La biodiversité marine menacée par des vagues de chaleur océaniques

Sur terre comme dans les océans, les vagues de chaleur font des ravages et rendent difficile la survie de la vie marine.

Les vagues de chaleur intenses nuisent à la santé des êtres humains et sont parfois à l'origine de conditions fatales comme la déshydratation ou les attaques cérébrales. Tout comme la terre connaît son lot de températures extrêmes, les vagues de chaleur marine peuvent dangereusement compromettre l'existence des espèces subaquatiques.

Une nouvelle étude publiée il y a quelques jours dans Nature Climate Change révèle une augmentation significative du nombre de vagues de chaleur marine au cours des trois dernières décennies et il devient de plus en plus clair à quel point le réchauffement des températures est fatal pour la biodiversité.

L'expression vague de chaleur marine fait référence aux périodes pendant lesquelles la température de l'eau d'une région donnée est anormalement élevée. Au cours des trente dernières années, l'augmentation du nombre de jours de vague de chaleur marine dépasse légèrement les 54 %. Les auteurs de l'étude estiment que cette tendance est cohérente avec le déclin qu'a connu la vie océanique.

L'étude portait également sur les vagues de chaleur marine de grande envergure comme « The blob », une gigantesque masse d'eau chaude apparue au large de la côte ouest des États-Unis entre 2014 et 2016. Elle fut responsable d'une véritable extermination de l'ensemble de la vie sous-marine, des invertébrés aux mammifères marins.

« Il est clair que les épisodes de réchauffement extrême peuvent entraîner des changements radicaux pour des écosystèmes entiers, avec de vastes conséquences, » affirme l'auteur de l'étude, l'écologiste Daniel Smale.

 

PANORAMA DE LA SITUATION INTERNATIONALE

Afin d'avoir une vue d'ensemble de l'impact des vagues de chaleur marine sur les espèces vivant dans les différents océans du monde, Smale et son équipe de chercheurs ont analysé 116 études précédemment publiées. Ils ont ainsi recueilli des données provenant de plus de 1 000 rapports écologiques. Ont été comptabilisées toutes les vagues de chaleur pour lesquelles la température de l'océan était anormalement élevée pendant plus de cinq jours.

Ils ont ensuite fait appel à des ensembles de données existants afin de quantifier l'étendue de la biodiversité dans une région donnée. Les scientifiques étaient particulièrement préoccupés par les régions touchées par le réchauffement et renfermant une forte densité de biodiversité. Ces régions présentaient un haut risque de préjudice ou de mortalité pour la vie aquatique pouvant entraîner une réaction en chaîne susceptible d'affecter les écosystèmes voisins.

Selon l'étude, trois de ces régions seraient plus fortement touchées par le réchauffement des eaux : les récifs coralliens des Caraïbes, les posidonies d'Australie et les forêts de varech au large des côtes californiennes.

Le réchauffement climatique bouleverse le fonctionnement naturel de ces habitats écologiques massifs. Les coraux, par exemple, subissent un certain stress lorsqu'ils sont soumis à des températures plus élevées que la normale. Dans ces conditions, ils expulsent leur algue symbiotique pour subir ensuite un processus appelé blanchissement du corail au cours duquel ils perdent leurs tons d'ordinaire colorés et se parent d'un voile blanchâtre.

 

VUE D'ENSEMBLE

En 2005, les États-Unis perdaient la moitié de leurs coraux caribéens. Sur la grande barrière de corail, plus de la moitié des coraux de la région sont déjà morts. Lorsque les coraux meurent, ils ne peuvent plus satisfaire les besoins des centaines de poissons et autres espèces marines qui vivent dans ces récifs.

« Les récifs coralliens qui ne connaissaient auparavant que quelques semaines de températures supérieures à la normale tous les dix ans font désormais face à des trimestres entiers de températures extrêmes à quelques années d'intervalle, » commente l'écologiste Enric Sala, un explorateur National Geographic qui n'a pas pris part à l'étude.

« À titre d'exemple, les tempêtes tropicales seront encore plus dévastatrices car les récifs coralliens seront incapables de poursuivre leur croissance et de protéger les rivages contre les vagues », ajoute-t-il.

À terme, L'appauvrissement de la biodiversité pourrait également avoir de sérieuses conséquences pour la sécurité alimentaire et l'économie maritime. La semaine dernière, une étude publiée dans le journal Science mettait en évidence la corrélation entre le changement climatique et la disparition des poissons. Les populations mondiales de poissons ciblées par l'industrie de la pêche pour être consommées par l'Homme ont connu une baisse de 4 %. En outre, pour les régions victimes à la fois du réchauffement des eaux et de la surpêche, cette diminution dépasse les 30 %.

Smale s'inquiète également de la hausse du rejet de dioxyde de carbone dans l'atmosphère provoquée par la disparition des zones essentielles que constituent les récifs coralliens, les prairies sous-marines et les forêts de varech. Les scientifiques estiment que l'océan a absorbé 26 % du carbone rejeté dans l'atmosphère ces dix dernières années. L'intégralité du carbone absorbé par la flore sous-marine est libéré lorsque ces écosystèmes meurent.

 

QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?

« Les systèmes océaniques font face à un grand nombre de menaces, comme la pollution plastique et l'acidification des océans, » précise Smale. « Mais il est clair que les épisodes de réchauffement extrême peuvent entraîner des changements radicaux pour des écosystèmes entiers, avec de vastes conséquences. »

Il prévoit que les épisodes de réchauffement continueront de troubler l'équilibre de la vie océanique dans les décennies à venir.

« Nous devons absolument nous attaquer à la cause profonde de ce problème, » déclare Katie Matthews, directrice scientifique adjointe chez Oceana. « Si nous ne le faisons pas, tout ce sur quoi nous travaillons actuellement n'aura que peu d'impact, voire aucun. »

Elle ajoute qu'entre-temps, une gestion de la pêche soucieuse des conditions climatiques et la surveillance en temps réel du réchauffement des océans constituent des outils susceptibles de contribuer à la réduction des effets des épisodes de réchauffement.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite