Environnement

Préférer le poulet au bœuf réduirait notre empreinte carbone de moitié

L'agriculture représente environ un quart des émissions carbone totales ; il existe un moyen simple de les réduire individuellement. Mardi, 11 juin

De Stephen Leahy

Remplacer le bœuf, dont l'indice carbone est particulièrement élevé par du poulet réduira votre empreinte carbone de manière drastique : de moitié. C'est ce que révèle une toute première étude nationale sur les habitudes alimentaires des États-Uniens et leur empreinte carbone.

Pour savoir ce que les Américains mangent réellement, l'Enquête nationale sur la santé et la nutrition a demandé à plus de 16 000 participants de se souvenir de tous les aliments qu'ils avaient consommés au cours des 24 dernières heures.

L'étude a ensuite calculé les émissions carbone de ce que les gens disaient avoir mangé. Si un repas comprenait du bœuf, sous la forme d'un steak grillé par exemple, les chercheurs estimaient quelle aurait été l'empreinte carbone des participants s'ils avaient plutôt choisi de manger du poulet grillé.

« Nous savions que manger du poulet en lieu et place du bœuf réduisait les émissions de dioxyde de carbone liées à notre consommation alimentaire, mais [le différentiel] était beaucoup plus faible que prévu », déclare Diego Rose, chercheur à l'école de santé publique et de médecine tropicale de l'Université de Tulane et auteur principal de l'étude.

L'étude montre qu'une simple substitution peut entraîner une réduction importante de l'empreinte carbone d'un individu, la quantité d'émissions de dioxyde de carbone résultant de la consommation d'énergie, d'engrais et l'exploitation des terres pour les besoins de la production agricole, explique Rose. Cela montre également que vous n'avez pas à vous détourner des produits d'origine animale pour améliorer votre empreinte carbone. La production alimentaire représente environ un quart des émissions carbone totales dans le monde.

« Le changement climatique est une crise tellement dramatique que tous les secteurs de la société doivent être impliqués [dans sa résolution] », déclare Rose, qui a présenté les résultats de ses recherches lors de la réunion annuelle de l'American Society for Nutrition, lundi 10 juin à Baltimore.

Si nous ne parvenons pas à limiter l'augmentation de la consommation mondiale de viande, en particulier les viandes de bœuf, de chèvre et d'agneau, il sera impossible de maintenir l'augmentation des températures globales en deçà de 1,5°Celsius, comme l'a confirmé le World Resources Institute dans un récent rapport. 

 

POURQUOI LE BŒUF A-T-IL UN INDICE CARBONE SI ÉLEVÉ ?

Les aliments d'origine animale ont un indice carbone plus important que les aliments d'origine végétale. La production de viande de bœuf, par exemple, requiert 20 fois plus de terres et émet 20 fois plus d'émissions que la culture de haricots et nécessite plus de 10 fois plus de ressources que la production de poulet. Dans l’étude Tulane, les dix aliments les plus nocifs pour l’environnement étaient tous des coupes de bœuf. Les viandes d'agneau et de chèvre ont également des indices carbone élevés parce que, comme les bovins, ces animaux libèrent du méthane, un gaz à effet de serre bien plus puissant que le carbone.

Compte tenu de la grande diversité des méthodes de production agricoles, calculer l'empreinte carbone de celles-ci n'est pas chose aisée, comme le fait remarquer Kumar Venkat, de CleanMetrics Corp., une entreprise environnementale basée à Portland, aux États-Unis. Cela induit l'estimation de la quantité de CO2 émise d'un point de vue énergétique, par les engrais et l'utilisation des sols, ainsi que par la transformation du produit, son emballage et son transport. CleanMetrics a mis plus de deux ans à étudier l’empreinte carbone de centaines de produits agricoles distincts.

« Il ne fait aucun doute que le poulet représente une fraction des émissions carbone du bœuf et qu'il présente probablement l'empreinte carbone la plus faible de toutes les protéines animales », déclare Venkat, qui n'a pas pris part à l'étude Tulane. Les poulets convertissent beaucoup plus efficacement les aliments en protéines de viande, ce qui réduit la quantité de terre, d'engrais et d'énergie nécessaires à son élevage, ce qui se traduit par un indice carbone faible.

Plus tôt cette année, Rose et ses collègues ont utilisé les mêmes données d’enquête sur l’alimentation pour parvenir à la conclusion que les Américains ayant l’empreinte carbone la plus faible avaient une alimentation plus saine, comme le mesure l’Healthy Eating Index, une mesure fédérale de la qualité de l’alimentation aux États-Unis. Le document a été publié en ligne le 29 janvier dernier par l'American Journal of Clinical Nutrition.

Il apparaît nécessaire de modifier nos régimes alimentaires en consommant moins de viande et plus de protéines végétales, pour des raisons liées à la santé et à l’environnement, déclare le co-auteur de l’étude, Martin Heller.

Le rapport de la Commission EAT-Lancet, publié l'automne dernier, impliquant 37 scientifiques de 16 pays, concluait à la nécessité d'une transformation radicale du système alimentaire mondial, qui menace la stabilité climatique et constitue le principal facteur de dégradation de l'environnement. En outre, le rapport soulignait que les régimes alimentaires les moins sains présentaient un risque sanitaire plus élevé à long terme que les rapports sexuels non protégés, l'alcool, les drogues et le tabagisme combinés.

« Une alimentation riche en protéines végétales et contenant moins d’aliments d’origine animale confère des avantages tant pour la santé que pour l’environnement », déclare Walter Willett, membre de la Commission EAT-Lancet et professeur à l’École de santé publique Harvard TH Chan.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite