Environnement

Environnement : Les crues déplacent la pollution des rivières vers les océans

Une étude scientifique récente montre que le niveau de pollution par le plastique de rivières, près de Manchester, a diminué après un important épisode d’inondation. La raison : les déchets plastiques des sédiments partent vers l'océan.

De Julie Lacaze

Une équipe de l’université de Manchester, au Royaume-Uni, vient de montrer que la pollution des rivières par le plastique diminue après les crues (lire son étude). Ces dernières entraîneraient une remise en suspension des microplastiques présents dans les sédiments.

Manchester a été l'un des premiers pôles industriels du monde. Les principales rivières de la ville, l’Irwell et le Mersey, sont demeurées longtemps les cours d'eau les plus pollués de la planète.

Pour déterminer le niveau de pollution par le plastique, les chercheurs anglais ont analysé les sédiments des dix rivières qui coulent aux alentours de la ville, sur 40 sites, avant et après un intense épisode de crue.

Entre novembre 2015 et mars 2016, le Royaume-Uni a connu de violentes tempêtes. Le 26 décembre a commencé la plus importante inondation jamais observée dans le bassin versant de l’Irwell.

Avant cet épisode, les sédiments de la Mersey concentraient le taux de microplastiques les plus élevés du monde, soit 517 000 particules par mètre carré. Après les crues, la rivière a connu une baisse de 80 % de sa concentration en plastique. En moyenne, 70 % des déchets en plastique ont été évacués à la suite des inondations sur les 40 sites étudiés, soit entre 270 et 850 kg de plastique.

Bilan de cette crue : environ 0,36 tonne de déchets en plastique a été acheminé par Irwell et Mersey vers l'océan, durant l'hiver 2015-2016.

Lire la suite