Comment la grotte de Lascaux a-t-elle été découverte ?

À l’occasion des 80 ans de la découverte de la grotte de Lascaux, retour sur la mise au jour de l’une des plus importantes grottes ornées du Paléolithique.

Publication 24 sept. 2020 à 14:52 CEST
Dans le sud-ouest de la France, des œuvres d'art paléolithiques ornent les murs de la grotte ...

Dans le sud-ouest de la France, des œuvres d'art paléolithiques ornent les murs de la grotte de Lascaux.

Photographie de Cotton Coulson, National Geographic Creative

À la fin de l’été 1940, rien ne laissait présager la popularité à venir du village de Montignac. Pourtant, une découverte archéologique majeure allait bouleverser l’histoire du village.

Par une chaude matinée d'été, quatre adolescents de la région, Marcel Ravidat, Georges Agniel, Simon Coencas et Jacques Marsal, partent à la recherche d’un souterrain qui, selon la légende, conduisait au coffre-fort des comtes du Périgord.

Marcel, le plus âgé des quatre, repère grâce à son chien une cavité dans le sol. Equipés d’un matériel de fortune, un couteau et une lampe pigeon, ils explorent la grotte en quête du trésor tant recherché et progressent dans la galerie, sans danger apparent ni trace de trésor… Ils s’apprêtent à remonter lorsque leurs lampes révèlent d’immenses peintures sur les parois. Les garçons comprennent immédiatement de quoi il s’agit.

Chevaux, bisons, taureaux, fauves, ils se sont face à l’une des plus importantes grottes ornées du Paléolithique supérieur. Et 18 000 ans après leur application, les pigments qu’ils observent sont extrêmement bien conservés, et ces figurations pariétales sont d’une richesse exceptionnelle.

Les quatre adolescents, surnommés les « quatre découvreurs », marquent leurs noms dans la légende de la grotte de Lascaux.  

De gauche à droite : Léon Laval (instituteur), Marcel Ravidat et Jacques Marsal (deux des quatre adolescents ayant découvert la grotte de Lascaux), l'abbé Henri Breuil (préhistorien qui a authentifié la découverte).

Photographie de Site officiel de la grotte de Lascaux

Marcel prévient immédiatement son ancien instituteur Léon Laval qui invite bientôt l'Abbé Henri Breuil à venir expertiser la grotte. Dès la découverte du site les visites s’enchaînent presque quotidiennement, les jeunes hommes décident même de camper sur place pour protéger leur trouvaille.

Une semaine après la découverte, le 21 septembre 1940, l’Abbé Henri Breuil se rend sur place. Ce spécialiste de la préhistoire, accompagné d'autres scientifiques, sera le premier à se glisser dans la grotte pour authentifier les dessins sur les parois. Cela ne fait aucun doute, il s'agit là d'une découverte majeure, la « chapelle Sixtine » de la préhistoire comme il l’a surnommée lui-même. L’ampleur et la qualité des peintures permettent de les comparer à celles de la grotte d’Altamira, découverte en Espagne en 1879, qu’il a étudiées. 

Les scientifiques s'organisent alors pour étudier la grotte. Son ami Maurice Thaon esquisse les peintures rupestres, Fernand Windels, photographe de métier, immortalise les figures pariétales et Dennis Peyrony accompagne Henri Breuil dans ses recherches.

Très vite, la nouvelle se répand dans le village et dans toute la France, les visiteurs affluent par milliers pour contempler ces chefs d’œuvres. Le site est classé monument historique et ouvre officiellement au public en 1948 après de grands travaux qui permettent l’accès aux curieux.

Les "inventeurs" assurèrent une surveillance permanente et implantèrent leur campement à proximité immédiate de l’entrée de la grotte. L. Laval, M. Ravidat, J. Marsal.

Photographie de Site officiel de la grotte de Lascaux

Malheureusement, Lascaux est victime de son succès. Peu à peu les experts constatent des dégradations dues à une trop grande fréquentation touristique. Des signes inquiétants apparaissent, des champignons viennent couvrir les œuvres : les variations de climat, la chaleur et la respiration des visiteurs sont mis en cause… Les préhistoriens décident de préserver Lascaux et en 1963, André Malraux, alors ministre des Affaires Culturelles, fait fermer la grotte au public.

Désormais, personne n’y entre si ce n’est, très rarement, des agents de conservation, des restaurateurs et des microbiologistes. Les multiples reconstitutions ouvertes aux environs de la grotte originelle figurent parmi les monuments les plus visités de France à ce jour, il faudra vingt ans pour réaliser une réplique partielle de l’original.

En 1983, Lascaux II est ouverte, et attire bientôt 250 000 visiteurs par an. En 2012, une réplique mobile de la grotte permet à travers le monde de transmettre les connaissances acquises, mais Lascaux III est finalement jugée peu pertinente. En revanche, Lascaux IV, aussi appelé Centre International de l’Art Pariétal, est une réussite totale : cette nouvelle réplique ouverte au public depuis décembre 2016 est une reproduction en volume avec une précision inégalée, au millimètre près.

En février 2020, Simon Coencas, le dernier survivant découvreur de la grotte de Lascaux est mort à l’âge de 93 ans. Il était revenu en Dordogne fin décembre 2016 pour l’inauguration de Lascaux IV.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.