Comment l'Union européenne a émergé des cendres de la Seconde Guerre mondiale

À l'origine une collaboration économique pour la paix, l'Union européenne est aujourd'hui devenue l'une des plus grandes entités politiques au monde… mais le Brexit serait-il le premier symptôme d'une maladie incurable ?vendredi 11 octobre 2019

De Erin Blakemore
Une supportrice de l'adhésion du Royaume-Uni à l'Union européenne manifeste devant le Palais de Westminster à Londres alors que les membres du parlement votent une motion pour sortir de l'UE en septembre 2017.

Lorsqu'en 2016, les citoyens du Royaume-Uni ont voté avec une timide majorité en faveur d'une sortie de l'Union européenne, une onde de choc s'est propagée à travers toute l'Europe. S'il est mené à terme, ce fameux Brexit sera la première fois qu'un membre de l'UE se sépare de ce qui est aujourd'hui devenu l'un des organes politique et économique les plus importants au monde : l'association de 28 états-membres créée pour établir une paix durable dans le sillage d'une guerre mondiale dévastatrice. Voici un résumé de ce que le Royaume-Uni laissera derrière-lui lorsqu'il quittera effectivement l'Union européenne.

L'Union européenne est née dans le chaos de l'après-guerre. En 1945, l'économie de l'Europe est en ruines. De vastes ensembles de populations se retrouvent à la rue ou déplacés. Alors que l'industrie européenne tente de se rétablir, les tensions politiques divisent l'Europe en deux, Est contre Ouest, c'est la guerre froide.

L'instabilité économique et le spectre de l'hyperinflation, ces mêmes conditions qui quelques années plus tôt avaient ouvert la voie à la montée du fascisme en Allemagne et préparé le terrain pour qu'éclate la Seconde Guerre mondiale, ont poussé les dirigeants de l'Europe d'après-guerre à l'action. Leur solution ? S'allier pour éviter le conflit à travers des mesures économiques : réunir les secteurs de la métallurgie et du charbon de l'Allemagne de l'Ouest, de la France, de la Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas pour mettre en place un marché commun des commodités dans le but de stabiliser l'économie tout en rendant impossible pour un pays seul de s'accaparer le marché des matériaux nécessaires à la guerre.

Cette Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) a rapidement inspiré d'autres réformes économiques. En 1957, alors que la guerre froide bat son plein, les six pays de la CECA signent le traité de Rome par lequel ils fondent la Communauté économique européenne (CEE). L'objectif de la CEE est d'instaurer un marché commun et une ligne directrice commune en matière d'économie, d'agriculture, de transport et d'autres politiques nationales.

Bien avant le Brexit, dans les années 1970, les citoyens britanniques comme Georgina Pellham-Kept manifestaient contre l'adhésion initiale du Royaume-Uni à l'Union européenne. Le pays devint membre de l'UE en 1973.

Les années 1960 ont vu s'épanouir les pays membres de la CEE et l'Europe occidentale a ainsi pu troquer la famine pour une période plus prospère. En 1973, trois autres nations, dont le Royaume-Uni, rejoignent la CEE et avec l'effondrement du bloc communiste la communauté poursuit son expansion dans les années 1980 et 1990.

En 1993, 12 états-membres signent le traité de Maastricht et donnent naissance à l'Union européenne. C'est également à ce traité que l'on doit la citoyenneté européenne, les politiques communes de relations internationales et de sécurité nationale ou encore les fondements d'une monnaie unique, l'Euro. L'union est encore aujourd'hui gouvernée par quatre axes de liberté : la libre circulation des personnes, des biens, des capitaux et des services.

L'Euro entre en vigueur le 1er janvier 1999 et à cette date, les accords de Schengen garantissant la libre circulation des citoyens européens à travers les frontières nationales ont déjà été appliqués dans la plupart des pays européens. Déjà, l'Union européenne se hisse au rang des plus grandes organisations politiques internationales.

lancer le diaporama

À partir de 2009, l'Union européenne et ses 27 membres affrontent une crise économique en partie provoquée par les conséquences de la crise des subprime aux États-Unis puis aggravée par l'incapacité des nouveaux états-membres à payer leurs dettes pour des raisons diverses. Elle parvient toutefois à surmonter cette crise de la dette et d'autres controverses. Avec l'arrivée de son membre le plus récent, la Croatie, en 2013, l'Union européenne est à présent forte de 28 états-membres. Aujourd'hui, elle couvre plus de quatre millions de kilomètres carrés et compte 513 millions d'habitants dont elle garantit les droits fondamentaux que sont la dignité humaine, l'égalité, le droit à la vie avec notamment l'abolition de la peine de mort, le droit d'asile, le consentement éclairé ainsi que la liberté d'opinion et d'expression.

L'Union européenne a depuis longtemps dépassé la simple union économique. Au fil des années, elle a su instaurer une paix durable et une stabilité relative à travers l'Europe. Elle s'est même vu attribuer le prix Nobel de la paix en 2012. Cependant, une question subsiste, les liens qui unissent les états-membres de l'Union européenne sont-ils aussi forts qu'il y paraît ? Même si certains parlent d'une « identité européenne », son existence est débattue par les universitaires. Être Européen ne signifie pas forcément être partisan de l'Union européenne et le Brexit fait planer un sombre nuage sur cette expérience européenne. L'Union européenne se retrouve à nouveau face à l'inconnu et il faudra attendre la sortie effective du Royaume-Uni pour savoir si ce déchirement n'était que passager ou annonciateur d'une perturbation plus profonde.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite