Les rendez-vous célestes à ne pas manquer au mois de décembre

Ce mois-ci sera marqué par la pluie d’étoiles filantes des Géminides, l’arrivée du solstice d’hiver et de spectaculaires rencontres de la Lune avec certaines planètes et étoiles de notre système solaire.lundi 3 décembre 2018

Alors que la période des fêtes de fin d’année commence à battre son plein, les astronomes amateurs ou professionnels du monde entier vont recevoir quelques cadeaux célestes en avance : ils vont pouvoir observer de nombreuses comètes, cinq rencontres de la Lune avec des planètes et des étoiles, ainsi que deux pluies de météores. Décembre est également le mois du solstice d’hiver.

Dépoussiérez vos jumelles et regardez vers le ciel.

 

LA VISITE DE QUELQUES COMÈTES – DÉBUT DÉCEMBRE

Le 7 novembre dernier, trois astronomes amateurs ont chacun de leur côté observé une comète dont la lueur augmente rapidement, baptisée C/2018 V1 Machholz-Fujikawa-Iwamoto. Ce visiteur de glace perd gaz et poussière sur son passage alors qu’il se dirige vers le Soleil depuis le nuage de Oort, un mystérieux réservoir de débris glacés qui se situe aux confins du système solaire.

Selon les prédictions actuelles, la lueur de cette comète pourrait continuer d’augmenter pour éventuellement atteindre une magnitude de 5 au cours de la première semaine de décembre. Elle serait donc facilement observable avec des jumelles. Toutefois, la comète pourrait être difficile à trouver, puisqu’elle disparaîtra rapidement une fois le Soleil couché à l’Ouest.

Heureusement, les astronomes amateurs et professionnels auront la chance rare d’observer une seconde comète, 46P/Wirtanen, qui pourrait être plus facile à repérer. Tous les six ans, cette boule géante composée de glace et de roche traverse à toute vitesse le système solaire interne. Cette année, elle sera au plus près du Soleil le 12 décembre. Selon les prédictions, elle pourrait alors être suffisamment lumineuse pour être aperçue à l’œil nu.

46P/Wirtanen passera la première moitié du mois à se balader dans la constellation peu lumineuse d’Éridan, située à côté de celle du Taureau, qui est bien plus brillante. Ne tardez pas à observer cet intrus de glace, car il devrait rapidement perdre en luminosité dans la seconde moitié de décembre.

 

LA LUNE RENCONTRE VÉNUS ET L’ÉTOILE SPICA – 2 AU 4 DÉCEMBRE

Avis aux lève-tôt : regardez au sud-est pour voir le lumineux duo composé de la planète Vénus et de l’étoile Spica. La première semaine de décembre, elles seront rejointes par la Lune décroissante, pour former un triangle céleste qui ne passera pas inaperçu.

 

SATURNE REJOINT LA LUNE – 8 DÉCEMBRE

Dans la soirée du 8 décembre, un défi d’observation de taille vous attend, avec le croissant de Lune montant qui sera très bas à l’horizon à l’Ouest et à côté de Saturne, semblable à une étoile. Ce rapprochement cosmique sera le plus visible au crépuscule, environ 30 minutes après le coucher du Soleil, et pourra être observé avec des jumelles.

 

LA PLUIE D’ÉTOILES FILANTES DES GÉMINIDES À SON PAROXYSME– 13 DÉCEMBRE

Événement annuel, la pluie d’étoiles filantes des Géminides sera à son paroxysme tard dans la soirée et jusqu’à l'aurore. Pour profiter au mieux du spectacle, tenez-vous à l’écart de la pollution lumineuse des villes.

Alors que ce sont les particules d’une comète ayant traversé l’atmosphère qui sont à l’origine des autres pluies de météores, les Géminides se sont formées à partir d’un astéroïde étrange nommé Phaéton, qui avait montré une activité cométaire. La nuit du 13 décembre, la Terre percutera la partie la plus dense du champ de débris de l’astéroïde. Comme le croissant de Lune sera monté dans le ciel bien avant le pic de la pluie de météores, on attend cette année entre 30 et 60 étoiles filantes par heure au paroxysme des Géminides.

 

LA LUNE RENCONTRE MARS – 14 DÉCEMBRE

Lorsque la nuit tombera, la Lune et la rougeâtre Mars feront une belle rencontre. Les deux objets célestes seront visibles dans le ciel à l’ouest, avant minuit.

 

SOLSTICE D’HIVER (OU D’ÉTÉ) – 21 DÉCEMBRE

Le 21 décembre, à exactement 22h22 (heure de Paris), le Soleil sera à son point le plus bas dans le ciel de l’année. Pour les personnes vivant dans l’hémisphère nord, ce jour sera le plus court de l'année 2018 et il marquera le solstice d’hiver. Pour les habitants de l’hémisphère sud en revanche, le Soleil sera à son point le plus haut : ce sera donc le solstice d’été dans cette partie du monde et la journée sera la plus longue de l’année.

La Terre étant inclinée sur son axe par rapport au Soleil, les deux hémisphères de la planète reçoivent plus ou moins de lumière lorsque la Terre se déplace sur son orbite. Ainsi, lorsque l’hémisphère nord de la planète bleue est légèrement incliné par rapport au Soleil, c’est l’hiver dans cette partie de la planète tandis que ceux de l’hémisphère sud profitent de l’été. La date et l’heure exactes du solstice de décembre changent légèrement chaque année, mais en général, cela tombe aux alentours du 21 décembre.

 

LE PIC DES URSIDES – 22 DÉCEMBRE

Les Ursides, une petite pluie d’étoiles filantes, seront à leur paroxysme le 22 décembre avant l’aube. Du 17 au 23 décembre, la Terre percutera les débris laissés par la comète à l’origine de cette pluie de météores, 8P/Tuttle. Sur cette période, les météores sembleront provenir d’une zone du ciel située juste au-dessus du bol de l’astérisme de la Petite Ourse, qui appartient à la constellation homonyme, baptisée Ursa Minor en latin.

En moyenne, lors des Ursides, il est possible de voir 10 à 15 étoiles filantes à l’heure. Mais en de rares occasions, lorsque les Ursides sont à leur paroxysme, 30 météores ou plus peuvent traverser le ciel par heure.

 

LA LUNE FRÔLE LA RUCHE – 24 DÉCEMBRE

La nuit du réveillon de Noël, observez la Lune presque pleine prendre place à côté de l’amas d’étoiles ouvert de la constellation du Cancer. Cet amas, qui sera facilement visible avec des jumelles, contient plus d’un millier d’étoiles regroupées à 577 années-lumière.

 

LA LUNE RENCONTRE LA VIERGE – 30 ET 31 DÉCEMBRE

Les deux derniers jours de 2018, à l’aube, regardez haut dans le ciel en direction du sud pour observer le croissant lunaire passer devant l’étoile Spica, scintillante comme un bijou. Ce phare stellaire à la couleur bleu-blanche reconnaissable est l’étoile la plus lumineuse de la constellation de la Vierge, qui est la plus grande du ciel.

À vos télescopes !

 

Andrew Fazekas est l'auteur de Star Trek: The Official Guide to Our Universe. Retrouvez le sur Twitter et Facebook

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite