Espace

Les rendez-vous célestes à ne pas manquer au mois de juin

Ce mois-ci, la Lune exécute un ballet et des planètes de toute taille se mettent sur leur 31 pour vous offrir un spectacle cosmique qui vaut le coup d'œil.mardi 4 juin 2019

De Andrew Fazekas
En juin, Jupiter sera en opposition, elle brillera donc plus qu'elle ne l'a jamais fait cette année et sa taille apparente atteindra un point culminant.

Changement de saison en ce mois de juin avec l'arrivée du solstice qui marque la venue des températures estivales dans l'hémisphère Nord et du froid hivernal dans l'hémisphère Sud. Du côté du ciel, les astronomes en herbe seront aux premières loges pour contempler la plus grande planète de notre système solaire, Jupiter, qui apparaîtra plus grosse et brillante qu'elle ne l'a jamais été ces cinq dernières années.

Préparez donc votre calendrier du mois de juin pour être sûr de ne rater aucune occasion d'observer les étoiles dès que le ciel nocturne le permettra.

 

LA LUNE S'APPROCHE DE MERCURE — 4 JUIN

Le 4 juin, le fin croissant de Lune fera office de guide pour repérer la minuscule Mercure.

Quelques jours à peine après sa rencontre avec Vénus, la Lune fera son come-back dans le ciel du soir pour effleurer une autre planète : la petite Mercure. Notre satellite prendra la forme d'un fin croissant car sa nouvelle phase aura débuté la veille. Semblable à une étoile, Mercure viendra se positionner 6° sur sa droite.

 

GRANDE ET BRILLANTE JUPITER — 10 JUIN

Le 10 juin, la luminosité et la taille de Jupiter seront à leur apogée et la nuit entière sera propice à son observation. Cette illustration montre ce que vous pourrez voir si vous pointez un télescope sur Jupiter et sa suite de lunes.

Cette nuit-là, vous aurez l'occasion de voir Jupiter sous son plus beau jour, plus brillante qu'elle ne l'a jamais été cette année, un phénomène qui s'explique par sa position dans notre système solaire. En effet, la plus grande planète de la Voie lactée arrivera ce soir-là en opposition, c'est à dire qu'elle sera directement opposée au Soleil de notre point de vue. Elle sera donc bien éclairée et visible toute la nuit.

Cette position signifie également qu'elle sera au plus proche de la Terre dans son cycle orbital, distante d'un petit 640 millions de kilomètres, soit 11 millions de moins que l'opposition de l'année dernière. Jupiter devrait donc être incroyablement brillante et se démarquer des étoiles voisines déjà étincelantes comme Antares.

Si vous êtes l'heureux détenteur de jumelles ou d'un petit télescope, n'oubliez pas de les pointer vers la traîne de satellites naturels de Jupiter ou encore d'observer les détails complexes de son atmosphère. Pour ceux dont le jardin dissimule un télescope plus imposant, soyez attentifs à la célèbre Grande Tache Rouge qui devrait apparaître sous vos yeux ébahis à mesure que la planète pivote sur son axe. Cette tempête anticyclonique aussi grande que la Terre fait rage depuis au moins 300 ans. Cependant, selon le magazine Sky & Telescope, des observateurs avertis ont remarqué ces dernières semaines qu'elle avait changé : les larges filaments gazeux atteignant pour certains les 10 000 km se sont éloignés de l'illustre cyclone, altérant visiblement au passage sa nette apparence.

 

JUPITER EN TRIANGLE — 15 JUIN

Le 15 juin, Jupiter, la Lune et l'étoile rouge Antares formeront un triangle céleste.

Le 15 juin, peu de temps après le coucher de soleil, tournez votre regard vers le sud-est pour y trouver la lune gibbeuse croissante dans une spectaculaire chorégraphie en triangle avec pour partenaires la lumineuse Jupiter et Antares, l'étoile la plus brillante de la constellation du Scorpion. La nuit suivante, la Lune sera presque pleine et aura contourné Jupiter pour venir se positionner de l'autre côté, formant cette fois un arc céleste.

 

VÉNUS DANS L'ŒIL DU TAUREAU — 16 JUIN

Le 16 juin, sondez le cielpour apercevoir Vénus à proximité de l'étoile Aldébaran.

Si vous souhaitez tester vos qualités d'observateur à la jumelle, essayez de repérer Vénus et la brillante Aldébaran, l'œil de la constellation du Taureau, l'une à côté de l'autre à l'aube juste au-dessus de l'horizon à l'est. Pour mettre toutes les chances de votre côté, choisissez un lieu d'observation qui vous offrira une vue dégagée sur l'est de l'horizon et commencez à scruter les étoiles 45 minutes avant le lever du jour.

 

MERCURE RENCONTRE MARS — 18 JUIN

Le 18 juin, scrutez le ciel pour être témoin d'un intime rapprochement entre Mercure et Mars.

Après le coucher de soleil, regardez à l'ouest pour être témoin de la  rencontre entre Mercure et Mars. Les deux mondes ne seront séparés que d'un demi degré, soit le diamètre de la pleine lune, et n'auront jamais été aussi proches de la Terre depuis 13 ans.

Mars est cinq fois plus brillante que Mercure, il est donc généralement plus difficile de distinguer la seconde. Toutefois et puisque les deux planètes seront au plus proche le 18 juin, Mercure devrait être bien plus facile à localiser. Une fois leur entrée faite sur la piste aux étoiles, tournez-vous vers le sud-est pour observer Saturne et la Lune gibbeuse s'élever à leur tour dans le ciel étoilé.

 

ARRIVÉE DU SOLSTICE — 21 JUIN

Pour l'hémisphère Nord, l'été commencera officiellement le vendredi 21 juin à 17h54. Pendant cette saison, l'axe nord de la Terre est légèrement incliné vers le Soleil, l'hémisphère Nord reçoit donc plus de lumière directe du Soleil et les températures sont plus chaudes.

À l'inverse, le solstice de juin marque pour l'hémisphère Sud le début de l'hiver étant donné que l'axe sud de la Terre sera plus éloigné du Soleil, ce qui aura pour effet de refroidir les températures.

Lors du premier jour de cette nouvelle saison et pour les quelques jours suivants, le Soleil semblera stationnaire au-dessus de l'horizon, d'où le nom « solstice » qui signifie « soleil immobile » en latin. À partir du solstice de juin, les jours raccourciront dans l'hémisphère Nord et s'allongeront dans l'hémisphère Sud.

 

MERCURE SOUS SON PLUS BEAU JOUR —23 JUIN

Le soir du 23 juin, Mercure sera plus facile à repérer qu'elle ne l'a jamais été cette année.

Habituellement, Mercure est une planète difficile à repérer à l'œil nu car elle ne s'aventure jamais très loin du Soleil dans le ciel terrestre, elle n'apparaît donc que peu de temps avant le lever du Soleil et pendant un court instant à la tombée de la nuit où elle est facilement éclipsée par les lueurs du crépuscule.

Toutefois, tout au long du mois de juin, Mercure sera détachée du soleil et montera haut dans le ciel du crépuscule. La nuit du 23 juin, la planète atteindra, pour les observateurs, son éloignement maximal par rapport au Soleil et sera donc plus facile à apercevoir. À compter de ce jour, la  petite planète entamera peu à peu sa descente vers l'ouest de l'horizon et sera à nouveau occultée par le Soleil couchant avant la fin du mois.

Si vous en avez la possibilité, utilisez des jumelles pour balayer le bas du ciel à l'ouest environ 20 minutes avant le coucher du Soleil, à la recherche d'un corps céleste ressemblant à une étoile peu brillante. Une fois identifiée avec les jumelles, Mercure devrait être facile à repérer à l'œil nu.

 

LA LUNE ET L'ŒIL DU TAUREAU — 30 JUIN

Le croissant de Lune aidera les observateurs à localiser Aldébaran juste avant l'aube le 30 juin.

Vous aurez à nouveau l'occasion de mettre à l'épreuve vos compétences d'observateur avec la lumineuse Aldébaran, l'œil de la constellation du Taureau. Cette fois-ci en revanche, vous bénéficierez de l'aide d'un panneau cosmique de signalisation, le croissant de Lune, qui se tiendra à trois degrés de l'étoile, un écart égal à celui formé par vos trois doigts du milieu, bras tendu.

Vous devrez faire vite pour repérer ce jumelage céleste étant donné que la constellation du Taureau se cabrera à l'est au-dessus de l'horizon dans l'heure qui précédera le lever de soleil.

À vos télescopes !

Andrew Fazekas est l'auteur de Star Trek: The Official Guide to Our Universe. Retrouvez le sur Twitter et Facebook. 
Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.
Lire la suite