SpaceX s'apprête à marquer l'histoire de l'aérospatiale avec un premier vol habité

La mission Demo-2, transportant les astronautes de la NASA Doug Hurley et Bob Behnken, décollera du Kennedy Space Center en Floride mercredi 27 mai.

Monday, May 25, 2020,
De Nadia Drake
Le bras d'accès de l'équipage est mis en place pour le vaisseau spatial SpaceX Crew Dragon ...

Le bras d'accès de l'équipage est mis en place pour le vaisseau spatial SpaceX Crew Dragon et la fusée Falcon 9 le 21 mai 2020, alors que les préparatifs se poursuivent pour la mission Demo-2 au Kennedy Space Center de la NASA en Floride.

Photographie de Bill Ingalls, NASA

SpaceX s'apprête à ouvrir une nouvelle ère de vols spatiaux humains cette semaine avec le lancement de la capsule Crew Dragon qui transportera deux astronautes de la NASA vers la Station spatiale internationale (ISS). Cette mission habitée, baptisée Demo-2, dont le lancement est prévu à 16h33 (22h33 heure de Paris) mercredi 27 mai, sera le premier voyage spatial habité lancé depuis les États-Unis en près d'une décennie - et le tout premier autorisant une société privée à utiliser ses propres fusée et engin spatial pour envoyer des êtres humains en orbite.

« SpaceX est un extraordinaire partenaire de la NASA et ce depuis de nombreuses années, notamment pour le réapprovisionnement de la Station spatiale internationale, et bientôt, pour le déplacement d'équipages », a déclaré l'administrateur de la NASA, Jim Bridenstine, lors d'une récente e-conférence de presse. 

En raison de la pandémie de COVID-19, la NASA exhorte les spectateurs à rester chez eux et à assister à cet événement à distance. Le lancement de la mission, qui a pour but de transporter les astronautes de la NASA Doug Hurley et Bob Behnken, sera diffusé en direct par la NASA et SpaceX, et vous pourrez suivre en direct cet événement sur ABC News et National Geographic (aux Etats-Unis) mercredi prochain.

Comme tous les lancements dans l'espace, le décollage pourrait être retardé par des facteurs météorologiques ou mécaniques. Si la première tentative de lancement le 27 mai devait être annulée, la mission pourrait être décalée au 30 mai, 31 mai ou 1er juin.

 

DEUX VÉTÉRANS EN ROUTE POUR L'ISS

La mission Demo-2 devrait décoller du complexe de lancement 39A du Kennedy Space Center, en Floride. Ce même complexe de lancement a accueilli les missions Apollo 11 et STS-135.

Cette nouvelle mission habitée est une nouvelle façon de mettre des Hommes en orbite, une nouvelle logique selon laquelle des agences, NASA comprises, délèguent - ou plus exactement achètent - les voyages dans l'espace auprès d'entreprises privées.

Pour les astronautes Doug Hurley, 53 ans, et Bob Behnken, 49 ans, le vol Demo-2 est une rare opportunité : celle d'être les premiers à voler dans un nouveau type de vaisseau spatial. Behnken et Hurley ont été spécialement sélectionnés pour le programme d'équipage commercial de la NASA en 2015. Les deux hommes sont d'anciens pilotes d'essai militaires - Hurley dans les Marines et Behnken dans l'Air Force. Ils sont collègues depuis qu'ils ont rejoint la NASA en 2000 dans le cadre du groupe d'astronautes 18 (surnommé « The Bugs »).

« C'est probablement le rêve de tout apprenti-pilote d'essai d'avoir la possibilité de voler dans un tout nouveau vaisseau spatial, et j'ai la chance d'avoir cette opportunité avec mon ami ici présent », a déclaré Behnken lors d'une conférence de presse qu'il tenait avec Hurley.

Les deux astronautes ont aidé à mettre en orbite des parties de l'ISS, y compris des modules comprenant des systèmes de survie et des laboratoires scientifiques, et un robot à deux bras appelé Dextre, utilisé pour les réparations

Mais avec Demo-2, ce ne sera que la cinquième fois dans l'histoire des États-Unis que les astronautes partiront dans l'espace avec un tout nouveau véhicule. « Nous l'avons fait avec Mercury, Gemini, Apollo ; nous l'avons fait avec les navettes spatiales, et maintenant nous allons le faire avec une fusée SpaceX Falcon 9 et une capsule Crew Dragon », a déclaré Bridenstine.

