Histoire

Comment Lady Diana a réinventé le rôle de princesse

20 ans après sa mort tragique, l'influence de la princesse se fait toujours sentir. Jeudi, 9 novembre

De Becky Little

Diana Spencer n'était âgée que de vingt ans lors de son mariage avec le prince Charles. Aux yeux des 750 millions de téléspectateurs qui ont regardé en 1981 son mariage à la télévision, Diana était une princesse charmante, la tête sur les épaules et qui avait mérité son mariage digne d'un conte de fées. Or, dix ans plus tard, elle décrira avec tristesse ce jour comme « le pire de sa vie ».

Lady Di, surnom affectueux, a fait cette confession lors d'une série d'interviews enregistrées avec le journaliste Andrew Morton, lequel écrivait son autobiographie. Elle y parle sans filtre de son mariage chaotique, de sa lutte contre la boulimie et de ses difficultés à vivre sous les feux de la rampe. La plupart de ces confessions n'ont jamais été diffusées. Jeudi 31 août à 20h40, vous pourrez écouter ces enregistrements dans le documentaire Diana : une icône mystérieuse, diffusé pour la première fois sur National Geographic.

Ce documentaire inédit est diffusé 20 ans après la mort dramatique de la princesse dans un accident de voiture. Bien que divorcée du prince Charles à cette époque, elle était restée une icône internationale très présente médiatiquement. À l'occasion de l'anniversaire de sa disparition, nous nous sommes entretenus avec Tom Jennings, producteur exécutif de ce nouveau film, au sujet des causes humanitaires défendues par Lady Di et de la façon dont elle a transformé le rôle de la famille royale.

 

Comment la nouvelle de sa disparition a-t-elle été accueillie ?

À la mort de la princesse Diana, le monde entier s'est arrêté. C'était une série d'événements incroyablement tristes. Ses funérailles ont été diffusées en direct dans le monde entier. Au Royaume-Uni, les habitants déposaient des fleurs aux portes du palais de Kensington, à tel point qu'il était impossible d'accéder aux portes du palais sur plusieurs centaines de mètres.

 

Le public était-il toujours autant sous le charme de la princesse ?

Elle fascinait le public, pour commencer. Nous grandissons bercés par le rêve des contes de fées, des princes, des princesses et des châteaux, quand tout à coup, il devient réalité pour cette très jeune et très belle femme. En l'espace d'un instant, elle est devenue plus populaire que le prince Charles lui-même.

Dans les années 1990, les contraintes de son mariage ont commencé à peser sur elle. Suite à la sortie du livre de Morton, elle est devenue une sorte de figure polarisante. Selon certains, un membre de la famille royale ne devait pas parler de sa vie privée en public. D'autres personnes qui croyaient en elle et étaient d'ores et déjà des fans inconditionnels se sont transformées en fervents partisans.

 

Ses œuvres humanitaires ont également été sources de divisions, notamment lorsqu'elle a serré la main de patients atteints du sida en 1987.

Il y avait cette crainte infondée selon laquelle serrer la main d'une personne atteinte du VIH ou du sida suffisait à vous transmettre la maladie ; Diana n'y croyait pas. Les personnes qui l'appréciaient à l'époque l'ont aimée d'autant plus parce qu'elle se servait de son statut de personnalité publique pour montrer au monde que ces individus avaient eux aussi besoin d'attention et d'affection. 

Toujours à cette époque, à la fin des années 1980, elle s'est attaquée au problème des sans-abris, notamment au Royaume-Uni. Des images la montrent en train de se promener et d'aller parler à des personnes sans domicile fixe, qui vivent dans des tentes sous des ponts. Nombreux sont ceux qui n'en croyaient pas leurs yeux. Elle a insisté sur le fait que personne ne devrait avoir à vivre dans ces conditions dans le monde d'aujourd'hui. Juste avant sa mort, elle s'est saisie de la question des mines antipersonnel dans les pays d'Afrique déchirés par la guerre, notamment en Angola.

Elle a eu une prise de conscience : « Quitte à avoir les caméras braquées sur moi en permanence, autant me servir de cette publicité à bon escient ». Et c'est ce qu'elle a fait. Elle savait que se rendre dans les hôpitaux ou dans des champs truffés de mines attirerait immédiatement l'attention du monde entier sur le problème.

 

Dans quelle mesure son engagement humanitaire et le fait qu'elle soit disposée à parler de sa vie personnelle ont-ils transformé la famille royale ?

La princesse Diana a eu une immense influence sur la famille royale et sur les Britanniques, notamment sur ce que la famille royale représentait pour eux. Selon moi, ses deux fils, les princes William et Harry, poursuivent d'autant plus cela. À la fin du documentaire, elle déclare transformer la monarchie de façon subtile, en particulier pour William, l'aîné de ses fils, à travers ses actes, les causes qu'elle défend dont ne se saisit habituellement pas la famille royale.

Certaines personnes lui attribuent la modernisation de la famille royale, en raison d'un engagement majeur. Elle a sans aucun doute pris une tournure beaucoup plus moderne, tournure dont Lady Diana est à l'origine. Personne d'autre auparavant ne l'a transformée comme elle l'a fait. Je pense que la famille royale est désormais perçue comme une institution britannique beaucoup plus accessible. Il est fréquent que les deux princes interagissent avec le public de la même manière que le faisait Diana. Jamais elle n'a hésité à aller serrer la main aux gens.

Cet interview a été éditée et condensée pour des raisons de clarté.