Ces six dispositifs énergivores qui se cachent dans votre maison

Beaucoup de gadgets et d'outils électroménager continuent de consommer de l'électricité même si ils ne sont pas utilisés.
Beaucoup de gadgets et d'outils électroménager continuent de consommer de l'électricité même si ils ne sont pas utilisés.
photographie de PHOTO DE MARC WUCHNER, CORBIS

Un rapport récemment publié par Digital Power Group révèle qu’un iPhone consomme en moyenne plus d’énergie pour la charge de batterie, l’utilisation de données et la connexion Wifi qu’un réfrigérateur de taille moyenne homologué. Les besoins en énergie d’un iPhone varient considérablement selon l’utilisation de la fonction vidéo, des jeux et d’autres applications. La quantité de données utilisée par un utilisateur en un mois varie également de manière significative. C’est pourquoi cette étude polémique a suscité beaucoup de critiques assurant que la comparaison est nettement exagérée. 

Que la quantité d’énergie qu’utilise votre téléphone portable soit équivalente à celle de votre réfrigérateur ou non, il y a de fortes chances qu’il y ait chez vous des appareils gourmands en énergie cachés consommant plus et générant plus de frais que votre réfrigérateur – même plus encore. Voici six dispositifs énergivores qui pourraient bien être à l’origine de vos factures d’électricité élevées.

 

LES DÉCODEURS

Ce système électronique commun est installé à proximité ou sur de nombreuses télévisions et se connectent par câble. Il n’y a pas que l’heure qui tourne dans ce dispositif lorsque nous ne regardons pas la télévision. Ces dispositifs fonctionnent pratiquement comme des petits ordinateurs qui communiquent avec des sources distantes de contenu ou enregistrent vos émissions favorites lorsque vous êtes absents, ce qui nécessite beaucoup d’énergie.

« Le problème avec les décodeurs c’est qu’ils ne sont jamais éteints et ils consomment leurs besoins énergétiques au maximum, même lorsque vous pensez les avoir éteints, » a expliqué Noah Horowitz, chercheur senior au Conseil de défense des ressources naturelles (NRDC). « Si vous avez un lecteur DVD connecté à votre télévision principale et un décodeur sur votre deuxième télévision, il est possible que l’énergie consommée au total soit la même que celle d’un réfrigérateur neuf. »

En 2010, une étude du NRDC a révélé que 160 millions de décodeurs aux États-Unis consommaient l’équivalent de la production annuelle d’énergie de neuf centrales de charbon de taille moyenne, soit un total d’environ 27 milliards de kilowattheures, la consommation énergétique de la totalité des foyers de l’État du Maryland. Sans parler des coûts : plus de 3 milliards de dollars par an en factures d’électricité. Ce montant correspond majoritairement aux dépenses des décodeurs à pleine puissance lorsque personne ne les utilise. « Chaque année nous dépensons environ 2 milliards de dollars dans des factures d’électricité correspondant à l’énergie des décodeurs lorsque nous ne les utilisons même pas, » a déclaré Horowitz. 

 

LES VENTILATEURS DES SYSTÈMES DE CHAUFFAGE

« Il y a un dispositif extrêmement gourmand en énergie dans votre cave, » affirme Marianne DiMascio. « Beaucoup de gens ne s’imaginent même pas qu’ils ont un ventilateur ou ne savent pas combien d’énergie il consomme ».

Les ventilateurs des systèmes de chauffage font circuler l’air à partir d’un ventilateur ou d’une pompe à chaleur, à travers des conduits jusqu’à toutes les pièces de votre foyer. Ils font circuler l’air frais dans les maisons ayant un système central d’air conditionné de la même façon. « Il est beaucoup utilisé et c’est un dispositif qui consomme énormément d’énergie, » a indiqué DiMascio.

De fait, selon l’ASAP, malgré leur emplacement caché dans la cave, ces ventilateurs sont parmi les dispositifs domestiques les plus gourmands en énergie, consommant jusqu’à presque 10 % de la moyenne de la consommation totale en électricité des foyers aux Etats-Unis, soit 1 000 Kwh chaque année, le double ou le triple de l’utilisation d’un réfrigérateur. Les coûts totaux correspondant au chauffage et à la climatisation sont relativement égaux.

 

LES CHARGEURS DE PORTABLES

Un bon nombre de dispositifs à usage quotidien, du téléphone portable aux outils électriques, fonctionnent avec une batterie rechargeable. Selon le Département de l’énergie aux Etats-Unis, environ 800 millions de ces dispositifs sont vendus chaque année et leur source principale d’énergie est le réseau électrique.

De nombreux systèmes de recharge utilisent des technologies dépassées qui gaspillent de l’électricité. L’État de Califormie a trouvé une solution en mettant en place des normes d’efficacité plus strictes à l’intérieur de son territoire. Actuellement, le département de l’Énergie des Etats-Unis est en phase d’élaboration de sa propre réglementation afin d’augmenter l’efficacité énergétique de ces dispositifs. Selon DiMascio, si les normes californiennes étaient adoptées dans tout le pays, ceci engendrerait des économies considérables. « En améliorant les normes auxquelles sont sujets les dispositifs électriques et chargeurs de batterie, les consommateurs nationaux pourraient économiser près d’un milliard de dollars par an, » a-t-elle ajouté.