Au cours d'un appel avec des journalistes, les astronautes ont décrit leur collaboration avec SpaceX pour aider à concevoir et affiner l'intérieur du Crew Dragon - qui dispose notamment de panneaux de commande à écran tactile plutôt que de joysticks.

Ayant déjà effectué deux vols à bord de navettes spatiales et six sorties dans l'espace, Behnken sera responsable de ce nouveau temps fort de l'aérospatiale, de l'amarrage et du désamarrage du Crew Dragon avec l'ISS. Hurley, commandant de la mission Demo-2, a piloté deux vols de navette, dont le lancement final de la navette spatiale STS-135, en juillet 2011.

La navette spatiale Atlantis sera lancée depuis le complexe de lancement 39A le vendredi 8 juillet 2011 au Kennedy Space Center de la NASA en Floride. Le lancement d'Atlantis, STS-135, était une mission de 12 jours vers la Station spatiale internationale et le dernier vol du programme de navette.

Photographie de Bill Ingalls, NASA

« Il se trouve que j'ai été l'un des quatre astronautes qui ont atterri ici [au Kennedy Space Center] il y a près de neuf ans... pour clore le programme de navettes spatiales », rappelait Hurley après son arrivée au centre spatial mercredi dernier. « Assurer le prochain lancement depuis les États-Unis ici impose une forme d'humilité. »

 

UN SÉJOUR UNIQUE À BORD DE LA STATION SPATIALE

Après la fin de l'ère des navettes, la NASA a développé des partenariats avec des compagnies privées pour envoyer des astronautes sur l'ISS, et l'agence a commencé à acheter des sièges dans des vaisseaux spatiaux russes jusqu'à ce que les véhicules commerciaux américains soient prêts à voler. En 2014, la NASA a engagé deux sociétés pour concevoir, construire et lancer des engins spatiaux en orbite terrestre basse : Boeing, avec un contrat de 4,2 milliards de dollars (3,85 milliards d'euros), et SpaceX, avec un contrat de 2,6 milliards de dollars (2,38 milliards d'euros).

« Il s'agit vraiment de la prochaine étape majeure dans la commercialisation de l'orbite terrestre basse et d'une économie d'orbite terrestre basse vitale dont la NASA est l'un des nombreux clients », explique Kirk Shireman, responsable du programme ISS de la NASA. « Ce lancement est notre prochaine étape vers l'augmentation de la présence américaine, et humaine, à bord du laboratoire. »

Les astronautes de la NASA Chris Ferguson (à droite) et Doug Hurley posent pour une photo dans le cockpit de la navette spatiale Atlantis pendant l'entraînement pour la mission STS-135 au Kennedy Space Center de la NASA, en Floride, le 7 avril 2011.

Photographie de Smiley N. Pool, NASA Photo/Houston Chronicle

Le lancement de mercredi sera le deuxième vol de démonstration du vaisseau spatial Crew Dragon de SpaceX. Lors du premier vol d'essai orbital du véhicule en mars 2019, une capsule sans astronaute à bord s'est brièvement amarrée à l'ISS, puis est revenue sur Terre, amerrissant dans l'océan Atlantique. Mercredi, Behnken et Hurley piloteront un autre Crew Dragon vers la station spatiale.

Une fois arrivés à destination, les deux astronautes resteront dans la Station Spatiale Internationale pendant une durée indéterminée comprise entre un mois et 110 jours, pour assister les trois astronautes déjà à bord dans la recherche scientifique. 

L'astronaute de la NASA Chris Cassidy est actuellement à bord de l'ISS, avec les cosmonautes russes Anatoly Ivanishin et Ivan Vagner, en attendant l'arrivée de Hurley et Behnken. Lorsque le Crew Dragon reviendra sur Terre piloté par les astronautes de la mission Demo-2, ceux-ci se parachuteront dans l'océan Atlantique près de Cap Canaveral.

« Ma gorge est serrée », a déclaré Gwynne Shotwell, présidente et chef de l'exploitation de SpaceX, en pointant sa gorge lors d'une conférence de presse. « Je pense qu'elle va le rester jusqu'à ce que Bob et Doug reviennent sains et saufs de la Station spatiale internationale. »

Hurley, en charge de la mission, dit qu'il a surtout hâte de revoir la station qu'il a aidé à construire - et notamment la coupole, un dôme en verre qui offre une vue imprenable sur la Terre.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite