Quand nos vêtements deviennent une ode à la nature

National Geographic s'associe à Lacoste pour une collection inspirée et inspirante, une célébration de la nature et des fascinantes créatures qui la composent.

Publication 17 nov. 2020, 00:00 CET, Mise à jour 8 déc. 2020, 09:34 CET
La collection capsule Lacoste x National Geographic est une célébration de la splendeur de la nature ...

La collection capsule Lacoste x National Geographic est une célébration de la splendeur de la nature et du monde animal. Les motifs ont été inspirés par la collection Photo Ark de National Geographic.

Photographie de Lacoste x National Geographic

Depuis le début des années 2010, l’industrie textile se réinvente pour produire de manière plus durable, plus éthique et responsable. Une véritable révolution dans le cycle (quasi) infini de la mode, ponctuée çà et là d’initiatives inspirantes.

La collaboration National Geographic x Lacoste est de celles-ci. Une célébration de la splendeur de la nature et du monde animal, et par-dessus tout une invitation à sauver les magnifiques créatures qui peuplent notre planète.

 

LE CHOIX DU CROCODILE

Quand René Lacoste a choisi pour emblème un crocodile, il ne pouvait imaginer que le fascinant reptile pourrait un jour disparaître.

Parmi les 13 espèces de vrais crocodiles (genre Crocodylus), quatre sont aujourd’hui considérées comme étant en « danger critique » d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) : le crocodile des Philippines (Crocodylus mindorensis) dont on dénombre un peu moins de 200 individus à l’état sauvage, le crocodile de Cuba (Crocodylus rhombifer), l’espèce de crocodile disposant de l’aire de répartition la plus restreinte du monde – l’espèce est endémique de l’île dont elle tire son nom – le crocodile du Siam (Crocodylus siamensis) et le crocodile de l'Orénoque (Crocodylus intermedius), dont les populations continuent à régresser dangereusement.

Comme beaucoup d’espèces animales à travers le monde, ces crocodiles sont victimes de la chasse, du braconnage, de la perte et de la modification de leur habitat par l’Homme.

Dans le cadre de sa démarche de responsabilité sociale et environnementale, Lacoste est notamment engagé dans la préservation des espèces et la restauration des écosystèmes des Everglades, l’extrémité sud de l’État de Floride composée de mangroves côtières, de marais de Cladium et d'un loam, véritable paradis des alligators et des crocodiles. En 2018, le groupe s’est par ailleurs associé à l’UICN et son programme Save Our Species, en créant dix polos en édition limitée sur lesquels son célèbre crocodile laissait sa place aux dix espèces les plus menacées de disparaître. Le nombre de polos produits correspondait au nombre d’individus de chaque espèce vivant encore à l’état sauvage.

Dans le prolongement des efforts pour sensibiliser à la conservation de ces espèces, Lacoste lance au mois de novembre une collection capsule pour hommes, femmes et enfants en collaboration avec National Geographic autour de l’ambitieux projet Photo Ark fondé par le photographe Joel Sartore, qui a pour volonté de photographier chaque espèce vivant dans les zoos et sanctuaires fauniques de la planète. Pour Photo Ark, Sartore a immortalisé toutes les créatures, grandes et petites - des moules aux coléoptères en passant par les phoques et les éléphants - dans plus de 50 pays. Il ne s'arrêtera, dit-il, que lorsqu'il aura photographié l'intégralité des quelque 15 000 espèces vivant en captivité.

Les pièces de cette collection unique et singulière sont ornées de crocodiles dont les scutelles ont été remplacées par les robes du zèbre de Grévy (Equus grevyi), du dendrobate doré (Dendrobates auratus), de la célithème géante (Celithemis eponina) et du Jaguar (Panthera onca). De petits détails jaunes ponctuent ces créations pour rappeler le cadre jaune des magazines National Geographic, ce jaune qui caractérise la marque depuis 132 ans.

Les motifs distinctifs de ces quatre espèces, des tâches du jaguar aux lignes hypnotiques et délicates de la célithème géante, sont les principales inspirations de cette collection et deviendront une source d’inspiration pour toutes celles et ceux qui choisiront de revêtir cette ode à la nature.

 

UNE MODE ÉTHIQUE ET DURABLE

Si l’adage veut que les modes se démodent avant de revenir, elles peuvent aussi - et de plus en plus - être l’objet d’un véritable engagement.

Car quiconque décide de s’habiller avant de sortir de chez lui prend part à cette grande industrie qu’est la mode. Et participe à façonner les contours futurs de cette industrie en pleine mutation.

Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement (UN Environment Programme - UNEP), plus de 60 % des fibres textiles constitutives de nos vêtements sont aujourd’hui synthétiques, dérivées de combustibles fossiles, ce qui rend leur décomposition impossible. Polyester, acrylique, nylon : autant de révolutions qui ont interrompu le cycle apparemment infini de la mode pour le réinventer. Plus légers, plus résistants, moins chers, ils présentaient de nombreux avantages pour tous les penseurs de la mode d’hier. Seulement voilà : à chaque lavage, ces matières perdent de minuscules fibres de plastique dont ils sont composés. Ces microfibres finissent leur course inexorable dans les océans ; on estime qu’un demi-million de tonnes de microfibres plastiques sont rejetés chaque année en fin de lavage. Soit l’équivalent de trois milliards de chemises en polyester.

Le rapport de la Fondation Ellen MacArthur « New Plastics Economy » (Pour une nouvelle économie des plastiques en français) présenté par Stella McCartney au Forum économique mondial en 2017, donnait déjà des chiffres démontrant l’urgence de bâtir une nouvelle économie des textiles, plus éthique et durable : le marché de la mode serait responsable de 20 % des rejets d’eaux usées, de 10 % des émissions de carbone dans le monde, de 35 % des rejets de microplastiques dans les océans et de l’utilisation de 22 % des pesticides dans le monde.

À force de déclarations et d’engagements, un slogan a été martelé et retenu par le grand public : la mode serait « la deuxième industrie la plus polluante du monde, juste derrière celle du pétrole ». Même si cette affirmation, maintes fois relayée dans les médias et dans le cadre de conférences, a depuis été révisée – selon nos confrères du New York Times, l’agriculture, le tourisme et le transport seraient plus polluants que l’industrie textile – les grands acteurs et faiseurs de la mode se sont quasiment tous engagés à produire de façon plus responsable.

Pour le grand public comme pour l’industrie, la question n’est depuis plus simplement « Ai-je envie de porter ces vêtements ? » mais « Qui les a produits et comment ? De quoi sont-ils constitués ? Quel impact sur notre planète et sur les Hommes mon achat aura-t-il ? ».

Depuis le début des années 2010, de nombreuses campagnes ont vu le jour pour affirmer le soutien de marques déjà engagées à produire une mode plus durable, plus écologique, tout en luttant contre le travail forcé et le travail des enfants dans les champs de coton. Nombre d’entre eux se sont par ailleurs engagés dans la défense du monde animal. Lacoste, acteur majeur de l’industrie textile, a par exemple choisi de bannir l'usage de la fourrure, du mohair et de l'angora.

Les lignes hypnotiques et délicates de la célithème géante ont envahi ce modèle de la collection capsule Lacoste x National Geographic.

Photographie de Lacoste x National Geographic

En toute logique, les polos de la collection National Geographic x Lacoste ont été produits à partir de polyester recyclé et de coton organique et les chaussures ont une semelle extérieure en caoutchouc naturel ; on ne peut célébrer notre planète et rappeler l’importance de préserver les extraordinaires créatures qu’elle abrite qu’en suivant l’éthique qui nous oblige.

Car si la mode se démode, certaines tendances, elles, sont pensées pour durer.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.