Espace

Qui donne leur nom aux étoiles ?

Un nouveau registre officiel répertorie le nom des étoiles qui illuminent l'univers.

De Catherine Zuckerman

On dirait des personnages tout droits sortis des pages de Harry Potter, mais Alfirk et Grumium sont bien deux étoiles de l'univers. Avec 225 autres patronymes aux consonances inhabituelles, elles ont intégré un nouveau registre des appellations stellaires officielles. La liste a été créée par l'Union internationale astronomique (UIA), la seule habilitée à baptiser les objets célestes.

Depuis des millénaires, les hommes regardent les étoiles pour naviguer à travers les océans et cultiver leurs champs, rappelle l'astronome Eric Mamajek, collaborateur de l'UIA. 

Au fil du temps, une étoile peut se voir affublée de dizaines de noms aux orthographes ou traductions variables, plongeant souvent leurs racines dans le grec ou l'arabe anciens. Les astronomes attribuent des désignations alphanumériques aux corps célestes, mais les gens aiment utiliser des noms pour les points géographiques. Comme le formule Eric Mamajek, « vous n'évoquez pas votre ville natale en citant son code postal. »

Le scientifique espère que la nouvelle liste fournira un lexique clair et simple à tous les amoureux des étoiles. 

En parallèle, son équipe et lui tiennent un index, à usage interne, de tous les noms qu'ils trouvent - au dernier pointage, environ 3 500 pour 950 étoiles.

 

CRISE D'IDENTITÉ

Le nom officiel de l'étoile orange en haut à gauche de l'image ci-dessus est Bételgeuse, un mot dérivé de l'arabe littéraire. Mais elle a été désignée par bien d'autres noms, listés ci-dessous :

  • Al-mirzam (Arabe)
  • Ardra (Sanskrit)
  • Bed Elgeuze (variation orthographique)
  • Betel’gejze (variation orthographique)
  • Chak tulix (langue maya)
  • Jed Algeuze (variation orthographique)
  • Kauluakoko (Hawaïen)
  • Lak (Tibétain)
  • Menkib al Gjauza (Arabe)
  • Moroitch (langue aborigène - Australie)
  • Orionis Humerus Orient (Latin)
  • Putara (Maori)
Lire la suite