Pourquoi en savons-nous si peu sur les druides ?

Cette puissante classe sociale celte était une menace pour l'Empire romain avant d'être englouti par le christianisme, mais leurs origines restent profondément enfouies dans les méandres du passé.mercredi 20 novembre 2019

Les druides étaient-ils des prêtres pacifiques ou de dangereux prophètes ? Vouaient-ils un culte à la nature ou préparaient-ils une rébellion ? Nous ne savons pas grand-chose de cette ancienne classe sociale, mais ces lacunes n'ont jamais empêché les spéculations sur leur véritable nature.

Les premiers témoignages détaillés sur les druides remontent au premier siècle avant notre ère, mais il est probable que leur rôle particulier ait trouvé sa place dans les anciennes communautés de ce qui est aujourd'hui devenu la Grande-Bretagne, l'Irlande et la France bien avant cette date. Le témoignage en question provient d'une transcription latine du terme celtique désignant une classe sociale du peuple celte constituée de personnes dévouées à la prophétie et au rituel.

Étant donné que les Celtes avaient une tradition orale, tous les témoignages écrits concernant les druides provenaient de peuples tiers, notamment des Romains. Les druides « s'occupent des choses sacrées, ils dirigent les sacrifices publics et privés, et interprètent tout ce qui a trait à la religion, » écrivait par exemple Jules César en 50 avant notre ère, après avoir envahi la Gaule. L'empereur avait remarqué leur intérêt pour l'astronomie, l'éducation et la bravoure, ainsi que leur coutume de sacrifier leurs compatriotes gaulois pour s'attirer la grâce des dieux en mettant le feu à de gigantesques effigies humaines en osier où étaient enfermés des hommes vivants.

D'autres auteurs romains ont également été obsédés par l'amour que vouaient les druides au sang et à la mort. Pline l'Ancien évoquait par exemple le goût des druides pour le gui et le sacrifice humain. « Le meurtre d'un homme était pour eux un acte attestant de la plus grande dévotion, » écrivait-il, « et manger sa chair signifiait s'assurer une santé bénie des dieux. »  Tacite a même fait état d'une bataille au Pays de Galle au cours de laquelle les druides « ont recouvert leurs autels du sang des captifs et consulté leurs dieux à travers des entrailles humaines. »

Ces dévots païens constituaient une menace existentielle pour les Romains, ces derniers craignaient le pouvoir exercé par les druides sur les communautés celtes conquises par Rome. Dans son livre, Jane Webster suggère que les visions apocalyptiques des druides ainsi que leurs rituels étaient perçus comme des actes de résistance par l'envahisseur romain qui s'est empressé d'éradiquer cette menace dès le commencement du règne d'Auguste, en 27 avant notre ère.

 

Les célébrations de l'équinoxe d'automne à travers le monde

Au premier siècle de notre ère, le christianisme commença à se répandre en France et dans les îles Britanniques et au fil des siècles de nombreuses traditions celtes tombèrent derrière son voile. Cependant, les druides continuèrent de faire des apparitions dans la littérature médiévale, ce qui laisse entendre que ces prêtres païens sont plus tard devenus des guérisseurs ou des magiciens. Pourtant, étant donné que nous ne disposons d'aucun témoignage écrit sur les Celtes préchristianisme, il est quasiment impossible de vérifier les revendications historiques au sujet des druides. Néanmoins, les druides sont revenus plusieurs fois sur le devant de la scène au cours des millénaires avec notamment une résurgence à l'époque romantique et une réincarnation au 21e siècle sous la forme du néodruidisme.

Bien que, n'y voyant qu'une exagération de la réalité, les historiens aient fini par rejeter les allégations romaines sur les traditions religieuses prétendument brutales des druides, la controverse autour de leurs rituels macabres a refait surface en 1984. Cette année-là, un coupeur de tourbes avait déterré des restes humains dans le comté de Cheshire, en Angleterre, et sa découverte n'avait rien d'ordinaire : l'Homme de Lindow, comme il fut plus tard nommé, avait été conservé dans la tourbière depuis près de 2 000 ans. À première vue, il était devenu un "Homme des marécages" après avoir été blessé à la tête, poignardé et étranglé avant d'être laissé pour mort dans ces environs marécageux. Son estomac contenait du pollen de gui, ce qui alimenta les spéculations sur sa possible mort lors d'un sacrifice pratiqué, peut-être, par des druides, ou sur le fait qu'il était lui-même un prince druide.

Il est tentant de spéculer sur la véritable nature des druides, mais puisque la plupart des connaissances au sujet de cette ancienne caste sociale émanent de sources secondaires, il est impossible de vérifier la plupart des affirmations. Même le terme en lui-même semble avoir été utilisé pour désigner de manière générale des hommes instruits, des philosophes, des professeurs ou des hommes pieux intéressés par la nature, la justice et la magie. Et l'archéologie n'a pas plus de réponses convaincantes à offrir. « À l'heure actuelle chez les archéologues, il n'existe pas de consensus pour faire le lien entre des preuves matérielles et des druides, même au sein d'un pays donné, » écrivait Ronald Hutton pour le magazine History Today. « Quel que soit le lieu, nous n'avons jamais déterré d'artefact qui ait fait l'unanimité au sein des experts comme relevant du druidisme. » Les druides ont toujours été entourés de magie et de mystère.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite