Espace

Le scorpion, le chat et le homard (fable cosmique)

La plus vaste image jamais publiée par l’Observatoire européen austral (ESO), au Chili, révèle des nuages de gaz agités par la lumière de jeunes étoiles. Jeudi, 9 novembre

De Fabien Maréchal

Avec près de 2 milliards de pixels, voici la plus grande image rendue publique à ce jour par l’Observatoire européen austral (ESO) et son Very Large Telescope (VLT) : deux nuages de gaz situés dans la queue de la constellation du Scorpion. La nébuleuse de la Patte de chat (ou NGC 6334, en haut) et la nébuleuse du Homard (NGC 6357) se situent dans notre galaxie, la Voie lactée, mais à des milliers d’années-lumière de nous. L’astronome John Herschel les repéra en 1837 lors d’une expédition en Afrique du Sud.

Avec un brin d’imagination, on peut même distinguer des coussinets à la base de la Patte de chat. Ces formes sont dues à l’excitation des atomes de gaz (notamment d’hydrogène) par la lumière de milliers d’étoiles jeunes, dix fois plus massives que notre Soleil. Les traînées entre la Patte de chat et le Homard sont des filaments de poussière cosmique.

Le cliché a été réalisé par un appareil de 256 megapixels et mesure près de 50 000 sur 40 000 pixels.

L’ESO est une organisation astronomique regroupant quinze États, et dispose de trois sites d’observation au Chili. Le VLT, installé au Paranal, à 2 600 m d’altitude, est notamment constitué de quatre télescopes de 8,2 m de diamètre, capables chacun de détecter des objets quatre milliards de fois moins lumineux que ceux vus à l’œil nu.

Lire la suite