Plus que le simple recyclage : Les six étapes du cycle de vie d’un produit

Les produits que nous utilisons chaque jour ont un impact environnemental qui va bien au-delà du recyclage traditionnel. Les marques responsables s’engagent à limiter leur impact à travers les six étapes clés du cycle de vie complet d’un produit.

De Jon Heggie
Publication 20 janv. 2023, 13:56 CET
Lillygol Sedaghat, exploratrice du National Geographic, étudie comment et pourquoi nous devons rendre les produits de beauté plus durables à chacune des six étapes de leur cycle de vie.

Alors que vous jetez consciencieusement une bouteille en plastique usagée dans la poubelle de recyclage, vous pouvez imaginer qu’elle est sur le point de se lancer dans une grande aventure au cours de laquelle elle est recyclée en quelque chose de nouveau : un vêtement, un composant de voiture, un sac ou même une autre bouteille. Mais bien qu’il puisse être un nouveau départ, le recyclage n’est pas le début de son parcours. Loin de là : chaque instant de l’existence d’un produit a des impacts environnementaux que les marques responsables veulent quantifier, minimiser et atténuer. Une façon courante d’atteindre ces objectifs est d’effectuer une évaluation du cycle de vie (ECV), une analyse indépendante des conséquences environnementales tout au long du cycle de vie d’un produit, souvent divisée en six étapes clés.  

Matières premières 

Chaque produit, des savons aux canapés, commence sa vie sous la forme d’une matière première. Il peut s’agir de minéraux extraits du sol, de cultures cultivées dans les champs, d’arbres abattus dans les forêts, de gaz extraits de l’air ou d’animaux pêchés, cultivés ou chassés à des fins spécifiques. L’obtention de ces matières premières entraîne un impact environnemental : des ressources limitées, telles que les minéraux ou le pétrole, pourraient être épuisées, ainsi que des habitats détruits, des systèmes d’eau modifiés et des sols irrémédiablement endommagés. En outre, l’extraction peut polluer et contribuer au changement climatique. L’agriculture étant l’une des plus grandes sources de matières premières, de nombreuses marques internationales travaillent avec leurs fournisseurs pour s’assurer qu’ils utilisent des pratiques durables qui protègent les sols précieux et préservent les écosystèmes locaux. Au Mexique, la marque de beauté internationale Garnier enseigne aux agriculteurs qui produisent de l'aloe vera à utiliser des méthodes biologiques qui favorisent la santé des sols et à utiliser une irrigation goutte-à-goutte qui réduit le stress hydrique. Garnier contribue également à sensibiliser ces communautés sur les forêts qui aident à réguler les climats locaux et mondiaux et les menaces auxquelles elles sont confrontées.    

L’irrigation goutte-à-goutte permet à l’eau d’atteindre les racines des plantes d’aloe vera  de manière à minimiser l’évaporation. 

PHOTOGRAPHIE DE Shutterstock

Traitement des matières premières 

Presque toutes les matières premières sont traitées avant d’être transformées en un produit. Cela a souvent lieu dans des usines proches de l’endroit où elles sont obtenues, mais l’impact environnemental peut s’étendre beaucoup plus loin. Le traitement des métaux et des minéraux libère des particules, des solides microscopiques ou des liquides suffisamment petits pour être transportés dans l’air et inhalés, ce qui entraîne des problèmes de santé. Cependant, les épurateurs humides industriels qui filtrent les particules offrent une solution rentable, en particulier lorsque les entreprises sont confrontées à de lourdes amendes en cas de pollution. La création d’un nouveau plastique vierge pour la fabrication a également un impact environnemental sérieux : 4 % de la production mondiale de pétrole est utilisée comme matière première pour la production et environ 4 % pour le traitement de l’énergie. Garnier s’engage à remplacer les plastiques vierges par des plastiques recyclés et d’autres matériaux qui pourraient éviter de devoir fabriquer près de 40 000 tonnes de plastique vierge chaque année.  

Fabrication du produit 

Un seul produit combine souvent de nombreuses matières premières provenant du monde entier, ce qui lui confère une empreinte carbone considérable avant même d’être fabriqué. La fabrication est régulièrement associée à la libération accidentelle (ou parfois délibérée) de déchets dans les rivières ou l’air, y compris le dioxyde de carbone et le méthane qui contribuent directement au changement climatique. Des marques internationales responsables mettent en œuvre des procédures strictes pour minimiser, voire éliminer, la pollution y compris le filtrage, l’extraction et, si possible, le recyclage des déchets. Le dioxyde de carbone peut être utilisé pour fabriquer du carburant ou même des aliments. Et comme la fabrication nécessite souvent de grandes quantités d’énergie et d’eau, des marques comme Garnier cherchent à employer des systèmes plus durables. En plus d’être 100 % neutres en carbone d’ici 2025*, les sites industriels de Garnier utilisent des énergies renouvelables, et leurs usines waterloop *traitent et recyclent chaque goutte d’eau utilisée pour le nettoyage et le refroidissement, réduisant ainsi la pression sur les approvisionnements déjà limités dans des pays comme le Mexique.  

Scope 1&2
*« circuits d’eau fermés » 

Distribution du produit 

Une fois qu’un produit a été créé, il doit atteindre le consommateur. Cela implique généralement l’utilisation de combustibles fossiles qui contribuent au changement climatique et libèrent des polluants dans l’atmosphère. Les énormes navires de fret qui transportent presque toutes les cargaisons transfrontalières du monde entier brûlent un carburant de qualité inférieure qui contient 2 000 fois plus de soufre que le diesel ordinaire ; aux États-Unis, les poids lourds (remorques-tracteurs) et les bus représentent environ 1 % des véhicules, et produisent plus de 20 % des émissions totales de gaz à effet de serre du pays. Heureusement, la distribution devient plus durable, en particulier avec la combinaison de trains de fret économes en carburant pour la distribution à distance et de véhicules hybrides pour les livraisons au dernier kilomètre. Les produits et les emballages peuvent également être conçus pour un transport plus durable. Garnier a repensé le shampooing : d’un liquide, il est ainsi devenu un pain solide, ce qui élimine non seulement les emballages en plastique, mais le rend également plus léger et plus compact. Ainsi, son transport est plus durable.  

En faisant passer les savons de la forme liquide à la forme solide, les marques peuvent réduire leur empreinte sur l’environnement. Les pains solides sont plus légers à transporter et utilisent moins d’emballage que les formules liquides. 

PHOTOGRAPHIE DE GARNIER

Utilisation du produit 

Même après l’achat d’un produit, il continue d’avoir un impact environnemental que les marques internationales responsables essaient de minimiser dans la phase de conception. Une voiture utilise de l’huile et du carburant tout au long de sa durée de vie, mais une meilleure conception, de l’aérodynamique aux moteurs, peut réduire à la fois la consommation de carburant et la pollution. De même, des efforts peuvent être faits pour minimiser l’impact environnemental des réparations, comme la construction de produits conçus pour durer plus longtemps. Même quelque chose d’aussi quotidien que la toilette a un impact environnemental que les marques responsables sont désireuses de réduire. Non seulement les produits Garnier sont formulés pour être plus biodégradables et meilleurs pour l’environnement, mais le développement de la technologie de rinçage rapide par la marque réduit le temps nécessaire pour éliminer le produit, non seulement en réduisant la quantité d’eau nécessaire, mais également l’énergie utilisée pour chauffer cette eau.  

Élimination du produit 

C’est souvent lorsque nous en avons terminé avec un produit que nous commençons à réfléchir à son impact environnemental : comment nous assurer qu’il soit éliminé de manière positive. Cela implique généralement le recyclage, au cours duquel un produit est décomposé en matières premières qui peuvent être réutilisées pour fabriquer un nouveau produit. Cependant, les produits sont de plus en plus conçus pour être recyclés plus facilement, de l’emballage alimentaire aux meubles en passant par l’électronique. Il s’agit généralement d’une meilleure option de « fin de vie » que l’incinération ou l’élimination dans une décharge, l’une ou l’autre pouvant être sources de gaspillage et nocives pour l’environnement. Mais le recyclage n’est pas la seule option. La durée de vie d’un produit peut être prolongée en le réutilisant simplement : cela peut impliquer la réparation d’une technologie cassée, le recyclage d’anciens meubles ou simplement le remplissage d’une bouteille en plastique usagée. Garnier ne se contente pas de passer à des emballages plus recyclables et de travailler à une économie circulaire pour les plastiques. Garnier rend davantage de ses produits disponibles sous forme d'éco-recharges pour les flacons réutilisables, réduisant ainsi considérablement l’empreinte environnementale du produit. 

Les ECV peuvent être longues et coûteuses, mais des marques responsables investissent pour rendre leurs produits plus durables. En reconnaissant leur responsabilité à chaque étape du cycle de vie d’un produit, des marques mondiales responsables, telles que Garnier, s’efforcent de faire advenir un avenir plus durable où nous pourrons tous nous orienter davantage vers l’environnement.  

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Environnement
Les produits de beauté peuvent-ils avoir un cycle de vie plus durable?
Environnement
La couche d'ozone pourrait se reformer d'ici 43 ans
Environnement
La faune sauvage en mouvement : du trafic au sauvetage et au réensauvagement
Environnement
L'eau prisonnière de ce volcan est un danger en cas d'éruption
Environnement
COP27 : « La clé c'est le partage de l’effort. Nous devons passer à une économie qui sort de l’impératif de croissance et qui va vers la sobriété »

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.