Mexique : découverte d'un complexe maya vieux de plus de 3 000 ans

La structure détectée par la technologie LiDAR est le complexe maya le plus ancien et le plus grand jamais découvert.

Thursday, June 4, 2020,
De Tim Vernimmen
Une image 3D de la plate-forme monumentale d'Aguada Fénix (en brun foncé). La structure, construite il y ...

Une image 3D de la plate-forme monumentale d'Aguada Fénix (en brun foncé). La structure, construite il y a environ 3 000 ans, a été détectée par le LiDAR, outil de télédétection par laser.

Photographie de Takeshi Inomata

Une énorme plate-forme en terre vieille de 3 000 ans, surmontée de plusieurs structures dont une pyramide de près de 4 mètres de haut, a été identifiée comme le complexe maya le plus grand et le plus ancien jamais découvert dans la région, selon un article publié aujourd'hui dans la revue Nature. Cette nouvelle découverte nourrit un peu plus l'hypothèse -émergente- selon laquelle certaines des premières structures mayas édifiées dans la région étaient nettement plus grandes que celles construites plus d'un millénaire plus tard au cours de la période maya classique (250-900 après J.-C.), lorsque l'empire était à son apogée.

La découverte a eu lieu dans l'État de Tabasco, au Mexique, sur le site d'Aguada Fénix, à environ 1 365 kilomètres à l'est de Mexico. C'est dans une région connue sous le nom de plaines mayas, depuis laquelle la civilisation maya a commencé à émerger.

En 2017, les chercheurs ont sondé la zone au moyen d'un LiDAR et ont détecté la plate-forme et au moins neuf chaussées y menant. La télédétection par laser, révolutionnaire, est généralement utilisée depuis les airs pour « voir » les structures sous la canopée des arbres qui les abritent de leur ombre, mais dans ce cas présent, le complexe est resté « bien en vue » près des ranchs semi-boisés de Tabasco pendant des siècles, voire des millénaires.

Une vue aérienne d'Aguada Fénix sans LiDAR montre comment le monument était à la fois visible de tous et caché parmi les ranches.

Photographie de Takeshi Inomata

Pourquoi un si grand monument n'a-t-il pas été identifié plus tôt ?

« C'est assez difficile à expliquer, mais lorsque vous vous promenez sur le site, vous ne réalisez pas tout à fait l'énormité de la structure », explique l'archéologue Takeshi Inomata de l'Université de l'Arizona, auteur principal de l'article. « Il mesure plus de 9 mètres de haut, mais les dimensions horizontales sont si grandes que vous ne réalisez pas à quel point il était grand. »

 

« RITUELS QU'ON NE PEUT IMAGINER »

La construction initiale de la plate-forme aurait commencé vers 1 000 avant notre ère, sur la base de la datation par le carbone 14 réalisée à l'intérieur du complexe.

Mais l'absence de bâtiments antérieurs à Aguada Fénix connus suggère qu'au moins jusqu'à cette période, les habitants de la région - probablement les ancêtres des Mayas classiques - se déplaçaient entre des camps temporaires pour se nourrir. Cela a amené les chercheurs à s'interroger sur la manière et la raison pour lesquelles ils avaient soudainement décidé de construire une structure aussi massive et permanente.

Takeshi Inomata estime que le volume total de la plate-forme et des bâtiments qu'elle supportait était d'au moins 3,8 millions de mètres cubes, ce qui signifie que ce complexe était même plus grand que la plus grande pyramide égyptienne. Il a également calculé qu'il aurait fallu que 5 000 personnes travaillent jours et nuits pendant six ans pour le construire.

« Nous pensons que c'était un complexe cérémoniel », explique Inomata. « [C'était] un lieu de rassemblement, impliquant éventuellement des processions et d'autres rituels que nous ne pouvons qu'imaginer. »

Aucun bâtiment résidentiel n'a été trouvé sur ou autour de la structure, il est donc difficile de savoir combien de personnes ont pu vivre à proximité. Mais la taille imposante de la plate-forme suggère que les constructeurs d'Aguada Fénix abandonnaient progressivement leur mode de vie de chasseur-cueilleur, un changement probablement lié à la culture du maïs, dont des preuves ont également été trouvées sur le site.

« La taille est étonnante », explique Jon Lohse, un archéologue de Terracon Consultants Inc. qui étudie l'histoire ancienne la région et n'a pas pris part à l'étude. Il ne pense cependant pas que la structure elle-même témoigne d'un mode de vie bien établi. « Les constructions monumentales réalisées par des personnes pré-sédentaires ne sont pas rares à travers le monde. »

Ce que montre sans équivoque le complexe, ajoute Lohse, est une forme avancée de collaboration, fortement égalitaire, typique des premières sociétés mayas. Inomata le rejoint et pense que la plate-forme a été construite par une communauté dénuée d'une forte hiérarchie sociale.

Comme preuve potentielle, Inomata évoque le site cérémoniel encore plus ancien de San Lorenzo, à 385 kilomètres à l'ouest dans une région qui était habitée à l'époque par le peuple olmèque. Construit au moins 400 ans plus tôt qu'Aguada Fénix, San Lorenzo dispose d'une colline artificielle en terrasse qui aurait pu avoir une fonction similaire. Mais il possède également des statues colossales représentant des hommes, ce qui laisse à penser que certaines personnes avaient un statut social plus élevé que les autres.

Il peut sembler possible que les personnes qui ont construit Aguada Fénix aient été inspirées par San Lorenzo, mais l'archéologue Ann Cyphers de l'Universidad Nacional Autónoma de México, qui a travaillé sur le site de San Lorenzo, considère que les deux sites sont « tout à fait distincts ».

 

UN DAMIER DE TERRE COLORÉE

Pourquoi alors entreprendre un projet de construction communautaire aussi massif ? La coauteure de l'étude, Verónica Vázquez López, de l'Université de Calgary, pense qu'il pourrait s'agir d'une déclaration d'intention : une collaboration formelle conçue pour réunir différents groupes de personnes sur plusieurs générations.

Certains éléments d'Aguada Fénix pourraient suggérer cette entente, comme la découverte de précieuses haches en jade qui pourraient avoir symbolisé la fin du projet. Les archéologues ont également noté que certaines des couches de sol utilisées pour construire la plate-forme étaient disposées en damier, avec des éléments de différentes couleurs, qui pourraient avoir symbolisé la contribution de différents groupes.

En 750 avant notre ère, la structure monumentale d'Aguada Fénix a été abandonnée et, pendant la période classique des Mayas, plus de 1000 ans plus tard, les habitants de la région ont construit des pyramides plus élevées qui ne sont devenues accessibles qu'à l'élite, sur des plateformes beaucoup plus petites avec moins d'espace pour rassembler de larges assemblées.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite