Après 12 jours en proie aux flammes, la Gironde reprend son souffle

Pendant deux semaines, les sapeurs-pompiers se sont attaqués à des murs de flammes destructrices. La biodiversité et la forêt doivent désormais se rétablir, tant bien que mal.

De Margot Hinry
Publication 28 juil. 2022, 16:03 CEST
La Gironde sous les flammes, en juillet 2022.

La Gironde sous les flammes, en juillet 2022.

PHOTOGRAPHIE DE SDIS33 - Service communication/Protocole

Près de trois jours après que le deuxième feu de Gironde a été officiellement fixé par les équipes sur place, la dune du Pilat rouvre aux vacanciers « dans des conditions sécurisées » selon la préfète de la Gironde, Fabienne Buccio. Au pied de cette gigantesque dune de sable, des braises encore fumantes gisent au sol, témoignage du passage des flammes qui ont ravagé près de 21 000 hectares de forêt, quelques jours plus tôt. Il s’agit là d’une surface supérieure à la ville de Paris, partie en fumée.

Le mardi 12 juillet dernier, deux incendies « hors norme » ont démarré à moins d’une heure d’intervalle, en Gironde. Le premier, à la Teste-de-Buch, dans une forêt de pins « peu entretenue et difficile d’accès pour les services de secours ». Le second, dans la forêt exploitée de Landiras. Pendant douze jours, les flammes n’ont fait qu’avancer et ont tout brûlé sur leur passage. Des équipes de pompiers de tout l’hexagone ont été déployées sur le secteur pour faire face à ces feux gigantesques. Au total, 5 campings entièrement ravagés, 36 750 habitants évacués et jusqu’à 3 000 sapeurs-pompiers engagés simultanément, selon ce qu’a rapporté la préfète de la région par voie de communiqué.

En février 2022, le GIEC a publié le deuxième volet de son sixième rapport sur le climat. Dans ce « terrible avertissement », les scientifiques ont annoncé une augmentation des périodes de sécheresse liées aux vagues de fortes chaleurs mondiales. « Les zones à risque de feu de forêt vont s'étendre en Europe, menaçant la biodiversité et les puits de carbone ». Après la Californie, l’Australie, la Grèce, les ravages près de Bordeaux et dans les Monts d’Arrée affaiblissent la biodiversité et les écosystèmes. Ces innombrables allées de pins représentent des puits de carbone incomparables, « ces écosystèmes captent une partie des émissions de gaz à effet de serre » d’après les scientifiques du GIEC.

Bien que les populations aient été évacuées très précipitamment, la préfète de Gironde souligne un bilan positif concernant l’action des acteurs mobilisés qui a permis « de préserver les vies humaines, de limiter les dégâts matériels et d’éviter l’extension des feux à l’ensemble du massif forestier des Landes. » Du côté de la biodiversité et de la faune sauvage, le bilan n’est pas aussi positif. Au milieu des flammes, toute la faune sauvage s’est vue arrachée de son environnement naturel, dans la peur et le stress. Quelques sauvetages ont été recensés par les équipes de sapeurs-pompiers, mais également grâce aux associations présentes sur place. Si la majeure partie des animaux a pu fuir, les insectes, les grenouilles ou les crapauds se sont très probablement retrouvés prisonniers des flammes, comme l’explique Françoise Branger, la présidente de l'association bassin d’Arcachon écologie pour la Fondation 30 millions d'amis.

« Les seuls animaux que j’ai vus sur place, c’étaient deux chevreuils, dont un qui boitait, il était vraiment mal en point. Il avançait sur des cendres encore brûlantes. Je n’ai pas vu beaucoup d’oiseaux, ni d’animaux morts » témoigne Léo, un jeune pompier, envoyé en renfort sur place aux côtés des secours girondins. « Le sol était brûlant, je ne pouvais pas poser ma main. Quand on mettait un petite quantité d’eau dessus, ça la portait à ébullition » ajoute-il.

Le bilan animal reste très difficile à établir. Des élans de solidarité, notamment via les réseaux sociaux, ont permis au Centre de soins LPO Aquitaine de recueillir plusieurs animaux rescapés des flammes.  

La Gironde sous les flammes, juillet 2022.

PHOTOGRAPHIE DE SDIS33 - Service communication/Protocole

Face aux flammes, les sapeurs-pompiers sur place se sont relayés jour et nuit pour limiter au maximum les dégâts du brasier. « Une nuit, il y a eu une grosse attaque sur le grand front de flammes » décrit le sapeur-pompier. « Dans ce cas-là, on forme une ligne d’appui. Il y a plus d’une trentaine de camions alignés et on éteint les flammes en ouvrant les lances simultanément. »

Pour combattre les flammes, les équipes ont également eu recours aux « feux tactiques » qui consistent à combattre le feu par le feu. L’idée étant de brûler les potentiels combustibles avant que le méga-feu n’arrive. « S’il n’y a rien à brûler, le feu va se stopper ou au moins ralentir. »

La Gironde sous les flammes, juillet 2022.

PHOTOGRAPHIE DE SDIS33 - Service communication/Protocole

Afin de limiter au maximum les futurs départs de feux, les sapeurs-pompiers appellent au bon sens et à une grande vigilance des comportements à risque. « Ne pas jeter sa cigarette par terre ou par la fenêtre de sa voiture, ça, c’est le pire ! » martèle le pompier volontaire.

L’usage du feu est à limiter, voir à proscrire et les habitants des régions à risques doivent éviter le stockage de combustibles près des habitations. La plupart des départs de feu en France sont d’origine humaine, le réchauffement climatique ne fait qu’accroître la propagation des incendies et l’inflammabilité. Enfin, « il faut penser à débroussailler avant l’été et ne pas le faire pendant la période estivale » conclut Léo, l'un des sapeurs-pompiers envoyé en renfort.

Réadapter nos forêts et nos comportements sera la clé, d’après les derniers rapports du GIEC, pour faire face à ces méga-feux qui sont probablement loin d’être les derniers.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Environnement
Faut-il laisser les forêts brûler ?
Environnement
Les incendies en Grèce menacent aussi le patrimoine historique du pays
Environnement
Feux de forêt : de quoi est chargée cette fumée toxique ?
Environnement
En Australie, un nouveau feu de forêt ravage un écosystème unique au monde
Environnement
Importations de bœuf et de soja, ennemies de la forêt brésilienne

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.