Histoire

12 personnalités LGBTQ qui ont changé le monde

Qu'ils soient militants, artistes, médecins ou écrivains, tous ont eu un impact durable sur la communauté LGBTQ dans le monde entier.

De Mary Beth McAndrews

De nombreuses personnes vêtues de leurs plus belles tenues assistent aux parades où flottent les drapeaux arc-en-ciel. La Gay Pride est un moment de célébration et d'acceptation des autres. Mais c'est aussi l'occasion de rendre hommage aux personnes qui ont ouvert la voie au militantisme pour les droits des homosexuels, à l'instar de Sylvia Rivera et de Marsha P. Johnson, ou encore ceux qui sont devenus des icônes culturelles par leur travail, comme les écrivains Virginia Woolf et Ifti Nasim.

Découvrez quelques-unes des personnalités qui ont marqué l'histoire LGBTQ et quelles ont les répercussions de leur engagement sur le long terme.

 

Sylvia Rivera

Latina, queer et drag queen, Sylvia Rivera s'est battue sans relâche pour les droits des transgenres et des personnes au genre non conforme. Elle aurait jeté une première brique sur la police lors des émeutes de Stonewall. Suite à cet épisode, elle décide de fonder S.T.A.R (Street Transvestite Action Revolutionaries) avec Marsha P. Johnson : cette organisation avait été créée pour offrir un toit et soutenir les jeunes queers sans abri. Sylvia Rivera a aussi lutté contre l'exclusion des transgenres à New York grâce au Sexuel Orientation Non-Discrimination Act, une loi qui interdisait la discrimination sur base de l'orientation sexuelle. Elle mena ce combat toute sa vie durant, allant jusqu'à rencontrer sur son lit de mort l'organisation Empire State Pride Agenda pour discuter de l'inclusion des transgenres dans la société.

 

Marsha P. Johnson

Marsha P. Johnson a passé une grande partie de sa vie à se battre pour l'égalité des droits. Femme transgenre noire et prostituée, elle a été la mère de cœur des drag queens et des femmes transgenres sans abri de Christopher Street à New York. Elle était aux côtés de Sylvia Rivera lors des émeutes de Stonewall et a fondé avec elle l'organisation S.T.A.R. Marsha P. Johnson est un personnage central du début du mouvement de libération des gays aux États-Unis, un mouvement lancé dans les années 1970.

 

Josephine Baker

Josephine Baker était une artiste très célèbre de l'ère du jazz. Bisexuelle, elle est certainement la danseuse afro-américaine qui a le plus connu le succès en France. Elle se servait de son image pour réclamer la fin de la ségrégation, refusant de se donner en spectacle dans les lieux ségrégés et s'exprimant en 1963 lors de la Marche sur Washington. Pendant la Seconde guerre mondiale, Josephine Baker fut espionne pour la France, donnant aux services secrets les informations qu'elle entendait lorsqu'elle dansait devant des soldats allemands.

Karl Heinrich Ulrichs

Karl Heinrich Ulrichs est considéré par certains comme le père fondateur du mouvement gay moderne. Il est aussi la première personne à avoir rendu publique son homosexualité. D'après Volkmar Sigusch, chercheur allemand spécialisé en sciences sexuelles, Karl Heinrich Ulrichs a eu « un rôle déterminant et une forte influence sur l'émancipation homosexuelle dans le monde entier ». Juge en Allemagne, il a été contraint de démissionner en 1854 lorsqu'un de ses collègues a découvert qu'il était gay. Il a alors décidé de s'investir dans la lutte pour les droits des homosexuels. Il a notamment écrit des essais sur l'homosexualité. Le 29 août 1867, il s'est adressé au Congrès des juristes de Munich pour demander que chaque personne ait les mêmes droits, indépendamment de sa sexualité.

 

Michael Dillon

Michael Dillon fut le premier homme transgenre à subir une phalloplastie, c'est-à-dire une construction chirurgical d'un pénis. Il serait aussi la première personne à avoir bénéficié d'un traitement hormonal à base de testostérone pour débuter sa transition. Michael Dillon est par la suite devenu médecin et a servi en tant que tel dans la Marine britannique. Lorsque la presse découvre que Michael est en fait né de sexe féminin, il se réfugie en Inde pour échapper à l'attention médiatique. Là-bas, il prononce ses vœux et devient moine dans un monastère bouddhiste.

 

Virginia Woolf

Alors qu'elle était mariée à Leonard Woolf, l'écrivaine féministe a eu une liaison avec Vita Sackville-West, écrivaine elle aussi et ouvertement bisexuelle. Dans son journal intime, Virginia Woolf écrit au sujet de son mariage et de sa liaison : « En vérité, il nous est possible d'avoir plusieurs bonnes relations ». Son roman, Orlando, serait une lettre d'amour à destination de Vita Sackville-West. Le fils de cette dernière a d'ailleurs indiqué que le livre était « la plus longue et la plus belle lettre d'amour de la littérature ».

