Environnement

Comment les pailles en plastique ont envahi le monde

Tout a commencé par une idée simple, un jour d'été.

De Sarah Gibbens

Au début du mois, Seattle est devenue la plus grande ville américaine à interdire l'utilisation de pailles en plastique. Et elle est loin d'être la seule.

Starbucks prévoit d'éliminer progressivement les pailles en plastique avant 2020McDonald's a récemment annoncé que les pailles en plastique seront interdites dans ses restaurants au Royaume-Uni et en Irlande. Bon Appétit Management, une entreprise de services alimentaires comptant 1 000 établissements aux États-Unis, a annoncé en mai dernier qu'elle aussi éliminerait progressivement les pailles en plastique. Alaska Airlines sera l'une des premières compagnies aériennes à éliminer progressivement les pailles et les agitateurs en plastique.

Ces grands groupes répondent à une demande croissante du public qui rejette de plus en plus ce produit qui, en apparence anodin, fait des ravages dans les océans. On estime à ce jour le nombre de pailles en plastique jonchant les plages du monde entier à 8,3 milliards.

Huit millions de tonnes plastiques se retrouvent chaque année dans les océans, et les pailles en plastique ne représentent que 0.025 % de ce raz-de-marée.

Et pourtant les pailles en plastique sont au cœur de la plupart des campagnes environnementales, notamment parce que c'est un objet dont on peut aisément se passer. Interdire l'usage de pailles en plastique ne changera pas fondamentalement votre quotidien.

Mais alors, s'il est si facile de s'en passer, pourquoi sont-elles devenues si incontournables ?

 

UNE BRÈVE HISTOIRE DES PAILLES

Si les pailles en plastique sont une invention récente, les Hommes ont utilisé des tubes cylindriques creux pour apporter du liquide à leurs lèvres pendant des siècles. Les anciens Sumériens, l'une des premières sociétés connues pour produire de la bière il y a 5 000 ans, plantaient de longs et minces tubes fabriqués à partir de métaux précieux dans de grands bocaux pour atteindre le liquide se trouvant au fond du contenant. 

Un homme, Marvin Stone, a été le premier à déposer un brevet pour une paille, en 1888Le Smithsonian Institute relaie une légende largement répandue selon laquelle Stone buvait un julep à la menthe par une chaude journée d'été en 1880, quand son morceau de ray-grass, alors utilisé comme une paille, commença à se désintégrer. Stone, qui était fabricant de porte-cigarette en papier, décida alors qu'il pouvait imaginer quelque chose de mieux.

Il enroula des bouts de papier autour d'un crayon, les colla ensemble et obtint bientôt le premier prototype de paille en papier. Il breveta son invention en 1888, et en 1890, son usine Stone Industrial (qui fait aujourd'hui partie du groupe Precision Products Group) les produisait en série. 

Ce n'est que dans les années 1930 que les pailles purent se plier. En observant sa fille qui avait du mal à atteindre le haut de la paille en papier plantée dans son milkshake, l'inventeur Joseph Friedman a inséré une vis dans la paille, enveloppant les rainures de la vies de fil dentaire, avant de retirer la vis. Avec des indentations, la paille pouvait facilement se plier sans se rompre. Friedman a breveté son invention et a créé la Flex-Straw Company pour la faire produire.

Les hôpitaux furent les premiers à adopter les pailles pliables, parce qu'elles permettaient aux patients de boire tout en restant allongés.

Dans les décennies qui ont suivi, la paille en papier a séduit tous les cafés et salons de thé des États-Unis.

 

L'AVÈNEMENT DE L'INDUSTRIE DU PLASTIQUE

Les Américains venaient tout juste d'adopter les pailles en papier quand eu lieu l'avènement de l'industrie du plastique.

Mis au point en 1870 par un Américain du nom de John Wesley Hyatt, les premiers produits en plastique ont été fabriqués à partir d'un matériau appelé celluloïd qui imitait des matériaux comme l'ivoire. D'autres composés plastiques s'y sont ajoutés dans les décennies suivantes : la bakélite, utilisée pour les articles ménagers, le nylon utilisé pour les bas et collants, et l'acrylique surtout présent alors dans les avions militaires.

À la fois résistant et peu coûteux, le plastique sortait des usines à une vitesse impressionnante pendant la seconde guerre mondiale. Lorsque le conflit prit fin, les fabricants américains ont eu besoin d'un nouveau marché de consommation. Dans son livre Plastic: A Toxic Love Story, l'écrivaine scientifique Susan Freinkel décrit une infrastructure de production de plastique en temps de guerre soudainement dépourvue quand la fin de la guerre fut venue. Les fabricants se sont intéressés à un marché en croissance pour les biens de consommation bon marché. N'étant plus enlisés dans la frugalité de la guerre, les Américains en voulaient plus et à moindre coût.

« Grâce au plastique, les Américains avaient un choix illimité de produits abordables », écrit Freinkel.

 

LES PAILLES EN PLASTIQUE ONT ENVAHI LE MARCHÉ

Les pailles faisaient partie des nombreux produits jetables fabriqués en masse par les grandes entreprises. Les pailles en plastique sont rapidement devenues moins chères à produire et plus résistantes que le papier. Elles pouvaient se coincer entre le réticule du couvercle d'une boisson prise dans un fast-food sans pour autant se déchirer.

Pendant les années 1960, l'infrastructure de fabrication pour produire en série des pailles en plastique a été mise en place. 

En 1969, la Flex-Straw Company de Friedman a été vendue à la Maryland Cup Corporation. La société basée à Baltimore a produit une grande variété d'articles en plastique et est rapidement devenue l'un des plus grands producteurs de pailles en plastique des États-Unis. La Fort Howard Corporation a acheté la Maryland Cup Corporation en 1983 et a continué de produire cet iconique produit en plastique.

« C'était mieux, c'était moins cher, et elles résistaient à tout », explique David Rhodes, le directeur commercial mondial du fabricant de paille de papier Aardvark Straws, une division de Precision Products Group. « C'était vraiment un meilleur produit à un prix moins élevé, et à cette époque, personne ne s'est soucié de l'impact environnemental qu'il pourrait avoir. »

Un certain nombre de grands fabricants ont répondu aux demandes d'une société à la recherche d'articles pratiques qui pourraient avoir un usage unique et rapide. Plastics Europe, l'un des plus grands producteurs de plastique au monde, rapporte que 1,5 million de tonnes de plastique ont été produites en 1950, quand en 2015, le monde produisait 322 millions de tonnes de plastique.

 

ET MAINTENANT ?

Le monde a maintenant du mal à se remettre de la déferlante de pollution plastique.

Les sociétés, les municipalités et même les gouvernements proposent et mettent en place l'interdiction des pailles en plastique. Certaines entreprises se sont lancées dans la mêlée en fabriquant des pailles en métal et en verre que les consommateurs soucieux de l'environnement peuvent acheter pour leur usage personnel. 

Les mêmes entreprises qui bénéficiaient autrefois de l'engouement du public pour le plastique ressentent de plus en plus la pression de l'opinion qui réclame des alternatives. Pour les environnementalistes, l'interdiction des paille en plastique est une étape importante vers leur but ultime : mettre fin à la circulation du plastique à usage unique. 

« C'est prendre position pour lutter contre la pollution plastique... et faire ce qui est nécessaire, à savoir interdire tous les produits plastiques à usage unique », expliquait Kate Melges, responsable de la campagne « Océans » pour Greenpeace à la chaîne de télévision KIRO 7 à Seattle après l'entrée en vigueur de l'interdiction des pailles en plastique le 1er juillet dernier.

Il est possible qu'un jour les pailles en plastique soient une anomalie. Seul le coût plus élevé des alternatives aux pailles en plastique reste un frein à l'interdiction globale des pailles en plastique.

En France, la mairie de Paris s'est d'ores et déjà engagée à interdire l'usage de pailles en plastique à Paris Plage dès 2019. Bientôt une interdiction étendue à toute la capitale française ?

Lire la suite