Espace

Non, cette carte envoyée dans l'espace ne met pas la Terre en danger

Certaines affirmations au sujet des « bouteilles à la mer interstellaires » à bord des sondes spatiales Pioneer et Voyager relèvent de la désinformation.

De Nadia Drake

Non, la carte indiquant le chemin vers la Terre envoyée dans l'espace par la NASA à bord des sondes spatiales Pioneer et Voyager n'est pas dangereuse. Elle ne va pas « permettre aux extraterrestres d'attaquer la Terre beaucoup plus facilement », ni faciliter la « prise de contrôle des extraterrestres » de notre planète et personne ne remet en cause cet « acte insensé et accidentel ».

Ces allégations, qui ont filtré dans les médias ces derniers jours, se fondent sur une interprétation erronée d'un article que nous avons publié à l'occasion du 40e anniversaire du lancement des sondes Voyager.

Cet article décrit la façon dont 14 pulsars connus pourraient faire office de panneaux galactiques afin d'indiquer le chemin jusqu'à la Terre à des extraterrestres, dans l'hypothèse où la sonde spatiale les transportant à travers le cosmos était interceptée dans un futur proche.

Dans le cadre de ce reportage, j'ai interviewé mon père, Frank Drake, à l'origine de la création de la carte en 1971. Lors de notre conversation, nous nous sommes demandé dans quelle mesure le pulsar pourrait faire partie du débat actuel au sujet de l'envoi délibéré de messages destinés aux civilisations extraterrestres.

Sa réponse a été celle-ci : « À l'époque, toutes les personnes avec lesquelles j'ai discuté étaient optimistes et pensaient que les extraterrestres seraient sympas. Personne ne songeait, ne serait-ce qu'un dixième de seconde, que cela pourrait être dangereux ».

Le débat actuel ne se posait pas dans les années 1970. Entre affirmer cela et craindre que « cette décision puisse avoir des répercussions désastreuses », ou dire qu'il émet des réserves « quant au fait de guider les extraterrestres jusqu'à la Terre », ou qu'il suggère que « les cartes puissent être dangereuses », il y a un gouffre cosmique.

Lorsque nous lui avons demandé de réagir à ces déclarations, Frank Drake insiste : « La plaque de Pioneer et le Voyager Golden Record ne sont absolument pas dangereux. Il y a de fortes chances qu'ils ne parviennent jamais à des extraterrestres. Et si c'est le cas, ce sera vraisemblablement dans des millions d'années ».

Il n'est pas en train de revoir sa copie quant aux risques que comporte l'envoi de ces cartes dans l'espace ; il n'est d'ailleurs pas opposé à l'idée d'envoyer des messages ciblés aux extraterrestres lorsque nous les aurons localisés. Selon lui, les ressources dont nous disposons ne sont tout simplement pas employées à bon escient et devraient plutôt être investies pour détecter les extraterrestres.

D'après Kathryn Denning, l'anthropologue à l'université de York, interviewée dans l'article original, que les humains signalent leur présence sur cette carte ne présente aucun risque important.

Après tout, nous avons bien diffusé des signaux radio depuis la Terre pendant des décennies. Ces messages circulent à la vitesse de la lumière, recouvrent tout ce qui se trouve sur leur passage et se détectent facilement, même de loin.

À titre de comparaison, les sondes spatiales Voyager et Pioneer n'ont aucune destination précise et des systèmes radar incroyablement puissants ainsi qu'un sacré coup de chance seraient nécessaires pour les détecter.

En outre, il leur faudra des dizaines de milliers d'années pour frôler les prochaines étoiles présentes sur leurs chemins. Même à ce moment-là, les probabilités que les sondes entrent en collision avec une planète ou un vaisseau spatial sont si maigres qu'elles sont sensiblement nulles.

Si le fait d'élaborer une carte destinée aux extraterrestres peut susciter quelques interrogations, notamment vis-à-vis d'efforts beaucoup plus ciblés afin d'entrer en contact avec eux, la plaque de Pioneer et le Voyager Golden Record ne sont finalement pas tant des messages destinés aux étoiles que des messages envoyés à nous-mêmes.

L'idée selon laquelle la NASA aurait commis un acte stupide et dangereux susceptible de déclencher le courroux d'une violente civilisation extraterrestre est certes percutante. Elle est également inventée de toutes pièces, c'est une fake news dans le jargon actuel.

Les médias sont d'ores et déjà attaqués par ceux qui qualifient toute information qui ne leur conviendrait pas de « fausse ». Nous devons perpétuellement prouver que les faits sont ce qu'ils sont, que la vérité doit être martelée et que la raison, le pragmatisme et la logique ont leur place au sein du dialogue civil et de la société.

Le rêve a très certainement sa place lorsqu'il est sujet du cosmos et de notre place dans l'univers. Cependant, il n'a pas droit de cité dans des sujets d'actualité vendus comme factuels.

Lire la suite