Il y a 1 500 ans, cet homme a mangé un serpent venimeux. Mais pourquoi ?

Ce mystère est-il la preuve d'un ancien rituel ou d'un défi préhistorique ?

De Erin Blakemore
Ce croc de serpent, provenant probablement d'un Crotale diamantin de l'Ouest ou d'un mocassin à tête cuivrée, a été conservé dans un coprolite préhistorique.

Analyser les coprolithes - les restes de défections humaines - est un travail sale et pour le moins odorant. Mais de temps en temps, cela révèle des choses vraiment surprenantes.

Dans le cas d'un nouvel article paru dans le Journal of Archaeological Science, la surprise a pris la forme du croc d'un serpent venimeux, digéré par une personne avant d'être rejeté dans une grotte sous-marine dans l'actuel Texas il y a environ 1 500 ans.

L'archéologue Elanor Sonderman, qui a découvert le croc dans le cadre de ses études supérieures à la Texas A & M University, n'était pourtant pas à la recherche de cette aiguille dans une botte de foin de selles préhistoriques. Elle souhaitait en savoir plus sur les peuples autochtones qui s'abritaient dans le Conejo Shelter, situé dans les canyonlands de Pecos inférieur au Texas, et l'utilisaient comme latrines. L'abri est devenu le théâtre de fouilles archéologiques dans les années 1960, avant qu'un projet de barrage n'inonde la région.

Les grottes alentours abritaient de nombreux artefacts antiques remarquablement préservés, notamment des sandales et des paniers tissés à partir de fibres végétales.

« C'est la merde », déclare Tim Riley, expert en coprolite et conservateur du Prehistoric Museum de l'Université d'Utah State University, qui n'a pas pris part à la recherche. Les coprolites, [explique Riley,] contiennent une mine d'informations : ils peuvent en dire plus sur la santé de la personne qui les a produits, et les restes de nourriture sont des preuves directes de ce que mangeaient les peuples anciens.

La présence de pollen dans le coprolite de Conejo Shelter indique que la personne consommait des plantes succulentes comme des fleurs de yucca. La dite personne avait également mangé ce qui semble être un petit rongeur qui n'avait été ni dépecé ni cuisiné, ce qui était courant pour les habitants des Pecos inférieurs à l'époque.

Les chercheurs ont également analysé le pollen trouvé dans le coprolite, qui a révélé que la personne mangeait aussi des fleurs de yucca.

Les écailles, les os et les crocs d'un serpent venimeux que l'on trouve dans l'échantillon sont cependant le sujet de plus nombreuses interrogations.

« Presque tout le reste du coprolite était assez commun pour cette région », déclare Sonderman. « Mais [la présence du] croc était si bizarre que nous savions que nous devions explorer ce qui pouvait se cacher là-dessous. »

Le centre creux du croc a aidé l’équipe à classer le serpent malchanceux dans la famille Viperidae - probablement un Crotale diamantin de l'Ouest ou mocassin à tête cuivrée, qui sont tous deux communs dans la région. Il n'y avait pas de marques d'omble sur les écailles, ce qui laisse à penser qu'il a été consommé cru. Et le nombre d'écailles suggère que l'animal a été mangé en entier.

Mais pourquoi ? Il est impossible de remonter dans le temps. Les chercheurs ont donc fouillé dans l'histoire et les mythologies d'autres cultures de la région afin de trouver des indices. Ils ont découvert que les serpents étaient rarement consommés, sauf en cas de stress alimentaire. Même à ce moment-là, ils étaient généralement préparés et cuits sans os, sans tête ni crocs. Et même si des restes de serpents ont été trouvés dans d'autres coprolithes de Conejo Shelter, aucun d'entre eux ne semble provenir d'une espèce venimeuse.

L'art rupestre de la région à cette période présente des motifs ressemblant à des serpents, et ceux-ci semblent jouer un rôle important comme gardiens des royaumes surnaturels dans les rituels chamaniques d'autres cultures de la Méso-Amérique et du Sud-Ouest américain. Carolyn E. Boyd, experte reconnue dans l'art rupestre des Pecos inférieurs, laisse entendre que cet art pourrait représenter des visions communes à ceux qui ont consommé du peyotl et d'autres substances psychotropes.

Alors, est-ce là la preuve d'un rituel chamanique ? Bien que l'équipe de recherche de Sonderman suppose que le serpent ait été mangé dans « un but distinctement cérémoniel ou rituel », il n'y a aucun moyen de l'affirmer avec certitude. « Je ne voudrais pas que quiconque dise : "Nous avons là un culte du serpent dans lequel les gens consomment des serpents de manière rituelle" », explique Sonderman. « Ce n'est pas ce que nous essayons de dire. Ce n'est qu'un exemple. »

Ce que le croc suggère, dit-elle, c'est qu'il n'était pas rare de manger des serpents venimeux, mais, compte tenu de son caractère unique, il aurait pu être consommé à une occasion spéciale. Ou pas. Peut-être que c'était juste un défi ou une préférence alimentaire très dangereuse.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite