Il y a 8000 ans, le crâne de cet homme a servi à un mystérieux rituel

Il y a 8 000 ans, le crâne de cet homme a été disposé sur une plateforme en pierre au milieu d'un lac, avec d'autres ossements animaux et humains. Aujourd'hui, il revient à la vie.

Tuesday, June 23, 2020,
De Kristin Romey
Le crâne partiel utilisé pour reconstruire le visage de cet homme a été mis au jour ...

Le crâne partiel utilisé pour reconstruire le visage de cet homme a été mis au jour avec d'autres crânes humains et des mâchoires d'animaux disposés dans un lac suédois vers 6 000 av. J.-C. L'artiste qui a reconstruit le visage de cet homme a choisi de le parer d'une cape en sanglier - l'une des l'espèce animale également présente dans le lac.

Photographie de Oscar Nilsson

Il est imposant, a environ cinquante ans et une barbe grisonnante qui apparaît et disparaît dans une cape en peau de sanglier. Son large torse est marqué par la craie et ses yeux bleu pâle sont plissés, comme s'il cherchait à apercevoir quelque chose au loin. Surnommé « Ludvig », il vivait en Europe du Nord il y a environ 8 000 ans.

Il est bien dommage que Ludvig ne puisse parler, car les chercheurs auraient beaucoup de questions à lui poser.

C'est la première reconstruction faciale réalisée à partir des restes humains mis au jour il y a une dizaine d'années dans le centre de la Suède à Kanaljorden, un site archéologique singulier où, environ 6 000 ans avant notre ère, des os d'animaux et d'Hommes avaient été délibérément disposés sur une plate-forme en pierre immergée au centre d'un petit lac. Kanaljorden a fait la une des journaux internationaux en 2018 lorsque les chercheurs ont publié un rapport sur les fouilles, notant que le bois conservé à l'intérieur de deux des crânes indiquait qu'ils avaient été montés sur des piquets. 

« C'est un site sur lequel il est fascinant et assez complexe de travailler », explique Fredrik Hallgren, directeur du projet Kanaljorden pour la Fondation suédoise du patrimoine culturel.

La reconstruction faciale a été commandée par le slott de Charlottenborgs, un musée de la ville voisine de Motala, où elle sera exposée. Le musée est installé dans un manoir du XVIIe siècle construit par le comte Ludvig Wierich Lewenhaup.

Hannah Graffman, en charge de la culture et des loisirs de Motala, a déclaré que la reconstruction donnerait aux citadins l'occasion de voir à quoi ressemblait l'un des premiers habitants de la ville. Son surnom, concède-t-elle, n'est cependant « pas vraiment le nom d'un homme de l'âge de pierre. »

Kanaljorden, où des fouilles ont été conduites entre 2009 et 2014, est un site fascinant pour les archéologues qui étudient le mésolithique scandinave (il y a environ 11 000 ans), après le retrait des derniers glaciers de la région et le regroupement des chasseurs de l'Europe continentale occidentale et du nord-est de l'Europe.

Les vestiges de Kanaljorden se distinguent de la plupart des autres sépultures mésolithiques scandinaves, les défunts étant alors plus généralement ensevelis. Ici, vers 6 000 avant notre ère, les boîtes crâniennes de neuf hommes et femmes ont été délibérément placées dans le lac - peut-être étaient-elles tous montées sur des piquets - et entrecoupées d'os de la mâchoire (mais pas de crânes) de plusieurs espèces animales locales, comme le sanglier, l'ours, le cerf et blaireau.

« C'est presque comme si les Hommes et les animaux se complétaient de manière symbolique », explique Hallgren.

La nature singulière du site de Kanaljorden a frappé l'archéologue et sculpteur Oscar Nilsson, qui a étudié les photographies du site pour essayer de comprendre quelles avaient pu être les motivations d'organiser soigneusement ces ossements avant qu'ils ne soient submergés.

« Quand vous regardez les crânes, que vous observez comment ils ont été placés, vous voyez là un aperçu de leur imaginaire, de leurs croyances, » dit-il.

Les chercheurs ont pu extraire des données ADN de six des neuf crânes, ce qui leur a permis de déterminer la couleur de la peau, des cheveux et des yeux de ces individus. Certains Européens du Mésolithique avaient probablement un teint plus foncé que les Européens modernes, un fait reflété dans les reconstitutions récentes des visages de deux femmes qui vivaient en Scandinavie à l'époque de Ludvig ou un peu après. 

Alors que Ludvig avait une peau et des yeux clairs, l'ADN d'un crâne de femme qui sera reconstruit l'année prochaine indique qu'elle était blonde mais avait la peau plus foncée, attestant de la complexité génétique de la Scandinavie de l'époque.

Graffman est impatient de voir comment Ludvig sera reçu par les habitants modernes du Motala, et considère la reconstruction comme un pont spatio-temporel entre les Hommes.

« C'est ce que nous essayons de faire dans toutes sortes de domaines différents, que ce soit ici avec cette [reconstruction] ou lorsque nous lisons des livres ou que nous regardons toute forme d'art qui nous relie les uns aux autres », dit-elle. « Je pense qu'il est important d'établir ces liens entre les gens. »

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite