthane entraîne davantage de changements climatiques que le simple réchauffement.

Les scientifiques estiment désormais que la Terre connaîtra des conditions climatiques de plus en plus extrêmes à mesure que le changement climatique se prolongera.

Alors que de plus en plus d’air arctique pénètre dans les régions méridionales, l’Amérique du Nord par exemple pourra s’attendre à des hivers plus rigoureux. Telle était la conclusion d'une étude publiée en 2017 dans la revue Nature Geoscience. Un lien entre les températures plus chaudes de l'Arctique et les hivers plus froids en Amérique du Nord y était établi. Une étude distincte publiée en mars dernier dans la revue Nature Communications a établi le même lien, mais prédit que la partie nord-est des États-Unis serait particulièrement touchée.

 

UN FUTUR FAIT D'EXTRÊMES

Des températures record et des blizzards ne sont pas les seules conditions climatiques extrêmes auxquelles l'on pourra s'attendre.

Les vents de haute altitude et d'est-ouest connus sous le nom de jet stream (ou courant-jet en français) dépendent de la différence entre l'air froid de l'Arctique et l'air tropical chaud pour déterminer leur direction. À mesure que l'air dans l'Arctique se réchauffe, ces courants-jets ralentissent et empêchent les conditions météorologiques normales de circuler - les inondations durent plus longtemps et les sécheresses deviennent plus persistantes. Selon une étude publiée dans Science Advances en octobre dernier, les phénomènes météorologiques extrêmes pourraient augmenter de 50 % d’ici à 2100.

Mais nous n'avons pas besoin d'attendre 2100 pour voir comment le changement climatique induits des conditions météorologiques parfois meurtrières.

Les scientifiques ont déjà établi que les changements climatiques contribuaient aux incendies de forêt mortels et aux puissants ouragans qui ont ravagé la Californie l'année dernière.

Lire la suite