Selon DiMascio, alors que d’autres produits offrent au consommateur une chance de réaliser ses propres économies en choisissant le bon modèle, ces dispositifs sont un exemple de l’importante des normes. « Personne ne va acheter un ordinateur ou un téléphone portable en fonction de l’efficacité énergétique ou non du chargeur du produit. C’est pourquoi les normes doivent surmonter les difficultés liées au marché composé de personnes pour qui il est impossible de trouver des chargeurs à faible consommation d’énergie pour tous leurs dispositifs.

 

LES FOURS MICRO-ONDES

Il est évident que votre micro-ondes consomme de l’électricité pendant que vous faites du pop-corn ou que vous rechauffez votre plat mais en réalité ce type de dispositifs consomme surtout de l’énergie lorsqu’il n’est pas utilisé. « Vous vous servez peu de votre micro-ondes mais lorsqu’il n’est pas en marche, il consomme de l’énergie en mode de veille car il est toujours prêt à l’emploi,» a expliqué DiMascio.

Une étude menée par l’ASAP a révélé que les micro-ondes standards étaient utilisés uniquement 70 heures par an. Le reste du temps, soit 8 690 heures, ce dispositif consomme 35 kilowattheures en mode « vampire énergétique » pour illuminer l’horloge et maintenir les boutons de contrôle en mode de veille.

Sara Mullen-Trento de l’Institut de recherche d’énergie électrique a expliqué que des dispositifs électriques plus petits et abordables signifiaient que plus d’électroménagers seraient enclins à bénéficier de caractéristiques électriques semblables à celles du micro-ondes. « Vous verrez probablement ce type de technologie améliorer leurs fonctionnalités comme par exemple, un affichage numérique sur une machine à laver. Néanmoins, j’estime que si ces électroménagers jouent un rôle de plus en plus grand dans la culture de consommation, nous verrons ces nouvelles normes standard d’économie d´énergie confirmer leur impact lorsque l’on possède une dizaine d’entre eux dans notre maison. De fait, certaines de ces fonctionnalités pourraient vous permettre d’utiliser vos appareils dans un mode davantage efficace en termes d’économie d’énergie en utilisant des réglages différents, » a-t-elle déclaré.

 

LES CONSOLES DE JEUX

D’après Noah Horowitz, les consoles de jeux du type Xbox360 et Playstation 3 ont d’importantes caractéristiques permettant de l’économie d’énergie mais elles présentent également des problèmes considérables.

« Elles possèdent un bouton ON/OFF qui permet de mettre en veille la console pour consommer alors moins d’un watt d’énergie et cela fonctionne très bien, » a-t-il ajouté. Malheureusement, la plupart des utilisateurs n’éteignent pas la console ou alors ils éteignent la télévision mais laissent la console allumée. Erreur coûteuse.

« Si vous laissez votre console allumée 24/7, cela vous coûtera une centaine de dollars à l’année, » a-t-il affirmé. Les plus récentes consoles sont livrées avec une fonctionnalité de mise en veille automatique après une certaine période d’inactivité. Selon Horowitz, les dispositifs plus anciens possèdent également cette fonctionnalité mais les utilisateurs doivent se rendre sur le menu pour s’assurer qu’elle est activée.

Les consoles de jeux sont également gourmandes en énergie lorsqu’elles sont utilisées pour visionner des films, fonctionnalité que Sony et Microsoft promeuvent de plus en plus auprès de leurs clients. « Visionner un film sur une console comme Playstation 3 utilise deux fois plus d’énergie que si vous regardiez le même film sur Netflix via un décodeur et plus de trente fois plus que si vous regardiez un film sur Apple TV ». Horowitz conclut qu’il s’agit d’un problème d’échelle de l’énergie que doit être résolu par les fabricants de consoles.

« Tout le monde voudrait d’une console qui mette en veille les fonctionnalités non utilisées et non d’un processeur de jeux à toute puissance lors du visionnage d’un film mais actuellement, les consoles ne sont pas conçues pour faire la différence entre ces deux tâches».

 

LES POMPES DE PISCINES 

Aux Etats-Unis, tout le monde aime se détendre dans sa propre piscine et chaque année, plus de 150 000 unités de mesure sont creusées et viennent s’ajouter à un total actuel de plus de 5 millions d’unités. Alors que certains déplorent le prix du chauffage de certaines piscines, d’autres dépenses majeures passent souvent inaperçues : la pompe à piscine représente 70 % de l’utilisation d’énergie d’une piscine traditionnelle et équivaut à sept fois celle d’un réfrigérateur.

Les pompes maintiennent l’eau en circulation, lui permettant de passer à travers les filtres. Les pompes à une seule vitesse fonctionnent à une même vitesse maximale et consomment de l’énergie excédentaire alors que les pompes à multiples vitesses peuvent augmenter ou diminuer la vitesse selon les fonctionnalités choisies comme le filtrage ou le nettoyage.

Lire la suite