Histoire

Isaïe : l'histoire du prophète qui a sauvé Jérusalem

Fidèle conseiller des rois de Judée, Isaïe est un prophète central de l'Ancien Testament. Lundi, 14 janvier

De Jean-Pierre Isbouts

Dans la série Les personnages de la BibleNational Geographic revient sur les personnages bibliques notables dans le cadre de son reportage sur l'histoire de la Bible et la recherche des textes sacrés.

Plus qu'un simple prophète, Isaïe fut le conseiller de nombreux rois à compter des dernières années du règne du roi Ozias.

Pendant les jours sombres où Peqah, le roi d'Israël, et le Rasin de Syrie envahirent la Judée, c'est Isaïe qui conseilla au roi Achaz : « prends garde, tais-toi, n'aies pas peur et ne laisse pas ton cœur s'affaiblir » (Isaïe 7: 4). Pour indiquer la courte période au cours de laquelle ces rois ont été chassés, le prophète a déclaré : « Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel. [...] Mais avant que l'enfant sache rejeter le mal et choisir le bien, Le pays dont tu crains les deux rois sera abandonné. » (Esaïe 7: 14,16). L'Évangile de Matthieu utilise ce verset comme une prédiction de la venue de Jésus comme le Messie (Matthieu 1:23).

C’est pendant le règne d’Ezéchias qu’Isaïe a pris toute sa place. Conscient de l'inutilité d'affronter la puissante Assyrie, le prophète dénonça ceux qui « descendent en Egypte sans me consulter, Pour se réfugier sous la protection de Pharaon, Et chercher un abri sous l'ombre de l'Egypte ! La protection de Pharaon sera pour vous une honte, Et l'abri sous l'ombre de l'Egypte une ignominie », car une telle ouverture n'apporterait « ni aide ni profit, mais honte et opprobre » (Isaïe 30: 2,5).

Il s'est avéré avoir raison. Vers 701 avant notre ère, le nouveau roi assyrien Sennachérib (704–681 avant notre ère) dirigea une puissante force d'invasion visant à réprimer révoltes en Phénicie et en Palestine, suscitées par les Égyptiens. Le prisme en pierre de Sennachérib, qui détaille les triomphes du roi, déclare que « comme pour Ézéchias, il ne s'est pas soumis à mon joug ». Le mastodonte assyrien se lança dans une nouvelle conquête, portée par des dizaines de chars, de béliers et de machines de siège. « La quatorzième année du roi Ezéchias, Sanchérib, roi d'Assyrie, monta contre toutes les villes fortes de Juda, et s'en empara », note avec regret le deuxième Livre des Rois (II Rois 18:13).

Ézéchias se précipita auprès du roi assyrien pour le rassurer. Il a mis à sac le Temple de Jérusalem pour rassembler une rançon conséquente et proposer à Sennachérib « tout l'argent qui a été trouvé dans la maison du Seigneur » (II Rois 18: 15). Mais Sennachérib n'était pas intéressé par l'argent ; il voulait Jérusalem elle-même.

“Cette nuit-là, l'ange de l’Éternel sortit, et frappa dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt-cinq mille hommes. ”

II Rois 19:35

Paniqué, Ezéchias se tourna vers Isaïe. Que faire ? Ne fais rien, répondit Isaïe ; « Il s'en retournera par le chemin par lequel il est venu, et il n'entrera pas dans cette ville, dit l'Éternel » (II Rois 19:33). Et en effet, le siège de Jérusalem par Sennachérib échoua.

La raison de cet échec n'a jamais été établie de manière convaincante. Le deuxième livre des rois explique que « l'ange du Seigneur sortit et frappa » 185 000 soldats dans le camp assyrien (II Rois 19:35). Les chercheurs y voient une indication selon laquelle les soldats de Sennachérib devaient avoir contracté une sorte de maladie. Quoi qu'il en soit, le siège fut levé et Sennachérib retourna en Assyrie. Mais la Judée était en ruine, une grande partie du pays étant maintenant sous contrôle assyrien.

Les articles de cette série ont été adaptés du livre Who's Who in the Bible: Unforgettable People and Timeless Stories from Genesis to Revelation (Qui est qui dans la Bible : des personnages inoubliables et des récits intemporels, de la Genèse au Livre de la Révélation), publié par National Geographic Books.  

Lire la suite