La mer Noire, paradis des chasseurs d'épaves

Dans la plupart des océans, les cordes et les espars sont rapidement rongés par les eaux riches en oxygène. Mais, dans la mer Noire, l’oxygène disparaît en dessous de 152 mètres. Ces épaves délicates ont donc été parfaitement conservées.

Publication 4 nov. 2020, 15:58 CET
Below the Surface

Un véhicule sous-marin téléguidé éclaire une épave datant de l’époque ottomane qui repose dans les profondeurs de la mer Noire.

Photographie de EEF, Black Sea Map

En 2016, une équipe de scientifiques sondait les profondeurs de la mer Noire lorsqu’elle a fait une découverte surprenante à laquelle elle ne s’attendait pas. Alors qu’elle effectuait des recherches relatives à l’évolution du niveau de la mer et ses conséquences sur les premières sociétés humaines, elle a découvert rapidement grâce à ses caméras sous-marines pourquoi les Grecs avaient affublé la mer Noire du surnom de « mer hostile » : des épaves de navires anciens étaient dispersées sur le fond marin, dans des eaux profondes et sombres.

 

DES SURPRISES SUBMERGÉES

Au début, l’équipe du Maritime Archeology Project (MAP ou projet d’archéologie sous-marine), qui avait commencé à faire le levé topographique du fond marin au large de la Bulgarie, n’avait pas pour objectif de trouver des épaves. Sa mission, en partenariat avec des archéologues sous-marins européens et américains, était d’étudier la manière dont l’évolution du niveau de la mer avait affecté les premières sociétés humaines à la fin de la dernière ère glaciaire, il y a environ 12 000 ans.

Avec le réchauffement de la Terre et la fonte des glaciers, le niveau de la mer a augmenté. De l’eau provenant de la Méditerranée a débordé en Anatolie, formant la mer Noire. C’est en étudiant ces changements environnementaux que les véhicules sous-marins téléguidés (ou ROV) de l’équipe du MAP sont tombés sur la première des épaves gisant intactes sur le fond marin.

L’épave d’une cocha vénitienne datant du 13e siècle.

Photographie de EEF, Black Sea Map

 

DES ÉPAVES PARFAITEMENT CONSERVÉES

Plus de 40 épaves appartenant à différentes époques réparties sur un millénaire furent identifiées. La plus ancienne remonte aux années 800 et à l’Empire byzantin, tandis que le reste date d’entre le 14e et le 19e siècles, lorsque la mer était sous le contrôle de l’Empire ottoman.

Ces navires offrent aux historiens un nouvel aperçu des réseaux commerciaux qui reliaient l’Europe à ses partenaires orientaux. Il va sans dire que le fait de braver la mer hostile pour apporter céréales, bétail, vins et tissus aux villes européennes était dangereux.

Mosaïque représentant l’explorateur vénitien Marco Polo (1254-1324) au Palazzo Tursi, à Genève, en Italie.

Photographie de Album

La mer Noire abrite l’un des meilleurs exemplaires d’un type de navire vénitien médiéval, qui coula sans doute au 13e siècle. Les lumières d’un ROV ont éclairé le pont arrière distinctif du navire, ce qui a permis d’identifier l’épave comme étant celle d’une cocha ou « navire arrondi ». Si, comme le pense l’équipe, cette cocha au destin tragique a servi sous la république de Venise, elle aurait alors coulé pendant l’âge d’or de Venise, à la période où Marco Polo rapportait ses aventures.

Ces objets anciens sont d’un grand intérêt pour les scientifiques. Dans la plupart des océans, les cordes et les espars sont rapidement rongés par les eaux riches en oxygène. Mais, dans la mer Noire, l’oxygène disparaît en dessous de 152 mètres. Ces épaves délicates ont donc été parfaitement conservées.

Alors que les archéologues pensaient depuis longtemps que des centaines, voire des milliers d’épaves étaient conservées dans ces conditions, il aura fallu un projet bien financé comme le MAP pour déployer la technologie capable de redécouvrir ces vestiges à de telles profondeurs.

 

Cet article a initialement paru sur le site nationalgeographic.com en langue anglaise.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.