Environnement

Nigéria : délaisser les armes pour l'agriculture

Les nouveaux programmes agricoles visent à nourrir une population croissante et à détourner les jeunes de l'extrémisme.

De Nina Strochlic

Cet article est paru dans le magazine National Geographic de novembre 2017.

Le pays le plus peuplé d'Afrique ne parvient pas à se nourrir et dépend lourdement des importations alimentaires. Dans le même temps, plus de 2 millions de Nigérians arrivent chaque année sur le marché du travail, où le taux de chômage des jeunes atteint 25 %. Les mouvements extrémistes comme celui de Boko Haram recrutent justement parmi ce groupe démographique, qui ne sait pas vers qui se tourner.

Encourager la jeunesse à prendre des houes au lieu des armes permettrait-il de résoudre ces problèmes ? « Le chômage des jeunes est aux insurrections ce que l'oxygène est au feu, » analyse l'entrepreneur américano-nigérian Kola Masha. « Pourquoi est-il devenu si facile pour des individus mécontents de soulever une mini-armée ? Parce que les jeunes ont des opportunités économiques limitées. »

Kola Masha dirige l'entreprise sociale Babban Gona, dont le but est d'aider les jeunes agriculteurs de petites parcelles à sortir de l'agriculture de subsistance en améliorant leurs rendements et leur accès à des marchés aux cours plus élevés. L'investissement agricole est la forme d'aide étrangère la plus efficace pour réduire des conflits, confirme Edwin Price, directeur de recherche à l'université A&M’s du Texas.

L'initiative de Babban Gona essaime sur tout le continent. La Banque africaine de développement a l'ambition de créer 1.5 million d'emplois pour les jeunes dans l'agro-industrie, au cours des cinq prochaines années et dans une trentaine de pays.

Lire la suite