Sally Ride, l'astronaute qui a marqué l'exploration spatiale américaine

En juin 1983, Sally Ride a fait fi des politiques discriminatoires et des usages sexistes et est devenue la première femme américaine à participer à une mission habitée.

Le 18 juin 1983, Sally Ride est devenue la première femme américaine à participer à une ...

Le 18 juin 1983, Sally Ride est devenue la première femme américaine à participer à une mission habitée, à bord de la navette spatiale Challenger pour la mission STS-7. En tant que l'une des trois spécialistes de mission, Ride a joué un rôle crucial en aidant l'équipage à déployer des satellites de communication, à mener des expériences et à utiliser le premier satellite Shuttle Pallet.

Photographie de NASA

Le 18 juin 1983, Sally Ride est devenue la première Américaine à se lancer dans l'espace. Elle avait déjà terminé la formation exténuante de la NASA et passé toute une série de tests, mais il lui restait un dernier obstacle à franchir avant de monter à bord de la navette spatiale Challenger - l'examen minutieux des médias et du public.

Avant le lancement, l'astronaute s'est vue poser des questions sur ses menstruations, sur ses tenues, et on lui a même demandé si elle pensait pleurer dans l'espace. Et en dépit des préjugés de longue date quant à la capacité des femmes à supporter les difficiles conditions d'un vol spatial, Sally Ride a été la première à percer le plafond de verre et, ce faisant, a changé le visage du programme spatial américain.

Née à Los Angeles en 1951, Sally Ride a très tôt montré un intérêt pour les sciences. Elle a eu une brillante carrière en astrophysique, au détriment d'une carrière prometteuse de tenniswoman qui lui tendait les bras - elle était classée au niveau national au Swarthmore College puis à l'Université de Stanford.

Sally Ride terminait son doctorat à Stanford lorsqu'elle a vu passer, dans le journal, une petite annonce qui allait changer sa vie - et l'histoire du vol spatial américain. La NASA recrutait des jeunes gens pour la promotion 1978, et pour la première fois, des femmes étaient invitées à postuler.

La navette Challenger décolle de la rampe de lancement du Kennedy Space Center avec à son bord la première astronaute américaine, Sally Ride. Le lancement historique, le 18 juin 1983, était la deuxième mission Challenger et le septième lancement de la navette spatiale.

Photographie de Robert Alexander, Archive Photos/Getty

Bien que les femmes étaient alors déjà allées dans l'espace - la cosmonaute soviétique Valentina Tereshkova avait ouvert la voie en 1963 - la NASA résistait à l'idée de former des femmes astronautes. Au début des années 1960, treize femmes ont participé à un programme financé par le secteur privé conçu pour déterminer si oui ou non les femmes pouvaient participer sans encombre à des missions spatiales. Mais le groupe a eu beau réussir les mêmes tests que les astronautes de la NASA, le programme Woman in Space a été abandonné en 1962.

Cette année-là, lors des audiences du Congrès sur la faisabilité d'envoyer des femmes dans l'espace, les astronautes John Glenn et Scott Carpenter ont témoigné en défaveur du programme, affirmant que les femmes n'étaient pas qualifiées parce qu'elles n'étaient pas pilotes d'essai - une exigence de longue date pour devenir astronautes de la NASA - puisque cette profession n'était pas ouverte aux femmes.

Mais au moment où Sally Ride a postulé à la NASA en 1978, l'agence américaine avait abandonné ce postulat. En lisant la liste des qualifications requises, Ride s'est rendue compte que, selon ses propres mots, qu'elle faisait « partie de ces personnes ». Et en effet, elle a été l'une des six femmes sélectionnées sur 35 postes disponibles et parmi 8 000 candidats.

Sally Ride et ses collègues astronautes ont fait profil bas pendant leur formation. Cinq ans plus tard, après s'être épanouie dans divers rôles de contrôle de mission et avoir aidé à développer le bras robotique de la Station spatiale internationale, Ride a été choisie comme membre d'équipage de STS-7, la 2ᵉ mission de la navette spatiale Challenger, en 1983.

Les médias et la NASA elle-même ont eu du mal à aborder cette nouvelle figure, celle d'une scientifique simple et directe. Alors qu'elle se préparait pour le vol habité, la NASA lui a suggéré de prendre 100 tampons pour une mission d'une semaine et a même créé un kit de maquillage à emporter dans l'espace (elle ne l'a pas emporté).

Dans le même temps, les médias l'ont assaillie de questions frivoles. « Tout le monde voulait savoir quel type de maquillage je prenais avec moi - ils se moquaient de la façon dont je m'étais préparée à utiliser le bras robotique ou à déployer des satellites de communication », a déclaré Sally Ride à Gloria Steinem dans une interview de 1983. 

Malgré la pression, le premier vol de Sally Ride - une mission de déploiement et de récupération de satellites de six jours - a été un succès. Tout comme sa deuxième mission, un vol de huit jours en 1984. Et bien que le troisième vol de Ride ait été annulé après la perte de Challenger, elle a continué à travailler pour la NASA jusqu'en 1989, année où elle est devenue professeure de physique à l'Université de Californie à San Diego et directrice de l'Institut spatial de l'Université de Californie. Elle a ensuite créé sa propre entreprise, Sally Ride Science, conçue pour encourager les filles et les femmes à poursuivre une carrière dans les disciplines scientifiques.

Le 23 juillet 2012, Sally Ride est décédée des suites d'un cancer du pancréas à l'âge de 61 ans - et la nécrologie qu'elle avait préparée avant sa mort comprenait une ligne sur sa relation de 27 ans avec une femme, Tam O'Shaughnessy, écrivaine scientifique américaine pour enfants et partie prenant de Sally Ride Science. 

Faire son coming-out au cours de sa vie « ne semble pas lui être venu à l'esprit et aurait certainement compromis ses chances d'aller dans l'espace, si ça ne l'avait pas carrément tuée », a écrit Ann Friedman pour The American Prospect, notant que jusqu'en 1990, sept ans après que Ride est allée dans l'espace, la NASA avait pris des mesures pour disqualifier du programme spatial certains candidats en raison de leur orientation sexuelle. Bien que cette règle n'ait jamais été adoptée et que l'agence dispose désormais d'un bureau dédié à ses employés LGBTQ, il n'y a jamais eu dans son histoire d'astronaute ouvertement LGBTQ.

Depuis, d'autres femmes américaines ont participé à des missions habitées - plus de 40 - et en 2019, des astronautes américaines ont effectué une sortie dans l'espace 100 % féminine. « Maintenant, les gens ne remarquent pas qu'il y a des femmes qui participent à des vols spatiaux », constatait Sally Ride en 2002. Aujourd'hui, il apparaît normal que des femmes prennent part au programme spatial et, d'ici 2024, la NASA pourrait même débarquer la première femme sur la Lune dans le cadre de sa prochaine mission, Artemis.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

L'étoffe des héros : bande annonce
Lire la suite