Pendant des années les Soviétiques étaient interdits de territoire aux États-Unis

Une carte datant de 1957 révèle que les visiteurs soviétiques étaient interdits d'accès dans la majeure partie de Long Island à New York et dans tout l'État de Washington.Tuesday, March 27, 2018

De Greg Miller
Au 11 novembre 1957, les visiteurs soviétiques étaient interdits d'accès dans les zones coloriées en rouge.

Quand la Guerre froide était à son paroxysme, les États-Unis se méfiaient profondément de l'Union soviétique. Le gouvernement américain a donc décidé de créer cette carte - à peine croyable - qui montre les lieux où les visiteurs des pays du bloc est étaient interdits d'accès par la loi.

Le 11 novembre 1957, date à laquelle fut créée la carte représentée ci-dessus, toute personne ayant un passeport soviétique et voyageant aux États-Unis n'avait pas le droit de se rendre à Long Island, dans la majeure partie du territoire de la Californie du nord et sur presque toute la côte est de la Floride. En tout, près d'un tiers des États américains leur étaient interdits.

Les zones rouges qui figurent sur la carte représentent les lieux où les visiteurs soviétiques n'avaient pas le droit de se rendre. Les cercles verts dans les zones rouges indiquent les villes qu'ils pouvaient visiter (la plupart des grandes villes acceptaient la présence de Soviétiques). Quelques itinéraires routiers ont même été définis spécialement pour permettre aux visiteurs de traverser les zones interdites. À l'inverse, les cercles rouges indiquent les sites interdits dans les zones autorisées, la plupart se trouvant dans les États du sud et dans le Midwest.

Lorsque nous observons cette carte, des questions intéressantes nous viennent à l'esprit. Pourquoi les visiteurs soviétiques pouvaient se rendre à Memphis mais pas à Nashville ? Pourquoi l'État de Washington tout entier était-il interdit d'accès ? Le choix a semble-t-il été fait de façon arbitraire. Pour Ryan Moore, spécialiste en cartographie à la Geography and Map Division de la Bibliothèque du Congrès américain, l'État voulait certainement qu'une importante partie du pays soit inaccessible aux visiteurs soviétiques, les tenant éloignés des bases militaires et les usines.

En 1955, le Département d'État des États-Unis a publié une liste de lieux ne pouvant être dessinés ou photographiés par des visiteurs soviétiques. Les installations militaires, de stockage de combustible,  de communication, les ports de mer, les centrales électriques et les usines sont quelques-uns des lieux figurant sur cette liste. Ils n'avaient pas non plus le droit de prendre des photos des États-Unis depuis un avion survolant le territoire.

D'autres facteurs ont probablement été pris en compte. « Je pense que le gouvernement voulait s'assurer qu'ils ne voient pas les conséquences des lois Jim Crow et d'autres aspects de notre société qu'ils auraient pu utiliser pour faire de la propagande », a déclaré Ryan Moore. « La Guerre froide était avant tout une guerre idéologique entre l'Est et l'Ouest. Le camp adverse sautait sur la moindre occasion ou faille pour causer du tort à son ennemi ».

lancer le diaporama

En vérité, les interdictions de territoire visibles sur la carte de 1957 étaient plus souples que par le passé. Une loi sur l'immigration de 1952 interdisait aux visiteurs des pays communistes d'entrer aux États-Unis, sauf s'ils avaient reçu une dérogation spéciale de la part de l'Attorney General. En 1953 et 1954, seuls 33 citoyens soviétiques se sont vus accorder le précieux laisser-passer.

Les Soviétiques, eux, ont adopté la stratégie inverse puisque la quasi entièreté du territoire de l'URSS était accessible aux citoyens américains. En faisant cela, les Soviétiques démontraient que les États-Unis, soi-disant plus libéraux, avaient des politiques bien plus restrictives que les leurs. En 1955, un rapport du Conseil de sécurité nationale souligne que « les États-Unis sont accusés de maintenir un "Rideau de fer" ».

Ce rapport montre le calcul d'un assouplissement des restrictions de circulation. Principal avantage : la possibilité que certains visiteurs soviétiques puissent changer d'avis sur le camp adverse, et qu'ils soient « impressionnés par les États-Unis et leurs réussites technologiques ». Mais l'inquiétude corollaire est elle aussi évoquée : des agents secrets soviétiques pourraient ainsi pénétrer sur le territoire américain sans être repérés.

Dans un article du blog de la Library au sujet de la carte de 1957, Ryan Moore explique que le Président Eisenhower a fini par copier la politique de l'URSS et a rendu accessibles près de 70 % du pays aux visiteurs soviétiques. La plupart des villes de plus de 100 000 habitants seront concernées par cette mesure. En 1962, le Président Kennedy lèvent les restrictions de voyage pour les citoyens soviétiques ordinaires. Celles concernant les journalistes ainsi que les représentants du gouvernement de l'URSS resteront en place jusqu'à la fin de la Guerre froide.

 

Suivez All Over the Map sur Twitter et Instagram.

Lire la suite