Environnement

Un couple survole le Groenland pour montrer les effets du changement climatique

Les jeunes mariés ont été à la fois émerveillés et sidérés par l’affaissement des glaciers du Groenland.

De Nora Rappaport

« En temps normal, je me dit que ce qui est fait n'est plus à faire. »

C'est le leitmotiv de l'explorateur National Geographic Eddie Kisfaludy, biologiste marin, pilote et collecteur de données en conditions extrêmes. Avec sa société SciFly, Kisfaludy rassemble les données de certains des environnements les plus austères et les plus reculés de la planète. Il transmet ces données aux scientifiques et aux organismes gouvernementaux pour les aider à prendre les décisions environnementales les plus importantes.

L'année dernière, alors que Kisfaludy et sa fiancée Amanda — devenue depuis sa femme — se sont rendus à Londres pour acheter un nouvel hélicoptère pour SciFly, ils ont dû trouver un moyen d'acheminer leur nouvelle acquisition chez eux à San Diego, lieu du siège de la société. 

« Il y a deux façons de faire, » explique Eddie Kisfaludy. « Vous pouvez soit le mettre dans un conteneur d'expédition et attendre sa livraison ou vous pouvez le piloter et survoler l'Atlantique Nord. »

Un avion commercial pourrait faire le trajet en une demi-journée environ. Mais le couple a décidé de le faire en un mois et de parcourir près de 13 000 kilomètres dans son petit hélicoptère au-dessus de certaines des régions les plus reculées du monde, tout en immortalisant des images saisissantes du paysage qui leur était offert en cours de route.

Le Groenland était l'étape du voyage la plus délicate à planifier, mais en dépit de cela —ou plutôt à cause de cela— c'était la partie de l'aventure qui a suscité le plus d'émotions chez Eddie Kisfaludy. Mais ce qu'il a vu en arrivant l'a autant émerveillé que dérangé.

Nous avons parlé avec Eddie Kisfaludy de son voyage. 

 

Vous parlez de votre voyage avec beaucoup d'enthousiasme, mais vous semblez avoir une affection particulière pour le Groenland. Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

Le Groenland était la partie mystérieuse de ce voyage lorsque nous l'avons planifié. Tout ce que je connaissais se résumait à des images satellites de l'île, avec ses longs fjords couverts de cette eau bleue-turquoise et des icebergs ici et là. C'était un endroit qui ne ressemblait en rien à ce que j'avais déjà pu voir. C'est cette part d'inconnu qui m'a le plus séduit. 

 

Pourquoi n'y-a-t-il pas plus d'informations ou de vidéos de ces régions ?

Les conditions ne sont pas vraiment idéales pour filmer, c'est vraiment délicat. Lorsque vous pouvez vous y rendre, les conditions climatiques y sont généralement horribles. Au sud de l'Islande, à mi-chemin entre le Groenland et l'Europe, il existe un système dépressionnaire qui, régulièrement, amène du mauvais temps. Nous pouvons donc nous estimer heureux d'avoir eu du beau temps. 

 

Parlez-nous de ce que vous avez vu au Groenland. 

Les ruptures de glaciers étaient un spectacle époustouflant. Il règne un silence absolu puis soudain, vous pouvez entendre la glace commencer à s'effondrer, avec des effets sonores dignes du tonnerre. Vous ne pouvez faire autrement que de prendre conscience que le Groenland est en train de fondre.

Et alors que nous volions, nous observions ces bassins de glace fondue où l'eau semble s'accumuler puis disparaître dans un trou. Ce sont les plus beaux bleus que j'aie jamais vus ; des piscines d'eaux brillantes et turquoises. Mais ils absorbent la chaleur. Et plus il y a de bassins, plus le Groenland fond rapidement. Au fur et à mesure que le Groenland fond, on se demande où va toute cette eau. Eh bien elle se dirige vers l'océan.

 

Qu'avez-vous ressenti lorsque vous survoliez ces régions qui sont condamnées à disparaître d'ici peu ? 

Regarder une île entière fondre de cette manière nous a fait comprendre que nous étions dans un endroit très vulnérable. Il est important pour nous de pouvoir prendre des photos d'une région si unique, d'un lieu si difficile d'accès, pour amener les gens à comprendre les conséquences du changement climatique.

 

Qu'est-ce que le Groenland peut nous apprendre de plus sur le climat mondial?

Parce que l'atmosphère du Groenland est si propre, la calotte glaciaire agit comme un énorme filtre qui absorbe la saleté, la poussière ou les débris présents dans l'atmosphère et le tout se dépose dans la neige. La première source mondiale de dioxyde de carbone provient de la combustion de combustibles fossiles qui se libèrent dans l'atmosphère, dans l'océan, mais aussi au Groenland, dans la glace. Et cela dure depuis très longtemps.

En analysant la glace, les géologues peuvent voir comment les niveaux de carbone ont changé dans le monde au fil du temps. Il est possible de savoir quand de grands astéroïdes ont frappé la planète ou quand un volcan est entré en éruption. La glace peut fournir toutes ces informations. 

Le Groenland est à l'avant-garde du changement climatique. Nous devons comprendre ce qu'il s'y passe pour que nous puissions prendre de meilleures décisions pour notre planète. L'avenir de notre planète dépend des études scientifiques qui sont menées actuellement au Groenland. 

 

Cet entretien a été condensé en longueur et en contenu. 

Lire la suite