Comment l’esclavage s'est développé aux États-Unis

Quatre cents ans de données sur l'évolution de la traite négrière en une infographie.mercredi 28 août 2019

109 esclaves africains ont survécu au cruel voyage long de six semaines entre l'Afrique de l'Ouest et l'Alabama. Ils étaient enfermés dans l'étroite cale de la goélette Clotilda, initialement construite pour transporter des marchandises et non des être-humains. C'est grâce aux caractéristiques uniques de conception du navire, comme ses dimensions, que les archéologues ont pu identifier l'épave.
109 esclaves africains ont survécu au cruel voyage long de six semaines entre l'Afrique de l'Ouest et l'Alabama. Ils étaient enfermés dans l'étroite cale de la goélette Clotilda, initialement construite pour transporter des marchandises et non des être-humains. C'est grâce aux caractéristiques uniques de conception du navire, comme ses dimensions, que les archéologues ont pu identifier l'épave.
photographie de Jason Treat et Kelsey Nowakowski, NG Staff. Art : Thom Tenery

Il y a quatre cents ans, le premier navire négrier a accosté sur les côtes nord-américaines, initiant un chapitre du commerce transatlantique qui a orchestré l'enlèvement et l'acheminement de 12,5 millions de personnes depuis l'Afrique pour être vendues dans des ports américains. Aux États-Unis, leur histoire commence avec le navire portugais San Juan Bautista, qui a transporté trois cents cinquante personnes capturées dans l'actuel Angola en 1619 pour être vendues comme esclaves. Les maladies contractées pendant le voyage et une attaque pirate ont eu raison de la majorité d'entre eux et seuls vingt hommes et femmes ont de fait accosté en Virginie pour être réduits en esclavage.

Dans les années qui ont suivi, des navires ont transporté au moins 400 000 hommes et femmes originaires d’Afrique dans des ports de la Nouvelle-Angleterre et des États du Sud. Leur travail gratuit a permis aux industries du tabac, du coton et du sucre de prospérer. L'importation d'esclaves a été interdite en 1808, mais le commerce a perduré

En 1860, un recensement aux États-Unis dénombrait près de quatre millions d'esclaves dans le pays. La guerre civile a ensuite opposé les abolitionnistes à la Confédération pro-esclavagiste, jusqu'à ce que la Proclamation d'émancipation libère les esclaves en 1863. Deux ans plus tard, l'adoption du treizième amendement a aboli officiellement cette pratique et mis fin à 246 ans d'esclavage.

Infographie retraçant l'importation d'esclaves aux États-Unis.
Infographie retraçant l'importation d'esclaves aux États-Unis.
photographie de National Geographic

Alors que les États-Unis continuent de lutter contre l'héritage de la traite négrière, l'archéologie permet de répondre à certaines questions. Les fouilles de plantations ont mis au jour des artefacts tels que des bijoux et des pipes faits main donnant un nouvel éclairage de la vie personnelle peu connue des Africains réduits en esclavage. 

En 2019, des scientifiques ont extrait l'ADN d'une pipe du XIXe siècle et ont pu remonter jusqu'en Sierra Leone. Dans les profondeurs de la mer, un groupe d'archéologues marins, Diving with a Purpose cherche des épaves de navires ayant transporté des esclaves à leur bord et analyse les récits de ceux qui ont été forcés à traverser l'Atlantique. Quatre cents ans après l’arrivée de ces premiers Angolais, on sait peu de choses sur les millions d’esclaves qui ont façonné les années formatrices de l’Amérique.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.
Lire la suite