Espace

La destruction de la sonde Cassini a marqué la fin d'une ère de l'exploration spatiale

Après 13 ans d'exploration de la planète aux anneaux, la sonde Cassini a plongé dans l'atmosphère de Saturne pour y exploser.

De Nadia Drake
Image de Cassini montrant l'ombre portée des anneaux sur Saturne.

En septembre dernier, une boule de feu dans le ciel de Saturne a annoncé la fin d'une ère de l'exploration spatiale. La sonde Cassini de la NASA a terminé son voyage dans une explosion grandiose, à la hauteur de son parcours interstellaire.

En 2004, Cassini commença à explorer le système de Saturne. Pendant plus de 13 ans, il a contourné, suivi, observé la planète aux anneaux et ses nombreuses lunes, a exécuté des millions de demandes et pris plus de 450 000 images.

S'il était tentant de souhaiter que Cassini ait pu devenir un sujet permanent du système solaire même après ses réserves épuisées, la mission scientifique finale de la sonde était de s'autodétruire en plongeant dans l'atmosphère de Saturne.

« J'ai l'impression que la fin de la mission est arrivée beaucoup plus tôt que je ne le pensais » raconte la scientifique Linda Spilker, travaillant sur le projet. « Le dernier jour, je ressentirai à la fois une profonde tristesse et une immense fierté pour tout ce que Cassidi a accompli. »

lancer le diaporama

LA FIN D'UNE ÈRE

Le 11 septembre, le champ gravitationnel de l'imposante lune Titan a dessiné la trajectoire de collision de Cassini avec Saturne. Jeudi 14 septembre, aux environs de 8 heures du matin (heure française), Cassini a pris sa dernière photo. La sonde a ensuit été en contact continu avec la Terre pour la dernière partie de sa mission.

Vers 12h30 le 15 septembre, Cassini a entamé sa plongée dans l'atmosphère de Saturne. À mesure que les frictions atmosphériques ont augmenté, la sonde a ralenti, commencé à chauffer et à chuter.

Elle s'est finalement enflammée, prenant les airs d'une météorite traversant le ciel saturnien. Cassini a ajusté son axe pour faire face à la Terre et envoyer des données aussi longtemps que possible.

Les scientifiques ont reçu le dernier signal de Cassini vers 13h55. Cette dernière émission a été un murmure posthume dans l'immensité : la sonde s'était auto-détruite depuis déjà 83 minutes au moment où le signal a traversé Saturne pour atteindre l'Australie.

Après quoi le système saturnien s'est tu à nouveau.

 

UN HÉRITAGE SCIENTIFIQUE

Cassini a terminé sa course un mois avant le 20e anniversaire de son lancement à Cap Canaveral, en Floride, le 15 octobre 1997. La sonde a atteint Saturne le 1er juillet 2004 et a tout de suite pris et envoyé des images de la planète et ses anneaux iconiques, ainsi que de ses 60 lunes.

Un peu plus tôt, Cassini avait largué la sonde Huygens dans l'horizon brumeux de Titan. Deuxième plus grande lune du système solaire, Titan est enveloppée d'une atmosphère épaisse de nitrogène qui dissimule ses lacs huileux et ses mers. Grace à Cassini, nous savons désormais que Titan compte parmi les endroits de notre système où la vie peut être recherchée.

Peu après, Cassini a observé d'énormes geysers en éruption dans les fissures du pôle sud d'Encélade, la lune glacée arborant un océan global. Tout comme Titan, Encélade est considérée comme pouvant abriter la vie.

Ces deux lunes sont la raison pour laquelle Cassini ne pouvait pas tourner éternellement autour de Saturne.

Les réserves de carburant de Cassini étaient à sec, et la laisser tourner autour du système saturnien sans moyen de la contrôler risquait de provoquer un crash sur l'un de ces mondes captivants. Mais même si l'on sait que la destruction de Cassini était la meilleure option scientifique, plusieurs membres de la mission ont dû faire le deuil de la sonde.

« J'adorais le fait de m'asseoir chaque matin à mon bureau et de contempler les dernières images émises par Cassini, » explique Carl Murray de l'université Queen Mary de Londres. « C'est un peu comme si ma webcam me permettait de garder un œil sur ce pan du système solaire ! »

Lire la suite