Monde romain : le mystérieux culte de Mithra

Dans l'antiquité romaine, le Mithræum était le sanctuaire originel où différents rites sacrés réservés aux hommes étaient observés, notamment pour porter chance aux guerriers.

Publication 26 févr. 2021, 13:09 CET, Mise à jour 26 févr. 2021, 16:59 CET
Le Mithræum de San Clemente, à Rome.

Le Mithræum de San Clemente, à Rome.

Photographie de Creative Commons

Le mithraïsme, ou culte de Mithra, est un culte apparu au cours du 2e siècle av. J.-C. en Perse, dont le dieu et le rituel restent, encore aujourd’hui, très énigmatiques. Durant les siècles suivants, il se propage dans tout l'Empire romain jusqu’à atteindre son apogée au 3e siècle. Ce culte est particulièrement populaire chez les soldats romains et les riches hommes d’affaires, par le biais notamment des commerçants et des artisans.

À Rome, c’est à la fin du 1er siècle ap. J.-C. que le mithriacisme devient populaire. En effet, la première mention du culte de Mithra qui concerne l’occident et l’empire romain est issue de l’œuvre de Plutarque. Dans ses Vies parallèles, Plutarque explique que c’est au contact des pirates de Cilicie, lors de la guerre qu’a menée Pompée contre ces derniers en 66 av. J.-C., que les Romains ont découvert Mithra. Des traces de ce culte au sein ont depuis été mises au jour dans toutes les anciennes provinces de l’Empire ; en Germanie, en Norique, en Rétie, en Pannonie, en Dalmatie, en Syrie, en Afrique Proconsulaire, en Bretagne ou encore en Gaule.

Le Mithra, ce rituel romain pour vaincre au Circus Maximus

Le mithraïsme était un culte de type initiatique qui se transmettait oralement selon un rituel d'initié à initié. Faute d'écrits, les historiens ne disposent aujourd’hui que de quelques informations fragmentaires, et dont les seules sources d'information exploitables sont les iconographies mithriaques sacrées trouvées dans les mithræa, les lieux dans lesquels se déroulaient les rites.

Si le culte prend sa source dans le Mithræum, la grotte originelle, le culte de Mithra une fois démocratisé s'exerce dans des temples nommés eux-aussi mithræa. Ces endroits sont au départ des grottes naturelles, mais des constructions artificielles et exigües les imiteront plus tard, obscures et dépourvues de fenêtres. Ces lieux de rituels n'accueillent jamais plus de 40 personnes.

« Lorsque le Soldat est initié dans un antre, véritable “caserne” de ténèbres, une couronne lui est offerte par glaive interposé, puis ajustée sur sa tête. Il est invité à l’écarter de la main et à la faire tomber, sur son épaule par exemple, en disant que Mithra est sa couronne. » À partir de ce moment, il ne se couronne plus jamais, comme preuve de son engagement et devient alors soldat de Mithra.

Originellement, Mithra est une divinité indo-iranienne dont le culte aurait commencé dès le 14e siècle av. J.-C. chez les Hittites. Les premières mentions de cette divinité apparaissent dans l’Avesta, un livre religieux perse. Mithra est défini comme étant le dieu du serment, le garant de l’accord qui consacre l’ordre du monde et de la société, entre les dieux et les Hommes et les Hommes entre eux.

Selon un récit reconstruit à partir des images sacrées, le dieu Mithra serait né d'une pierre près d'une source sacrée, sous un arbre lui aussi sacré. À sa naissance, il porte un bonnet phrygien, une torche et un couteau, avec lequel il coupe le fruit de l'arbre sacré et se confectionne des habits avec ses feuilles. Il rencontre le taureau primordial alors que celui-ci paît dans les montagnes. Il le saisit par les cornes et le monte, jusqu'à ce que l'animal n'en puisse plus. Le dieu l'attache alors par les pattes arrière et le charge sur ses épaules. Cette épreuve se nomme le transitus.

Quand Mithra arrive dans la grotte, plus tard le Mithræum, un corbeau envoyé par le Soleil lui demande un sacrifice. Il enfonce alors son couteau dans le flanc du taureau, et sa colonne vertébrale jaillit du blé et son sang se transforme en vin. Sa semence, elle, est à l’origine de la création des animaux utiles à l’Homme.

À la fin du 4e siècle, l'empereur Théodose souhaite mettre un terme aux cultes et religions autres que le christianisme. À la suite d'un décret de 391, les temples non-chrétiens sont détruits ou transformés en églises ; signant ainsi la fin du culte de Mithra.

Lire la suite

Découvrez National Geographic

  • Animaux
  • Environnement
  • Histoire
  • Sciences
  • Voyage & Adventure
  • Photographie
  • Espace
  • Vidéos

À propos de National Geographic

S'Abonner

  • Magazines
  • Newsletter
  • Livres
  • Disney+

Nous suivre

Copyright © 1996-2015 National Geographic Society. Copyright © 2015-2017 National Geographic Partners, LLC. Tous droits réservés.