 

Bayard Rustin

Ami proche et conseiller de Martin Luther King Jr., Bayard Rustin a notamment organisé la Marche sur Washington de 1963. Il n'a jamais caché son homosexualité et c'est certainement pour cela que son rôle dans le mouvement des droits civiques des États-Unis a été minimisé. L'opposition s'est servi de la sexualité de Bayard Rustin à son encontre et celle de Martin Luther King Jr., menaçant de répandre des mensonges quant à la relation qu'avait les deux hommes. Suite à cela, Bayard Rustin a été contraint de travailler dans l'ombre pour éviter que toute polémique puisse à Martin Luther King Jr. et à la Marche sur Washington. Cela n'a pas empêcher Bayard Rustin de continuer à œuvrer pour l'égalité des droits civiques et homosexuels. Il a notamment contribué à porter à l'attention de la NAACP, la National Association for the Advancement of Colored People, la crise du SIDA.

Eleanor Roosevelt

Philanthrope dévouée, l'ancienne Première Dame des États-Unis a notamment présidé le comité en charge de la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'Homme pour les Nations Unies. Lorsqu'elle était à la Maison blanche et même après, elle a promu le militantisme social. Alors qu'elle était mariée au Président Franklin D. Roosevelt, Eleanor Roosevelt aurait eu une liaison avec la journaliste Lorena Hickok. Cette dernière fut la première femme à voir l'un de ses articles publiés en première page du New York Times. Leur romance a fait l'objet d'une correspondance d'environ 4 000 lettres. Dans l'une d'entre elles, Eleanor Roosevelt écrit : « Oh ! Comme c'était bon d'entendre ta voix. Jimmy n'était pas loin, je ne pouvais donc pas essayer de te dire ce que cela signifiait pour moi, ni te dire « je t'aime et je t'adore » alors que j'en mourrais d'envie. Souviens-toi que je te le dis et que, chaque soir avant de m'endormir, je répète notre petit dicton et je pense à toi ».

 

Frida Kahlo

Peintre talentueuse, Frida Kahlo était aussi bisexuelle et ne s'en cachait pas. Ses œuvres, et en particulier ses autoportraits, lui ont permis d'aborder des sujets tabous, comme la sexualité des femmes, les standards de beauté féminins et la douleur. Ses tableaux mettaient aussi en valeur la culture indigène du Mexique, ce qui a attiré l'attention du peintre mexicain Diego Rivera. Ce dernier devint son mécène et les deux artistes finiront par se marier. Au cours de leur mariage, Frida Kahlo eut des liaisons avec des hommes et des femmes, comme Josephine Baker et Leon Trotsky.

Nancy Cárdenas

Auteur et réalisatrice, Nancy Cárdenas serait l'une des premières personnalités mexicaines à avoir révélé son homosexualité à la télévision. Son identité sexuelle faisait partie intégrante de son travail : elle a notamment écrit des poèmes et des pièces de théâtre qui traitaient de l'homosexualité. Comme si écrire n'était pas suffisant, Nancy Cárdenas a aussi milité contre les a priori sur les gays au Mexique et s'est battue pour l'égalité des droits pour tous, quelle que soit leur sexualité.

 

Simon Nkoli

Simon Nkoli est considéré par beaucoup comme le héros de la communauté LGBTQ en Afrique du Sud. Fondateur de GLOW (Gay and Lesbian Organisation of the Witwatersrand , l'organisation des gays et des lesbiennes du Witwatersrand en français), Simon Nkoli a notamment milité contre l'apartheid, en faveur des droits des homosexuels et de la lutte contre le sida. En 1990, avec son organisation GLOW, il organise la première Gay Pride de Johannesburg. Il a également réussi à convaincre le Congrès national africain, le parti politique au pouvoir en Afrique du Sud, à reconnaître officiellement les droits des gays et des lesbiennes dans le pays. Cinq ans plus tard, Simon Nkoli déclare qu'il est séropositif et commence à œuvrer pour mettre fin aux préjugés sur le VIH et le sida.

 

Ifti Nasim

Poète pakistanais gay, Ifti Nasim a migré aux États-Unis pour éviter toute persécution liée à sa sexualité dans son pays. Son recueil de poésie Narman serait le premier  a être écrit et publié en ourdou et à traiter de l'homosexualité. Ifti Nasim a également fondé SANGAT/Chicago, une organisation qui soutenait la communauté LGBTQ d'Asie du Sud. En 1996, il a fait son entrée dans le Chicago Gay and Lesbian Hall of Fame.

Lire la suite