Des météorites géantes auraient-elles frappé la Terre vers l'an 500 ?

Un objet spatial de 600 mètres de large se serait brisé en deux morceaux, qui ont frappé la Terre au large du nord de l'Australie, provoquant un refroidissement global, selon une théorie controversée.

De Richard A. Lovett
Publication 25 févr. 2022, 11:05 CET
Asteroid Impact

Vision d'artiste : un astéroïde se dirige vers la Terre.

PHOTOGRAPHIE DE Detlev van Ravenswaay, Astrofoto, Peter Arnold Images, Photolibrary

Des morceaux d'un astéroïde géant ou d'une comète qui se sont brisés au-dessus de la Terre pourraient s'être écrasés au large de l'Australie il y a environ 1 500 ans, selon un scientifique qui a trouvé des preuves de la présence éventuelle de cratères d'impact.

Les mesures par satellite du golfe de Carpentarie ont révélé de minuscules changements dans le niveau de la mer qui sont des signes de cratères d'impact sur le fond marin en dessous, selon les nouvelles recherches du géophysicien marin Dallas Abbott.

D'après les données satellitaires, l'un des cratères devrait avoir une largeur d'environ 18 kilomètres, tandis que l'autre devrait avoir une largeur de 12 kilomètres.

Depuis des années, Abbott, de l'Observatoire de la Terre Lamont-Doherty de l'Université de Columbia, soutient que les dunes de sable en forme de V le long de la côte du golfe sont la preuve d'un tsunami déclenché par un impact.

« Ces dunes sont comme des flèches qui pointent vers leur source » a déclaré Abbott. Dans ce cas, les dunes convergent vers un point unique du golfe, là même où Abbott a trouvé les deux dépressions de la surface de la mer.

Ces nouveaux travaux sont les derniers en date des indices qui relient un impact majeur à un épisode de refroidissement global qui a affecté les récoltes entre 536 et 545 après J.-C., affirme Abbott.

Selon cette théorie, les matériaux projetés dans l'atmosphère par l'impact de Carpentaria ont probablement déclenché le refroidissement, qui a été mis en évidence dans les données des anneaux des arbres d'Asie et d'Europe.

De plus, à peu près au même moment où l'Empire romain s'effondrait en Europe, les aborigènes d'Australie ont peut-être été témoins du double impact et l'ont enregistré, a-t-elle ajouté.

 

TÉMOINS ABORIGÈNES

Sur la base de ces nouvelles recherches, Mme Abbott pense que les deux cratères ont été formés par un objet qui s'est brisé en morceaux en s'approchant de la Terre.

Pour créer deux cratères de cette taille dans les sédiments mous du plancher océanique, l'objet original devait mesurer 600 mètres de diamètre avant de se briser, a-t-elle expliqué.

Les carottes prélevées dans la région confirment l'hypothèse d'un tel impact, a ajouté Mme Abbott. Des recherches antérieures avaient révélé que les échantillons contenaient des sphérules lisses et magnétiques, qui ont probablement été créées lorsque l'atterrissage explosif de l'objet a fait fondre des matériaux et les a projetés dans le ciel.

En outre, un article paru en 2004 dans la revue Astronomy and Geophysics suggérait que le refroidissement planétaire survenu vers l'an 500 pourrait avoir été causé par la poussière d'un impact de la taille approximative de celui qu'Abbott a calculé pour la Carpentarie.

Il est même possible que l'impact ait eu des témoins oculaires : L'art rupestre aborigène de la région semble avoir enregistré l'événement, bien que les chercheurs qui ont examiné cet art aient refusé de discuter des détails avant la publication de leur article.

Néanmoins, Duane Hamacher, un étudiant en doctorat à l'université Macquarie de Sydney qui n'a pas participé aux travaux sur l'art rupestre, a récemment démontré que les histoires aborigènes peuvent être utilisées pour localiser les cratères de météorites.

« De nombreux exemples d'étoiles enflammées tombant du ciel et frappant la terre, causant la mort et la destruction, se retrouvent dans les rêves aborigènes [histoires populaires spirituelles] à travers l'Australie » a écrit Hamacher sur son blog.

« Les descriptions semblent indiquer que les événements ont été observés et non simplement "inventés". »

Dans des conclusions qui doivent encore être publiées, Hamacher a utilisé un ensemble de récits aborigènes, ainsi que des images dans Google Earth, pour localiser un cratère d'impact de 280 mètres à Palm Valley, dans le Territoire du Nord de l'Australie.

 

DES PLUIES DE MÉTÉORITES ?

Mais certains experts sont sceptiques quant aux conclusions d'Abbott, qui ont été présentées en décembre dernier lors d'une réunion de l'American Geophysical Union à San Francisco.

Un problème potentiel est la présence de deux cratères distincts sur le site du golfe de Carpentarie, a déclaré le physicien Mark Boslough des Sandia National Laboratories à Albuquerque, au Nouveau-Mexique.

Selon lui, si un gros impacteur s'était brisé lors de son approche finale de la Terre, les fragments auraient été très, très proches les uns des autres lors de leur atterrissage : « Il se comportera essentiellement comme un seul morceau, créant un seul cratère, » a déclaré Boslough.

En outre, a-t-il ajouté, Abbott et d'autres membres d'une association informelle appelée Holocene Impact Working Group trouvent des preuves d'un plus grand nombre d'impacts que ce que les astronomes estiment possible.

Abbott et ses collègues soutiennent que plusieurs événements climatiques survenus à l'époque de l'Holocène - il y a 11 500 ans jusqu'à aujourd'hui - ont en fait été déclenchés par des impacts, et que ces grands impacts sont donc plus fréquents qu'on ne le croit actuellement.

Boslough et d'autres experts, quant à eux, ont catalogué les astéroïdes et autres corps qui croisent l'orbite de la Terre et ont calculé la fréquence à laquelle les roches spatiales devraient frapper la planète.

« Nous avons une assez bonne idée de leur nombre et de la fréquence des impacts, et les abondances basées sur [le nombre de cratères revendiqué par le groupe de travail] sont supérieures de plusieurs ordres de grandeur à ce que les astronomes observent, » a déclaré Boslough.

« Il est assez difficile d'imaginer d'où ces choses pourraient provenir pour que les astronomes ne les voient pas. »

Au lieu de cela, il est plus probable que les cratères trouvés par le groupe de travail aient des origines volcaniques, concluent les sceptiques de l'impact.

Abbott reconnaît que son cas pour Carpentaria n'est pas prouvé à 100 %. Mais en général, dit-elle, « je pense que nous sommes sur le point de pouvoir démontrer qu'il y a eu beaucoup d'impacts au cours des 10 000 dernières années. »

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Vous aimerez aussi

Espace
Comment la NASA a envoyé une carte dans l'espace pour aider les extraterrestres à trouver la Terre
Espace
SpaceX : l'équipage du Crew Dragon est de retour sur Terre
Espace
Comment observer NEOWISE, la comète qui survole la Terre cet été ?
Espace
Pourquoi la Terre a-t-elle une lune ?
Espace
Deux autres "lunes" orbiteraient autour de la Terre

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage® & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2021 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.